Muhammad

26/09/2017 – 07h30 Londres (Breizh-Info.com) – Voici un fait que ne pourront pas contester ceux qui estiment que « le grand remplacement » relève du domaine du fantasme en Europe de l’Ouest. Le prénom Muhammad (et ses déclinaisons) est le prénom le plus attribué en 2016 d’après une étude portant sur l’Angleterre et le Pays de Galles.

Pour rappel,  Mohammed est la transcription de l’arabe  محمد ou mouḥammad qu’on peut traduire par digne de louanges. C’est le nom du prophète de l’Islam, historiquement appelé Mahomet en français.

Equivalent britannique de l’Insee, l’Office for National Statistics (ONS) a publié le 20 septembre 2017 un rapport concernant les prénoms attribués le plus fréquemment aux nouveau-nés.

Sur le podium officiel, se placent Oliver ( 6623 bébés) devant Harry et George. Seulement, en réalité, c’est le prénom Muhammad (Mohamed) – noté en huitième position avec 3 908 naissances en 2016  – qui arrive en réalité en tête. Le  journal Quartz explique en effet que  « Muhammad n’est pas un prénom d’origine anglaise, il a donc plusieurs orthographes transcrites de l’arabe ».

Ainsi l’orthographe Mohammed arrive 31e et Mohammad 68e. « En les ajoutant (NDLR : avec Muhammad) le total est de 7 084, bien au-dessus des 6 623 Oliver » explique Quartz.

A noter qu’à Londres ainsi que dans les West Midlands, sans l’addition des trois déclinaisons de Mohamed, c’est Muhammad qui est déjà en tête.

Mohamed arrive par ailleurs en tête des prénoms masculins les plus donnés en Seine St Denis .

Pour la Bretagne, les attributions de prénom ne sont pas encore touchées par l’immigration extra européenne mais bien par la débretonisation  puisque pour le Finistère, ce sont Chloé et Nolan qui l’emportent, dans le Morbihan, Emma et Nolan, dans les Côtes d’Armor, Léa et Nolan, en Ille et Vilaine, Manon et Nathan, et en Loire Atlantique, Emma et Arthur.

Crédit photos: DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 Commentaires

  1. Dans le même temps, ne pas se laisser gagner par le négatif: Nolan et Arthur sont des prénoms celtes.
    On dénigre beaucoup les Kevin et Jordan chez les classes populaires, comme symbole de déculturation. Sans ignorer cette dimension, en Bretagne, il y a aussi une réappropriation celte. Pour les deux exemples donnés, les premiers que j’ai rencontré, trentenaires aujourd’hui, viennent de classes moyennes éduquées.
    Est-ce que François, prénom le plus porté en Bretagne par les générations précédentes, vaut mieux ? La déculturation bretonne n’a-t-elle pas eu lieu à cette époque ?
    Quant aux Mahomet, ne pas oublier que ce prénom est souvent réservé à l’aîné de la famille.
    Il y a des causes et il y a des symptômes.
    L’amalgame débretonnisation et montée de l’arabisation vient de Paris, il serait bon de la rappeler. Même si « besoin d’union face à l’invasion blablabla ». Stratégie stupide vouée à l’échec. Surtout qu’elle refuse la complexité. Et que si la démographie et la force physique sont essentiels, le niveau intellectuel de la population est la base de sa domination culturelle.
    Ce sont les raccourcis de breizh-info.com qui font que malgré la posture, l’info n’est pas si dissidente que ça.

  2. « Le prénom Nolan est un prénom d’origine celte, plus exactement irlandaise. Il dérive des prénoms Neil ou Niall. » Le prénom Nolan vient du patronyme irlandais O’Nuallan qui signifie
    « champion ». Après un succès dans les pays anglophones (Irlande,
    Angleterre et Écosse notamment), le prénom Nolan connaît une forte
    progression en France, surfant sur la vague des prénoms irlandais comme
    Evan, Killian ou encore Rayan. Selon un article du journal des femmes

  3. « rien de plus »
    En dehors du dédain de classe, vous êtes sûr ?
    L’avez-vous jamais abordé avec les personnes concernées ou vous estimez et concluez sur un bagage culturel, il est vrai souvent pauvre.
    Mais faudrait aussi arrêter de prendre les petits blancs pour des débiles profonds, plus d’un sait aussi que si on connaît les stars américaines portant un certain prénom, que ce prénom est celte. Il y a des particularismes. Kevin n’est franchement pas le prénom américain le plus populaire, il l’a été en France. Quant à la mode récente dans la classe moyenne, vive pour mépriser le popu, en Enzo et autres, on n’est même plus dans du référent. On est dans du vide culturel. Au mieux dans la sonorité primaire. Méditerranéenne.
    Quant à la diatribe sur l’islam, on connaît la chanson.
    Le souci n’est pas que le nombre démographique. Ça serait gérable si la classe moyenne qui paie ses impôts avaient un truc à proposer, comme, par exemple, ne pas mépriser ses popus tout en faisant un triomphe à ses divers: syndrome dit Omar Sy (en opposition à Fred Testot ou Jean Dujardin). La rupture du Français moyen avec ses popus zonards ou bouseux est le drame. Ce sentiment que l’on est forcément plus malin quand on est la première génération de bac+2 (quand ce n’était pas plus difficile mais valait quelque chose).
    Pas aidé par les élites, certes.
    Malheureusement, il faut aussi reconnaître que le popu régresse. Il y a une vraie synergie positive à voir les prénoms celtes revenir des USA sur ses terres d’origines. Il faut être Français, moyen, pour ne pas s’en émouvoir. Seulement depuis quelques années, les orthographes sont trop fantaisistes pour espérer avoir conscience des origines.

Comments are closed.