Nicolas Hulot : quand rentrera-t-il à Saint-Lunaire ?

A LA UNE

07/11/2017 – 07h45 Paris (Breizh-info.com) – En entrant au gouvernement, Nicolas Hulot a apporté dans ses bagages deux choses précieuses : popularité et notoriété. Dans la côte d’avenir que publie chaque mois Le Figaro magazine, le ministre de la Transition écologique fait la course en tête, devançant aisément les autres éminences de la macronie. En octobre 2017 : 49% pour Hulot (il était crédité de 62% en juin), 22% pour Le Drian, 21% pour Le Maire, 21% pour Bayrou, 15% pour Collomb, 11% pour Castaner, 8% pour Pénicaud, 6% pour Blanquer, 6% pour Rugy, 5% pour Ferrand (Baromètre Sofres, Le Figaro magazine, 6 octobre 2017).

Mais l’interrogation porte, depuis sa nomination, sur sa longévité au gouvernement et sa capacité à accepter des arbitrages défavorables. Car les sujets de mécontentement sont légion pour le ministre : l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada (CETA), les États généraux de l’alimentation (EGA), le glyphosate, les perturbateurs endocriniens, l’abattage des loups, l’abandon des aides au maintien dans la filière bio ou encore la suppression de la subvention pour l’achat de vélos électriques.

Il n’y eut donc pas de surprise lorsque France Inter évoqua la possible démission du plus populaire des ministres (mercredi 11 octobre). Après avoir dîné en tête-à-tête avec le Président, Nicolas Hulot assure le lendemain : « Aujourd’hui je me sens très utile ». Quittera-t-il le gouvernement si ce dernier décide de construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, projet auquel il est opposé ? « J’assumerai mes responsabilités quand la décision sera prise », répond-il énigmatique (France Inter, jeudi 12 octobre 2017).

Il avait déjà eu l’occasion de s’expliquer sur ses intentions : « Il est beaucoup trop tôt pour faire le bilan. Mais le moment venu, j’évaluerai mon utilité. Si je m’aperçois à ce moment-là que je ne fais qu’accompagner la misère, alors je retournerai chez moi. » (Aujourd’hui en France, mardi 12 septembre 2017)

« L’heure d’un premier bilan devrait intervenir en décembre, à la convergence de quatre échéances : les conclusions de la mission de concertation sur le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, les clôtures des EGA et des assises de la mobilité, ainsi que le sommet climat du 12 décembre. Le ministre pourra alors vérifier sa capacité à faire bouger les lignes. » (Le Monde, mardi 4 octobre 2017). En cas de relance du projet d’aéroport, sa démission semble aller de soi : « Je vais m’exprimer en décembre. Pour l’instant, je ne dis rien, sinon je vais encore me faire engueuler. Reposez moi la question en décembre. » (France Inter, jeudi 12 octobre 2017).

En attendant, Nicolas Hulot continue à expédier des messages à l’Élysée et à Matignon. Pour qu’on ne le néglige pas d’une part, et pour afficher sa résolution d’autre part : on ne lui fera pas avaler des décisions contraires à ses convictions. D’où un certain activisme sur le front médiatique : « Sachez une chose : je ne recule jamais ; parfois je patiente un peu. » (Le Journal du dimanche, 15 octobre 2017). S’il a appris « à gérer la complexité », il s’est également fixé des lignes rouges : « Je suis le seul à les connaître, mais la première ligne rouge, c’est l’instant où je me renierai. » (Le Monde, 29-30 octobre 2017)

Il parait que le week-end – quand c’est possible – le ministre rentre chez lui, à Saint-Lunaire, où il s’oxygène en pratiquant son sport favori, le kitesurf, si le vent est là. Mais un ministre chargé de dossiers ne peut guère y consacrer plus d’une heure. Alors qu’un retraité de la politique peut s’en donner à cœur joie, plusieurs heures par jour, sept jours sur sept. Le choix est donc simple : hôtel de Roquelaure ou bien kitesurf.

Bernard Morvan

Photo : Damien Senger/flickr (cc)
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Multi récidivistes, deux Afghans condamnés pour avoir attaqué et poignardé un couple

Souvenez-vous, l'été dernier. C'était au mois de juillet, à Rennes. Un couple était agressé sur l'eplanade Charles-de-Gaulle. Par deux...

Charlotte D’Ornellas : « Greta sermonne tout le monde au nom de la survie de la planète. Quand Thaïs d’Escufon dit que l’immigration est...

Charlotte D’Ornellas : « Greta sermonne tout le monde au nom de la survie de la planète. Quand Thaïs...

4 Commentaires

  1. Ou avez vu ;ce menteur ;bafouilleur être le plus populaire AH OUI EN BRETAGNE ,ces bretons implacable pour juger les Canassons ,,les Le Driand PLUS nul ce ministre des éoliennes qui seront des tonnes de ciments dans la Mer ,le bruit la Laideur ,ces bretons socialistes jusqu’aux bouts des ongles Bonne semaine

    • de quoi tu parles ? il est loin d’être populaire en bretagne, il n’y a qu’a paris qu’il est populaire …et fout la paix au breton.

    • La France est envahie par l’Afrique : Vite ! Insultons les Bretons sur Internet ! La lâcheté du FN dans toute sa splendeur.

  2. Nicolas Hank Hulot & Yann Anus-Béant sillonnent la planète en hélico pour nous faire nous déplacer en vélo.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés