Emmanuel Macron sait parler au « peuple » !

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

13/10/2017 – 06h45 Paris (Breizh-info.com) – Emmanuel Macron a encore fait des siennes. C’était mercredi 5 octobre, à Egletons (Corrèze) lors d’une visite de l’école d’application aux métiers des travaux publics (EATP) : « Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller voir s’ils peuvent avoir des postes [ailleurs] », déclare-t-il à Alain Rousset, président de la Nouvelle-Aquitaine, lequel vient de mentionner l’existence d’emplois à pourvoir dans une fonderie à Ussel, en Corrèze. Mais sur le fond, c’est bien aux ouvriers creusois licenciés de l’équipementier automobile GM&S venus manifester pour se rappeler à son bon souvenir qu’il veut donner une leçon (Libération, 06/10/2017).

Sortie qui n’étonnera pas les Bretons qui ont déjà eu droit au mépris de classe lorsque Macron était ministre de l’Économie. Le banquier-ministre s’était illustré en sortant, à propos des ouvrières de l’abattoir Gad : «  il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. Pour beaucoup, on leur explique : « vous n’avez plus d’avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 kilomètres ! » Ces gens là n’ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi ? Il faut payer 15 000 euros et il faut attendre un an ? » (Europe 1, mercredi 17 septembre 2014). Défendant sa réforme du permis de conduire, le banquier-ministre faisait référence aux salariés des abattoirs  Gad, dont 890 ont été licenciés après la fermeture, fin 2013, de l’unité de Lampaul-Guimiliau (près de Landivisiau, Finistère).

Pour autant, les Bretons ont la mémoire courte. Des bons gars qui oublient vite. Ce fut le cas à l’occasion du second tour de l’élection présidentielle. Dans la commune de Lampaul-Guimiliau, Emmanuel Macron recueille en effet 763 suffrages (70,98%) contre 312 (29,02) pour Marine Le Pen. Avec seulement 284 abstentions, 134 blancs et 38 nuls. En Bretagne (5), le candidat du Système avait réalisé le même jour une performance remarquable en obtenant 75,87% des suffrages exprimés, alors que pour l’ensemble de la France, il ne recueillait que 66,06% des voix. Neuf point de différence, ça se passe de tout commentaire.

Une certitude, la cote du Président n’est pas forte chez les classes populaires. Selon le baromètre Ifop (JDD, 27 août 2017), seuls 34% des employés et 27% des ouvriers se disaient satisfaits de l’action présidentielle, contre 51% des cadres et des professions libérales.

Bernard Morvan

Crédit photo :Jeso.carneiro/Flickr (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Gaspard Koenig sur le pass sanitaire. « Le gouvernement a perdu la notion de liberté ! »

Arthur Delaborde reçoit Gaspard Koenig, philosophe, essayiste, romancier, et président du laboratoire d'idées Génération libre qu’il a lancé en...

3 Commentaires

  1. 66.06%… pourquoi pas 66.6% tant qu’à faire…. 666 la marque de la bête. « Personne, ni riche ni pauvre ne pourra ni rien vendre ni rien acheter sans la marque de la bête. Et cette marque est un nombre, c’est un chiffre d’homme six cents soixante six. » Apocalypse selon St Jean chapitre 13 il me semble….

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

De Clovis à Macron : vie et fin d’une nation ?

Nos politiques actuels montrent d’évidentes ambitions personnelles. Elles sont cependant bien trop étriquées et mensongères pour qu’elles se développent en une ambition pour la...

Prêt et annulation de créance de la France au Soudan : Macron essaie-t-il de contrer l’influence russe ?

La France a annoncé qu’elle prêterait 1.5 milliards de dollars au Soudan pour solder ses arriérés avec le FMI et lui pardonnerait 5 milliards...

Jean-Marc Ayrault peine à faire valoir le thème de l’esclavage

En confiant les clés de Nantes à Johanna Rolland en 2014, Jean-Marc Ayrault imaginait-il qu’il allait si vite devenir un has been ? Débarqué de...

Les « Gaulois réfractaires » ont-ils renoncé à lutter contre Macron ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre des mondes ♦ Il est courant, dans les allées...