Gilles Pennelle (FN) sur l’identité bretonne : « je ne suis pas un jacobin »

A LA UNE

04/11/2017 –12h50 Rennes  (Breizh-Info.com) –  Plus d’autonomie pour la Bretagne ? Non, répond le Front national, à travers une réponse de son responsable régional, et membre du bureau politique, Gilles Pennelle donnée au journal Bretons. Toutefois, ce dernier que nous avons contacté, tient à exposer précisément sa pensée au sujet de la Bretagne, et de son identité, nous y reviendrons ci-dessous.

Maiwenn Raynaudon-Kerzerho journaliste pour le magazine mensuel Bretons interrogeait en ce mois d’octobre des élus sur la situation en Catalogne et sur la comparaison possible avec la Bretagne. Voici comment elle rapporte l’entretien qu’elle a eu au téléphone avec M. Pennelle .

« Du côté du conseiller régional Front national Gilles Pennelle, les choses sont ainsi claires. La situation en Catalogne est “une crise dangereuse”. Et s’il nuance le parallèle avec la Bretagne, il estime devoir être “méfiant”. “L’Union européenne, en soufflant sur les braises des régions, a fini par créer des incendies. Nous sommes très critiques vis-à-vis de la politique régionale de l’Union européenne, qui a fait miroiter aux régions qu’elles pourraient avoir de plus en plus d’autonomie en supprimant les nations. Nous, nous sommes attachés aux nations, donc à l’État français. La Bretagne a besoin de l’État français, comme la Catalogne a besoin de l’État espagnol pour se protéger de l’uniformisation de la mondialisation.”L’élu frontiste va même plus loin : donner plus d’autonomie, plus de compétences à la Bretagne, comme elle le demande ? Ce serait ouvrir une boîte de Pandore qui amènerait directement… à une situation de type catalane.»

Afin de nous assurer que les propos de Gilles Pennelle n’avaient pas été tronqués ou déformés, nous l’avons contacté.

Ce dernier confirme bien ces propos rapportés, « raccourcis en raison du format de l’interview, téléphonique ». Oui, il est un partisan de l’État-Nation français, et il ne souhaite pas que les régions de France deviennent autonomes.  « Mais pas cet État français qui impose actuellement au peuple la mondialisation et la submersion migratoire ». Gilles Pennelle réfute toutefois toute hostilité aux identités régionales, et à la Bretagne en particulier : « Je ne suis pas un jacobin. Je suis plus Charette que Robespierre … Mais j’estime que face à la mondialisation, face à la submersion migratoire, seul un Etat protecteur peut défendre les identités régionales. ».

Hostile à l’autonomie bretonne, ce dernier souligne par ailleurs les incohérences de la gauche régionaliste : « aujourd’hui, ceux qui mettent en avant la Bretagne,  comme Paul Molac (interviewé dans le journal Bretons également) sont les vrais fossoyeurs des identités, et notamment de l’identité bretonne (…) Ces gens condamnent à tout bout de champ l’action de l’État français, mais jamais quand cet État impose des migrants à toute la région. Là c’est silence total et applaudissements ».

Lorsqu’on lui fait remarquer que le Front national, à plusieurs occasions, n’a pas convaincu en Bretagne de sa volonté de défendre l’identité, Gilles Pennelle n’est absolument pas d’accord : «  En ce qui concerne le vote sur le prénom Fañch (NDLR : voir notre article à ce sujet) , nous avons sans doute mal communiqué, mais nous voulions avant tout mettre un point d’honneur  à faire remarquer le scandale qu’il y avait à faire des fossoyeurs quotidien s de notre identité des défenseurs de la Bretagne. C’est une supercherie. Encore une fois, la majorité de gauche au Conseil régional, tout comme la fausse opposition de droite, ne font rien contre la venue en masse des migrants, qui est une des menaces principales pour l’identité bretonne ».

Et Gilles Pennelle de rappeler les actions « de fond et non pas de communication, que la presse ne médiatise pas » menées à la Région Bretagne : « Nous votons en commission permanente systématiquement les subventions accordées à la langue bretonne, aux festivals qui mettent en valeur l’identité bretonne, et nous continuerons à le faire » dit-il, lui qui conclut : « Nous défendons toutes les identités, et j’insiste bien sur ce pluriel ».

Voici pour les précisions.

Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Iwerzhon : Conradh na Gaeilge a gomz d’an ONU

D'an 02 a viz kerzu e oa deiz "forom ar minorelezhioù" en sez an ONU. Bep bloaz abaoe 14...

Documentaire. La révolution irlandaise

Le récit précis et détaillé de l'avènement de la République d'Irlande, il y a un siècle, des prémices de...

14 Commentaires

  1. Aucun charisme, aucun courage politique. De facto il prone le modèle jacobin. La seule excuse qu’on puisse lui trouver est l’opinion de ses électeurs nostalgiques d’une centralisation. Une époque sans internet, sans autoroute, sans avion low cost, avec des faibles impots, et de facto decentralisée.

    Et il se défausse en accusant ses adversaires politiques qui effectivement favorisent l’immigration et les quotas décidés sur un modèle également jacobin organisé par les préfectures.

    Si on fait le bilan, à droite on veut un modèle jacobin sécuritaire et économique et à gauche un modèle jacobin socialo immigrationniste.

  2. Il n’est pas Breton et son parti propose la suppression pure et simple de la Bretagne. Bref, une racaille étrangère qui veut nous remplacer.

  3. Quelle complaisance de la part de Yann Vallerie. Aucune question de fond qui pourrait mettre le normand en difficulté. Une tribune libre en fait, avec le petit tacle qui va bien au magazine Bretons.

    • Oui, comme ces deux questions, qui sont sur toutes les lèvres : Pourquoi le FN ne veut pas retirer la nationalité française aux immigrés qui l’ont obtenue par naturalisation, droit du sol ou droit du sang ? Pourquoi le FN cantonne-t-il la question de l’immigration aux immigrés qui n’ont pas la nationalité française, alors qu’ils sont les moins nombreux ?

  4. Quel aveux de mensonge. le FN en Bretagne de la part de son dirigeant en région Bretagne pris les doigts dans la confiture, et tenter de se justifier, à coup de raccourcis les plus grossiers.
    et la tentative de sauvetage de la part de M. Vallérie, qui au lieu de sauver son idole, son maitre à penser, l’enfonce involontairement.
    Le FN est bien une supercherie en Bretagne, il est temps de s’en débarasser une fois pour toute!

    • Vous avez un problème avec mon nom de famille manifestement ?
      Par ailleurs, parler de complaisance est d’une malhonnêteté sans nom. Visiblement vous n’avez pas lu l’article.
      Mais effectivement, sous pseudonyme, bien planqué, on comprend aisément que l’on puisse se lâcher et distribuer des bons points ou des mauvais points à tout va.

      • hopala! Les grands mots.
        Je ne pense pas avoir des problèmes avec votre nom de famille, à moins que vous consideriez que le « é » soit une faute d’orthographe. Désolé pour cela car je connais beaucoup de gens qui ont le même nom de famille mais écrit avec un « é ».
        Quant au fait que j’ai choisi un pseudo, je le revendique haut et fort car je n’ai pas envie d’avoir tous les 4 matins des olibrius m’enquiquiner. Si cela ne vous plait pas, tant pis mais je ne changerai pas.
        Pour revenir sur le fond de l’article je n’ai jamais parlé de complaisance mais c’est vrai qu’à force de donner la parole au FN, vous risquez de faire croire que votre site soit une officine de ce parti, ce que je pense qu’il n’est pas (encore…)
        sincérement.

        NB. pour votre info, je vous voulais vous contacter pour lancer une chronique mais au vue de votre réaction, je deviens plus réservé…

      • Manifestement vous n’avez aucun problème avec le nom de famille de Gilles Pennelle, qui est un nom de famille belge, ce qui aurait mérité une explication de sa part. Encore aurait-il fallu lui poser la question de sa présence loin de son pays.

  5. Je n’ai jamais lu une telle flagornerie de la part de Breizh Info. Penelle est certainement un allié de circonstance, mais il est loin d’être un Breton. Méfions-nous des identitaires français jacobins. Comment les reconnaître? Ils sont franchement hostiles à la République Catalane. Seuls Robert Ménard et la Ligue du Midi ont clairement soutenu les indépendantistes catalans.

  6. Ce qui est rassurant c’est de lire les commentaires des internautes ! Visiblement personne n’avale les mensonges et contre-vérités de Mr Pennelle, le normand du FN ! Le FN est un parti ultra jacobin et çà tout le monde le sait….

    • Un Normand ? Un Normand qui porte un nom de famille belge ? Ce n’est pas un normand, c’est un Belge, point barre.

  7. Je ne partage par la vision sur le fait que cet article serait une complaisance de Y Vallerie…
    Au contraire, il retranscrit parfaitement les idées du FN pour la Bretagne et en particulier celle de Gilles Pennelle.

    Nous avons donc un migrant vivant en Bretagne et qui vient nous dire qu’il est contre la Démocratie pour les 4,6 millions de Bretons…

    Donc nous acceptons avec gentillesse qu’il vienne vivre en Bretagne et ce monsieur veut décider pour nous…

    On peut critiquer la gauche bretonne, mais quand on fait le constat que la droite bretonne est inexistante ou quand elle veut se manifester elle vote pour ce type de personne…

    Mais bon, il est vrai que le FN est tellement à droite qu’il commençait à chasser sur les terres de Mélanchon…

    Et pour voter pour le FN il y a une bonne raison pour nous les Bretons, ce migrant va nous sauver des autres migrants… formidable…

    Bon, il n’y a qu’un petit prix à payer : abandonner notre liberté, à G.Pennelle, au FN et à la France…

    Mais c’est vrai qu’avoir quelqu’un d’autre pour penser à notre place, c’est un « must » de nos jours… et le FN avec son G.Pennelle, c’est bien mieux que de développer une droite bretonne…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés