Donald Trump veut fortement réduire les impôts pour relancer la croissance

A LA UNE

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

04/11/2017 – 08h15 Indiana (Breizh-Info.com) – C’est le projet le plus ambitieux des dernières décennies pour le New York Times. Donald Trump a annoncé vouloir réduire de manière significative l’impôt sur les sociétés et celui sur le revenu. Une révolution fiscale qui amènerait la croissance américaine au dessus de 3 % selon les conseillers du président américain.

Baisse drastique des impôts

« Il s’agit d’un changement révolutionnaire et les plus grands vainqueurs seront les travailleurs américains du quotidien étant donné que les emplois vont commencer à se déverser dans notre pays, que les entreprises vont commencer à lutter pour le travail américain et que les salaires vont s’élever à des niveaux jamais vu depuis des années. » Cette déclaration de Donald Trump présentant son plan de réforme à Indiana a soulevé l’enthousiasme de ses supporteurs, massés pour l’écouter.

Embed from Getty Images

Le plan de Donald Trump est simple.
Au niveau de l’impôt sur les sociétés, le taux passerait de 35 % actuellement à 20 %. Une baisse énorme qui est cependant moins importante que celle que Donald Trump désirait dans un premier temps. En effet, le locataire de la Maison blanche souhaitait plutôt un impôt de seulement 15 %.

Pour les particuliers, les impôts vont également significativement baisser si le Congrès valide le projet de Donald Trump. Premièrement, les sept niveaux d’imposition seront condensés en trois niveaux (12 %, 25 % et 35 %). Aujourd’hui, le plus bas niveau d’imposition est 10 % et le plus élevé 39,6 %.

L’idée principale de cette réforme est de simplifier et réduire les impôts des classes moyennes, notamment en doublant la déduction standard de 6 000 à 12 000 $.

Si des critiques se sont faites entendre sur le financement de cette mesure, les Républicains se sont montrés confiants dans le fait que ces mesures augmenteraient la croissance américaine de manière significative. Gary Coh, conseiller économique de Donald Trump, a ainsi déclaré que le financement de la réforme était basée sur l’hypothèse d’une croissance portée à 3 % du PIB. Selon lui, cette estimation est même basse et la croissance pourrait bien dépasser ces 3 % nécessaires au financement de la réforme.

En France, frilosité macroniste et utopie mélenchoniste

En France, l’impôt sur les sociétés devrait passer de 33,3 % à 25 % d’ici 2022 selon Edouard Philippe. Mais le calendrier reste très flou et les compensations paraissent complexes à trouver.
Pire, pour compenser une grave erreur de l’Etat, une surtaxe de 10 milliards d’euros va bientôt être imposée aux très grands groupes (1 milliards d’euros de CA minimum).

Embed from Getty Images

Le projet de réforme fiscale d’Emmanuel Macron est quant à lui plutôt équilibré mais les retraités sont durement touchés. Et la réforme se la joue finalement petit bras face à celle de Donald Trump…

Pire, du côté de l’opposition mélenchoniste la présentation d’un contre-projet grotesque fait craindre le pire sur l’état d’esprit des Français, rongés par le socialisme militant. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon et sa clique proposent de taxer à 90 % les particuliers dont les revenus dépassent 400 000 € par an.

Un programme absurde qui ferait simplement fuir les millionnaires qui restent encore en France. Rappelons à cet égard que 12 000 millionnaires ont quitté la France en 2016.

Crédit photos : DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Microbiote, les fabuleux pouvoirs du ventre

Et si l’avenir de la médecine se jouait dans notre ventre ? Aux avant-postes de la recherche, cette nouvelle...

Régionales 2021 en Bretagne. Pourquoi les listes autonomistes/régionalistes ne pèsent pas sur la société bretonne ?

A chaque élection locale ou régionale, on constate l'échec à toucher les masses des listes autonomistes/régionalistes, en Bretagne. Cela...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

De Clovis à Macron : vie et fin d’une nation ?

Nos politiques actuels montrent d’évidentes ambitions personnelles. Elles sont cependant bien trop étriquées et mensongères pour qu’elles se développent en une ambition pour la...

Prêt et annulation de créance de la France au Soudan : Macron essaie-t-il de contrer l’influence russe ?

La France a annoncé qu’elle prêterait 1.5 milliards de dollars au Soudan pour solder ses arriérés avec le FMI et lui pardonnerait 5 milliards...

Niches fiscales : Ces milliards d’euros que vous « offrez » au fisc

Palmarès des niches fiscales non réclamées par les particuliers : Combien perdez-vous chaque année en moyenne ? Vous trouverez ci-dessous une analyse des principales...

Jean-Marc Ayrault peine à faire valoir le thème de l’esclavage

En confiant les clés de Nantes à Johanna Rolland en 2014, Jean-Marc Ayrault imaginait-il qu’il allait si vite devenir un has been ? Débarqué de...