Manifeste pour l’extinction définitive du harcèlement sexuel [tribune libre]

Quand Delacroix reluquait les seins de Mme Liberté

Les points de vue exposés dans cette rubrique n’engagent que leur auteur et nullement la rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. 

Ce dimanche, on a manifesté un peu partout en France contre le harcèlement sexuel. Enfin, notre société semble décidée à balancer son porc pour de bon. Ce n’est pas trop tôt. En fait, le harcèlement semble bien remonter à l’aube de l’humanité. Quand l’homme des cavernes traînait la femme par les cheveux derrière un gros rocher pour lui faire son affaire, c’était du harcèlement sexuel franc et massif. Si vous ne me croyez pas, c’est que vous n’avez pas vu La famille Pierrafeu. Quand le chevalier médiéval inclinait sa lance vers sa dame avant le tournoi, c’était du connoté phallique du genre le plus lourdingue. Et devant toute la cour du roi Arthur encore ! La honte !

La société veut en finir avec le machisme massif et odieux. C’est bien, mais il ne faut pas se dissimuler la difficulté de la tâche, tant il va falloir transformer notre culture ambiante. Rien que « Au nom du.de la p.m.ère, du.de la fil.le.s et du.de la saint.e-esprit.e », par exemple, vous allez voir que ça va soulever des oppositions de principe, en plus des difficultés de prononciation.

Notre littérature devra être largement réécrite. On imagine à peine la quantité d’horreurs qu’elle recèle. Un seul exemple. Depuis 120 ans à quelques jours près, on se pâme devant la scène du balcon dans Cyrano de Bergerac. Mais de quoi s’agit-il ? Un bellâtre se glisse nuitamment sous le balcon de Roxane pour lui débiter des sornettes en se faisant passer pour un autre ! « Si les baisers s’envoyaient par écrit, Madame, vous liriez ma lettre avec les lèvres !… » Quelle dégoûtante insistance ! Avec les lèvres ! Non, surtout pas, ni avec les grandes ni avec les petites, c’est avec l’anus qu’il faut lire ce genre d’écrits. Quant au cinéma, Harvey Weinstein a montré à quoi il menait.

Nous devrons aussi réformer radicalement nos institutions. Certaines d’entre elles sont pourries jusqu’à la moelle. L’armée est évidemment une caricature, l’exemple même de ce qu’il ne faut pas faire. Songez à l’emblématique Madelon ! De 1914 à nos jours, pas un soldat n’a échappé à ce chant grivois, véritable hymne au harcèlement qui se moque ouvertement des victimes impuissantes. « Quand on lui prend la taille ou le menton, elle rit, c’est tout le mal qu’elle sait faire, Madelon, Madelon, Madelon ! », répète-t-on à chaque refrain, et je te lui frôle son jupon, et je te l’embrasse dans les coins…

Notre législation devra être intégralement refondue. L’incantation magique qui ouvre d’innombrables textes deviendra « i.e.l.le est interdit.e ». Pour clarifier les relations entre les hommes, les femmes et les autres dans la société, on établira une nomenclature précise des gestes licites ou pas. Heurter le coude de sa voisine de bureau pourrait être licite à condition que le contact soit involontaire et ne dure pas plus d’une seconde, par exemple. Regarder le dos de l’hôtesse de l’air pourrait être licite à condition que l’œil ne descende pas au-dessous de la ceinture. Etc.

Clairement, les comportements les plus directement sexuels poseront des problèmes délicats qui devront être gérés avec discernement. Ainsi, par essence, la maternité dénonce quelque harcèlement. Pour en arriver là, il a fallu des allusions soutenues, des propositions insistantes, des gestes déplacés, un attentat à la pudeur. Si ce n’est un viol. Toutes les femmes simulent, c’est bien connu, elles font semblant d’être d’accord, c’est typique des harcelées silencieuses. Pour libérer leur parole, la société devra se charger en leur nom des poursuites qu’elles n’osent engager. En prison, les papas !

Mais comment remédier à la paternité ? Au risque de susciter des déceptions, j’affirme que la PMA n’est pas la solution. Recourir à un donneur anonyme qui s’est masturbé en regardant une scène égrillarde – ou pire, en imaginant une scène égrillarde – est un harcèlement indirect. Un harcèlement immoral, de même qu’il y a du harcèlement moral. Ce préliminaire obscène a de quoi pourrir toute une maternité. Et risque de transmettre le mal comme une maladie génétique : le fils d’un porc pourrait-il être autre chose qu’un porc ?

Car si les races n’existent pas, cela va de soi, les sexes, eux, existent. Avez-vous un jour observé un homme ? Il possède entre les jambes une sorte de bête appendice dont vient tout le mal. Cette excroissance est l’organe du harcèlement ! Éradiquons-la et tout le reste nous sera donné par surcroît. Aujourd’hui, nous pouvons nous débarrasser définitivement du harcèlement sexuel en l’espace d’une génération : il suffit de recourir systématiquement au clonage. Les clones de filles étant des filles, la fin du mâle mettra fin au mal. La technique est au point, il suffit de vouloir. Si nous sommes sérieuses dans notre refus définitif du harcèlement, il n’y a pas d’autre solution.

Et à qui prétendrait qu’une fois le clonage généralisé il manquera quelque chose à la société, je réponds non. Il n’y a pas que le clonage, la technologie progresse dans toutes les directions. En particulier l’informatique. Nous n’aurons plus les hommes ? Il nous restera l’intelligence artificielle.

Erwana Floc’h

Illustration : domaine public
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

  • jeanmari

    Entièrement d’accord avec ce point de vue. Même si la phrase citée de Cyrano ne fait pas partie de la scène du balcon, cette insistance maladive à réclamer un baiser pour finir par abuser de la lassitude crée par un harcèlement aussi manifeste: »Puisqu’elle est si troublée, il faut que j’en profite » relèverait pour le moins de « balance ton porc » mais pourquoi pas de la correctionnelle.
    Dans un premier mouvement je pensais offrir mes bijoux de famille en holocauste à tout ce bouleversement qu’ils infligent à mes tendres compagnes. Après mures réflexions je me suis rallié à ce mouvement né aux USA et qui fait école en France, le MGTOW (Men going the way of women) consistant a vivre éloigné du fruit de la tentation et donc à ignorer les rapprochements avec la femme. Là est le salut.

    • Ludo22

      Lorsque je précède une ou des femme.s dans une succession de portes je les leur claque volontairement au nez. Ce que j’ avais toujours pris pour de la galanterie, tenir la porte ouverte pour ces dames, est maintenant assimilable à une tentative de mettre en exergue ma supériorité physique, d’ attirer leur attention et donc du pur harcellement sexuel.
      De même, plus question de céder ma place dans les transports en commun à une dame enceinte. Cela peut être assimilé à une perversion sexuelle ayant pour objet les femmes en état de grossesse et à un honteux harcellement.
      « jeanmari » a bien raison, la défense imparable contre de telles accusations est d’ ignorer totalement la gente féminine, de lui interdire toute visibilité et de lui nier toute existence propre.
      La burqa pour toutes est le remède consensuel puisqu’ elle ne provoque aucun rejet de la part de ces « féministes » ;)

      • jeanmari

        Très bien, je considèrerais pour ma part comme une distinction délicate et précieuse d’être l’objet d’une dénonciation sur un futur « balance ton mufle ».
        Fini l’oeil qui s’attarde sur des petites fesses bien rondes, des seins pointus ou des yeux de biches étincelant d’une luxure factice à la vue d’un billet de 50€. Ces appats ont tout de la robe vermeille de l’anamite tue mouche. La parure brillante qui cache le poison ou comme le disait Napoléon en parlant de Talleyrand: » de la merde dans un bas de soie ».

        • Ludo22

          Très bien :-D
          Il ne nous reste plus qu’ à suive l’ exemple des »insoumis » soumis à l’ islam et créer nous aussi un site de rencontres politiquement marqué.
          « Aux galants patriotes » serait un nom rassembleur lol

        • Armoricaine

          Quand la pensée devient hémorroïde le monde saigne de toute part.
          La lumière sordide en miroir dérange une intimité peu glorieuse qui fanfaronne.
          L’importation de porcs sera juste en concurrence.

      • Armoricaine

        Donc.
        En tout goujat sommeillerait un gentleman.

        • Ludo22

          Non, c’ est l’ inverse. Tout gentleman peut se conduire en goujat lorsque les circonstances l’ imposent.
          Voyez la définition du rugby donnée par les Anglais: « sport de voyou joué par des gentlemen ».
          Si une gauchiste « féministe » progressiste croise ma route, j’ oublierai en sa présence le savoir-vivre que ma mère m’ a inculqué.

          • Armoricaine

            Vous êtes dans une interprétation déviante irrecevable.
            Que des gars de même gabarit physique se libèrent entre eux de leurs tensions mâles pour se saisir d’un ballon, est une règle saine d’honnête homme.
            Qu’un type profitant d’une domination physique se défoule sur une femme ( ou un enfant d’ailleurs ) quelle qu’en soit la forme, c’est sordide.
            Je constate que la gauche se définit dans une religion sectaire avec ses ayatollahs dits écolos, ses ayatollahs dits féministes, ses ayatollahs dits de l’égalité lgbt, ses ayatollahs saccageurs frénétiques dits antifas-cistes. Le socialisme sorti de l’ombre a libéré les lumières mortifères de sa boîte à pandore et in fine pro invasion barbare (avec cette chance de mourir violemment ensemble pour on ne sait quelle identité heureuse) avec une culture d’égorgeurs au sexisme brutal curieusement nié par les femelles déglinguées gauchistes.
            Nous devons tous nos trouver et unir nos forces de Droite pour démonter avec détermination, tout en le dénonçant clairement, l’obscurantisme arrogant des forces de gauche qui met l »Europe en danger par un chaos organisé sournoisement
            L’élection pour la Présidence LR devra ouvrir sur un Grand Parti pour une Droite déterminée à toute épreuve pour relever une Société en altération qui déraille.
            Cordialement

          • Ludo22

            Avez-vous capté que ma réponse à janmari était du second degré ?
            Comment voulez-vous que dans la vie courante je puisse déterminer en regardant une femme que j’ ai affaire à une gauchiste à l’ égalitarisme dévoyé bonne à punir ?
            Je vous rassure, on ne se refait pas et mon savoir-vivre demeure intact qui me pousse à montrer à la gente féminine toute la considération que je lui porte. Ma mère peut rester fière de l’ éducation qu’ elle m’ a donnée.

          • Armoricaine

            Ainsi donc
            Vous avez pu soulagé une colère via un second degré.

          • Ludo22

            C’ est un rêve qui me soulage du cauchemar que sont ces viragos qui voudraient importer en France la plaie que sont aux USA les rapports femmes/hommes et les ruses de Sioux qu’ il faut à ces derniers pour ne pas prêter le flanc à des accusations du type « balance ton porc ».
            Je préfère une féminine du type (qui devient assez rare) Natacha Polony:
            https://www.suavelos.eu/natacha-polony-livre-bel-hommage-aux-hommes-a-virilite

          • Armoricaine

            Ne noyez pas le « poison ».d’un débordement mâle que Natacha Polony a l’intelligence de savoir parfaitement discerner et de savoir aussi en parler pour y avoir été confrontée comme beaucoup (malheureusement) de femmes.
            Votre besoin d’être à ce point materné est si étrange qu’il vous empêche de reconnaître et de dénoncer -en véritable gentleman- qu’il existe une violence primaire parfaitement scélérate et simplement inadmissible.
            Vous n’êtes certainement pas sans savoir que le pervers sait lui aussi se réfugier derrière le second degré.
            Cordialement.
            [ Vous avez pu soulageR…c’est mieux ]

          • Ludo22

            « qu’il existe une violence primaire parfaitement scélérate et simplement inadmissible »

            Savoir contrôler ses pulsions primaires est ce qui fait la différence entre l’ Homme civilisé et la brute, le Gentleman et le goujat.
            Notre civilisation nous a enseigné comment traiter la Femme: l’ amour courtois depuis le XII ème siècle a placé la Femme sur un piédestal, femme qu’ il convient de courtiser avec respect, séduire par l’ esprit, la douceur, la poésie, le romantisme, l’ ode: « mignonne allons voir si la rose qui ce matin avait déclose sa robe de pourpre au soleil… ».
            De quand date notre régression ? La femme a-t-elle une part de responsabilité dans l’ abaissement des mœurs (alors qu’ elle en était la gardienne il y a à peine 50 ans) et sa déconsidération auprès d’ une partie de la faune masculine ?
            La « libération » de la femme, la fausse « égalité » remplaçant la complémentarité ne sont-ils pas les pièges dans lesquels elle est tombée bille en tête ? En tout cas c’ est bien elle qui paie, au prix le plus fort, les pots cassés…

            1968 puis le gauchisme au pouvoir ont fait brûler les étapes à notre société vers « le grand dérèglement ». La famille, le socle de la nation, a été pulvérisée.
            Après la ringardisation du mariage auquel on substitue l’ union libre et le PACS, l’ « IVG contraception », 220 000 par an, le « mariage pour tous », la PMA pour toutes, la GPA sur les rails, le gender, c’ est au tour de la pédophilie de se voir peu à peu dépénalisée: récent procès 11 ans contre inconnu de 28 ans, viol non retenu. Bientôt la zoophilie à la mode ?
            Merci l’ idéologie de gauche, la droite couchée et l’ ultra libéralisme. Qui ou quoi nous sauvera de la décadence (pour ceux qui la discernent) ? Le pape immigrationniste-islamophile ? L’ islam qui dominera avant 30 ans et imposera une fois pour toutes l’ infériorité de la femme ?
            Reste l’ émigration, mais le choix des pays encore vivables se rétrécit à vue d’ œil.

    • François ALLINE

      En effet, le poison c’est la mixité…!!!

      • Ludo22

        C’ est ce que rabâche mon imam tous les vendredi ;)
        Martine Aubry a été le premier maire à l’ écouter pour ses piscines municipales.

  • ER LANIG

    Erwana Floc’h est tout simplement une folledingue

    • jeanmari

      Voilà une citation digne de figurer au tableau d’honneur de « Balance ton muffle ».
      Pour ma part, j’aurais épargné Erwana Floc’h…

  • Ysaure 95

    Le pire des statuts aujourd’hui : celui du male blanc salarié, corvéable et ponctionable à merci, coupable de naissance de par sa race d’abord , son statut de mâle ensuite . Une aubaine pour nos arcanes judiclaires matriarcales et avide de divorces.
    Dans cette guerre des sexes qu’on leur mène, un seul remède : rejoindre ce fameux courant qui a vu le jour aux États unis, « les hommes seuls qui partent de leur côté ».Qu’ils nous importent une bonne chose pour une fois !
    En tant que femme d’un prototype en voie de disparition qui assume sa virilité, qui veut très souvent avoir le dernier mot et s’inquiète dès que je mets un pied dehors, bref d’un homme qui a tous les travers du macho à éradiquer d’urgence, je les y encourage , non sans regrets pour toutes les autres .