Et si l’évaporation fournissait bientôt de l’électricité ?

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

02/10/2017 – 06h45 New-York (Breizh-Info.com) – C’est une étude parue en septembre dans la revue Nature Communications. Réalisée par Ahmet-Hamdi Cavusoglu, Xi Chen, Pierre Gentine et Ozgur Sahin – tous chercheurs à l’université Columbia (USA) –, cette étude visait à étudier la faisabilité de la récolte de l’énergie produite par le phénomène de l’évaporation.

Un constat optimiste des chercheurs américains

Selon les chercheurs, l’évaporation produirait un flux énergétique d’environ 80 watts par mètre carré. Des avancées récentes dans la conception de matériaux sensibles à la modification de l’état aqueux rendrait possible la conversion de l’énergie produite par l’évaporation en électricité.

Les auteurs sont enthousiastes : « Nous avons découvert que l’évaporation naturelle de surfaces aqueuses pourrait fournir une même quantité d’énergie au mètre carré que les technologies éoliennes ou solaires. Nous estimons à plus de 325 gigawatts le potentiel disponible aux États-Unis. »

Voilà pour le constat théorique. Reste désormais à concevoir des outils capables de récolter cette énergie gratuite.

Des limites techniques

Les chercheurs de l’université Columbia ont tenté de mettre au point plusieurs prototypes d’outils permettant de récupérer l’évaporation. Selon la revue américaine New Scientist, les prototypes mis au point sont basés sur des matériaux qui se rétractent lorsqu’ils sèchent. L’un de ces prototypes est un type de scotch imprégné de bactéries qui s’enroulent lorsqu’elles sèchent, provoquant la rétractation du matériau. « Elles fonctionnent comme un muscle » analyse Ozgur Sahin.

Si d’autres scientifiques semblent apprécier le potentiel d’une telle énergie renouvelable, le problème de sa captation inquiète. Ainsi, Ken Caldeira, chercheur à Stanford interrogé par New Scientist, doute qu’il est possible de convertir efficacement l’énergie liée à l’évaporation en électricité.

Si l’idée de se servir de l’évaporation comme d’une énergie renouvelable n’en est qu’à ses débuts, elle suscite l’intérêt. Reste à convertir cette idée en projet concret.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

Articles liés

Conférence. Le scandaleux business de l’éolien

Jeudi dernier avait lieu une visio-conférence organisée par Contribuables associés sur le thème du Business scandaleux de l’éolien. Patrice Cahart, auteur de La Peste Éolienne...

Non à la peste éolienne ! Par Patrice Cahart

Ancien inspecteur général des Finances et ancien président du conseil d'administration de la Bibliothèque nationale, Patrice Cahart est avant tout un spécialiste des problèmes...

Saint-Brieuc : une marche contre l’éolien en mer tandis que des associations des Hauts de France demande un moratoire

Non aux éoliennes ! Un slogan martelé le 29 mai par plus de 500 personnes dans les rues de Saint-Brieuc. Dans le cortège de...

Eric Zemmour : « L’éolien est une catastrophe, ça va laisser des déchets monumentaux »

Eric Zemmour : « L’éolien est une catastrophe, ça va laisser des déchets monumentaux (…) Les Verts se foutent de la beauté des paysages...