musulmans

Une enquête menée par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne en 2016 s’est intéressée à la question de l’intégration des musulmans dans 15 pays de l’UE. Les résultats ont été publiés il y a quelques jours.

Attachés aux pays de résidence

L’Agence a interrogé 10 527 individus se revendiquant de confession musulmane. L’un des premiers enseignements de cette étude est que 76% des personnes sondées affirment se sentir « fortement attachées » au pays dans lequel elles résident. Il faut signaler que 53 % des personnes interrogées ont la citoyenneté de leur pays de résidence et donc jouissent de l’ensemble des droits des nationaux ou des citoyens de l’UE.

Par ailleurs, l’enquête tend à démontrer que les musulmans ne seraient pas si archaïques et fermés que leurs détracteurs le disent. 92 % d’entre eux ne voient pas d’inconvénient à avoir un voisin qui ne partagerait pas leur foi et leurs convictions religieuses. D’autre part, le sondage révèle que 48 % des musulmans contactés seraient « totalement à l’aise » avec l’idée qu’un membre de leur famille se marie avec un non-musulman. 17 % d’entre eux y sont par contre opposés.

Discriminations ?

Autre sujet abordé dans le rapport : les discriminations. 39 % des musulmans questionnés considèrent avoir été discriminés au cours des cinq dernières années en raison de leur religion ou de leurs origines. De plus, 39 % des musulmanes portant le voile expliquent avoir subi des gestes ou des regards blessants.

Un contraste est également à noter selon les pays de résidence des sondés. Les musulmans d’Afrique du Nord vivant aux Pays-Bas se disent victimes de discriminations pour 49 % d’entre eux. Pour la même catégorie, ce chiffre est de 33 % en Italie et de 31 % en France. Quand il n’est que de 20 % en Espagne.

La France, pays le plus accueillant

En complément du point de vue des musulmans, une autre partie de l’enquête porte sur l’acceptation de ceux-ci par la population générale dans les 15 pays de l’UE concernés. Bien que les dernières données collectées sur ce point datent de 2008, les résultats sont, là encore, contrastés selon les pays. Chypre (36 %), l’Autriche (31 %), Malte (31 %) et la Slovénie (29 %) sont les terres les plus hostiles pour les pratiquants de l’Islam.

Au contraire, la France est de loin le pays le plus favorable aux croyants de cette religion puisque seulement 7 % de la population n’aimerait pas « avoir des musulmans pour voisins ». Vient ensuite le Royaume-Uni avec seulement 12 % de défavorables.

musulmans
source : Agence des droits fondamentaux de l’UE

Prise de position de l’Agence

Alors que le travail mené se veut avant tout statistique, l’Agence des droits fondamentaux de l’UE prend position de façon appuyée dans le rapport en question.

Sur ce point précédent de la perception des musulmans par le reste de la population, les rédacteurs déclarent : « les résultats plus récents de l’Eurobaromètre 2015 confirment l’existence d’un sentiment anti-musulman dans l’Union européenne ». Un sentiment de défiance qu’il faut relativiser puisque l’étude de 2015 qu’ils citent révèle que, dans les 28 pays de l’UE, 71 % de la population générale se sentirait à l’aise ou indifférente si un de ses collègues était musulman. Ce n’est donc pas ce que l’on appelle un rejet massif.

En comparaison, à la même question concernant le collègue de travail, les bouddhistes (81 %), les juifs (84 %), les athées (87 %) et les chrétiens (94 %) recueillent toutefois un peu plus d’avis favorables.

Sur cette question, la disparité au sein de l’Union européenne est une nouvelle fois à relever. Quand les Tchèques ne seraient que 27 % à se sentir à l’aise ou indifférents au fait d’avoir un collègue musulman, les Suédois sont, eux, 89 %. Comme quoi, en matière d’opinion aussi, il y a diversité !

Crédit photos: DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

6 Commentaires

  1. Vous ne devriez pas parler du taux d’acceptation des musulmans par la population générale, ou en tout cas pas au présent puisque les chiffres datent d’une enquête de 2008. Autant dire qu’ils n’ont plus aucune valeur aujourd’hui, sinon comme point de comparaison. « Il faut noter que les attitudes ont pu changer depuis 2008 », indique l’Agence des droits fondamentaux dans son rapport. Elle se fiche du monde ! Il est évident que les attitudes envers les musulmans ont changé depuis 2008 ! Utiliser comme elle le fait les statistiques de 2008 ne paraît pas très professionnel de sa part.
    Mais le message de l’agence n’est pas clair, car elle indique elle-même, incidemment, que 17 % des musulmans se sentent discriminés au quotidien alors qu’ils n’étaient que 10 % en 2008. Pire : ce sentiment est bien plus répandu chez les immigrés de seconde génération (22 %) que chez les primo-arrivants (15 %). Or, comme le note encore l’agence, c’est justement à partir de 2008 que l’Union européenne a adopté des dispositions énergiques contre le racisme et la discrimination. En somme, bien qu’elle soit plus fortement sanctionnée, la discrimination (ou du moins le sentiment de discrimination) a fortement progressé. Le sens de l’histoire est clair.

  2. La taqiya sert à brouiller, par le mensonge, la réalité du message belliqueux coranique. Le nombre engendre l’arrogance (voile burquini prières de rue…) dans une parade ostentatoire du rite musulman. Le nombre permet aussi la pratique du coucou, par quartier. Rien de telle aussi qu’une mosquée pour dévaloriser un endroit puis le monopoliser.
    Où est l’authenticité des mots Paix et Amour? quand l’engeance égorgeuse intolérante et sexiste de tradition mahométane ensanglante le monde avec toute sa violence barbare.
    La technique salement opportuniste via un catalogue de novlangue injurie toute légitime défense morale pour agneler l’humain, d’où ces 7% ( mais ça date) de Français avoués non consentants à la dhimmitude (abusivement et tactiquement assimilés à l’extrême droite).
    Je partage la réflexion de Pschitt.

  3. Il faut empêcher les islamistes de répandre la terreur dans notre pays!
    Ce sont les islamistes qui sont dangereux et les  »pouvoirs publics » les ont laissés répandre l’islamisme chez nous, ils ferment les yeux sur les atrocités qu’ils font! Voici 2 exemples:1)Mon boulanger était Franco-Tunisien: il a reçu la visite de  »Barbus » qui lui ont dit:  »Ta femme ne doit pas travailler et elle doit porter le voile », mon boulanger ne leur a pas obéi, il a eu sa boutique démolie et il a été obligé de quitter ma ville et de vendre sa boutique!2)J’ai fait la connaissance, chez ma kiné, d’une musulmane qui était couverte de blessures et qui m’a dit:  »Les islamistes m’ont battue parce que je ne veux pas me voiler », elle a ajouté:  »Le Gard est plein d’islamistes, je vais changer de région, mais je ne dis pas où je vais »…Comment les gauchistes,qui nous gouvernent, peuvent-ils tolérer cela?…Les islamistes sont les principaux électeurs de  »la gauche » et les gauchistes ferment les yeux!..

  4. lorsqu’on voit les résultats des élections en Allemagne on constate que la popularité des étrangers varient très vites. Merkel accueillait avec enthousiasme les migrants qui ont fêté le nouvel an à Cologne il y a 2 ans avec des débordements sexuels. Maintenant l’opinion est complétement inversé.
    Sur l’opinion d’être rejeté ou non cela dépend du niveau intellectuel et où. Quand Jamel Debouze s’est installé dans le Paris chic, il a été rejeté ses voisins se plaignaient du bruit qu’il faisait alors qu’en même temps il était adulé sur les scènes parisiennes. Comme quoi il faut se méfier des statistiques et leur interprétation.

Comments are closed.