Loi Travail : mobilisation en berne, 12 interpellations à Nantes

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

22/09/2017 – 09h30 Nantes (Breizh-Info.com) – La nouvelle journée syndicale contre la loi Travail a moins rassemblé ce jeudi – 132.000 manifestants dans toute la France selon la police contre 223.000 mardi dernier (400.000 selon la CGT). Pas de bon augure pour le mouvement national que les syndicats espèrent construire, avec une grève des transports à partir du 25 septembre, manifestation des retraités le 28 septembre, de la fonction publique le 10 octobre etc. Mais aussi pour la journée de mobilisation voulue par Mélenchon le 23, dans 48 heures.

Pour l’heure, Macron – encouragé par Valls – tient bon et signera les ordonnances qui réformeront le code du Travail ce vendredi midi.

En Bretagne, ce jeudi, plusieurs milliers de personnes se sont encore mobilisées.

A Nantes, environ 5000 personnes ont défilé – contre 10.000 la semaine dernière. La manifestation ne s’est guère illustrée – au début tout au moins – que par de nombreux nouveaux tags sur la préfecture et le long du cours Saint-Pierre, la plupart des activistes violents étant en ce moment là à Bure, où la police a perquisitionné chez les opposants au projet d’enfouissement de déchets nucléaires.

Vers 16h05 la police a barré les issues autour du carrefour face à l’Hôtel-Dieu, la CGT a essayé de forcer le passage et s’est fait repousser avec du gaz lacrymogène – ce qui a eu pour effet d’accélérer la dispersion des manifestants. Pendant ce temps là, un marginal, la trentaine, connu pour faire des allez-retours entre squats en ville et la ZAD, a balancé un pavé dans le commissariat du cours Olivier de Clisson et s’est fait interpeller. Alors que le gros de la manifestation s’était dispersé, certains syndicalistes CGT appelaient à 16h30 à aller murer la permanence du président de l’Assemblée nationale, le député François de Rugy (ex-EELV devenu En Marche), rue Paul Bellamy.

Évidemment, la police ne les a pas laissés passer. Les maçons, qui n’ont eu guère d’occasion de s’exercer depuis juin dernier, ont dû se contenter de murer la route près du rond-point devant l’Hôtel-Dieu. Ils ont été délogés peu avant 18h00 et le mur détruit avant qu’il ne sèche, à l’aide de canons à eau. Onze autres personnes ont été interpellées pour avoir résisté avec violence à la police, dont deux syndicalistes CGT de l’union locale du sud-Loire. Sur ces douze interpellations, dix personnes ont été placées en garde à vue pour différentes infractions, une autre – un des deux syndicalistes CGT – est en salle de dégrisement ; les cégétistes affirment de leur côté avoir été interpellés alors qu’ils étaient dans le camion syndical. Trois policiers ont été blessés et au moins un manifestant.

Les autres manifestations ont été plus calmes – et souvent plus clairsemées que la semaine dernière. Ainsi, 2000 personnes ont défilé à Saint-Nazaire, 250 à Lannion (auxquelles s’ajoute un débrayage de 300 personnes chez Nokia sur fond de plan social), 3500 à Rennes contre 5 à 6000 la semaine dernière, 1500 à Brest contre 3000 la semaine d’avant, 350 à Quimper (contre plus de 1000), 1000 à Lorient – où, curiosité locale, la CFDT locale avait aussi appelé à manifester –, 1100 à Saint-Brieuc (contre 1700 la semaine dernière), 250 à Quimperlé, à peine 120 à Guingamp, 100 à Pontivy, 30 à Vitré, 100 à Carhaix (contre 500 la semaine d’avant), 500 à Saint-Malo et 350 à Morlaix. Soit en tout 16.450 manifestants en Bretagne historique.

Toutes ces manifestations se sont déroulées dans le calme, et la plupart du temps, sous un ciel peu clément. A Rennes cependant, il y avait 500 étudiants en tête de cortège, dont 50 jeunes autonomes cagoulés qui ont essayé de forcer le passage vers le centre historique, rue du Maréchal Joffre, et ont été repoussés. Une poubelle a été incendiée pendant les affrontements. A Nantes comme à Rennes, un service d’ordre syndical renforcé, et une grande mobilité de la manifestation pendant son parcours déclaré à Rennes et son premier (et unique) tour de centre-ville à Nantes, ont permis d’éviter que des émeutes n’éclatent.

Néanmoins l’échec relatif de cette journée de mobilisation n’arrête pas pour autant les opposants à la loi Travail. Une nouvelle journée de mobilisation intersyndicale devrait avoir lieu la semaine prochaine, bien que la CFDT et FO ont abandonné le front syndical et que les travailleurs restent de marbre face aux cris d’orfraie des autres organisations. Le 25 septembre, des blocages sont prévus à l’initiative de chauffeurs routiers qui ont rejoint le mouvement, dans l’idée de « paralyser l’économie ». Les opposants au projet de loi espèrent aussi lancer des blocus dans les lycées et les facultés.

Louis Moulin

Crédit photos: DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Irlande du Nord. Un accord sur la langue gaélique trouvé. Un nouveau Premier ministre va être désigné

Un accord sur la langue gaélique a été trouvé en Irlande du Nord, débloquant une situation qui se tendait,...

À quels risques s’expose Thomas Pesquet lors de sa sortie extra-véhiculaire ?

Pour la troisième fois de sa vie, Thomas Pesquet s'est élancé dans le vide spatial hier, 16 juin 2021....

Articles liés

Nantes. La Nuit bretonne revient le 24 juillet avec Talec-Noguet Quartet et Denez Prigent.

La Nuit bretonne revient en 2021 à Nantes. Elle se déroulera le 24 juillet et l'ouverture de la billetterie a lieu aujourd'hui, mardi 15...

Nantes : 26ème fusillade de l’année, une balle perdue dans une cuisine

Après un peu plus de trois semaines de pause, c'est reparti – la 26e fusillade de l'année, pour des motifs assez nébuleux, a eu...

Nantes. 1400 € en liquide et un gilet pare-balles trouvés chez le dealer de la Bottière

Ce mercredi 9 juin, la BAC lors d’une opération anti-drogue constate du mouvement dans une cage d’escalier de la rue Alfred Nobel à la...

Rassemblement contre la Pass sanitaire, dimanche à Nantes

A l'initiative de la section de la Loire-Atlantique des Patriotes, le mouvement présidé par Florian Philippot, se tiendra, ce dimanche 13 juin, à partir...