24/11/2017 – 07h00 Rennes (Breizh-info.com) –  67,5% des procédures d’expulsion d’immigrés clandestins ont été annulées en octobre 2017 par le juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal de grande instance et par la cour d’appel de Rennes. Sur 160 procédures engagées, 110 ont ainsi été annulées, pour des irrégularités administratives, comme nous avons pu le constater dans une note interne que nous nous sommes procurée.

De surcroit, l’État a dû verser à ces individus, via les préfectures condamnées, la coquète somme de 45 850 euros.

Ainsi des personnes, entrées illégalement sur le territoire français et dont la présence est jugée indésirable, peuvent rester en France pour de simples erreurs administratives trouvées par leur avocat respectif, et en outre empocher de l’argent de l’État.

Aux 110 annulations de procédure, 3 autres viennent s’y ajouter en appel.

Motifs de ces annulations ? « contrôle d’identité », « absence de preuve de l’avis de placement en rétention du procureur », « absence de communication des coordonnées de la CIMADE », « absence de traduction en langue albanaise du règlement intérieur », ou encore « absence de communication du numéro de fax du greffe du JLD » (!) …

Cette note interne est diffusée afin que les personnels et les enquêteurs fassent leur possible pour ne pas commettre des erreurs qui seront payées cash lors du passage devant le JLD, les immigrés clandestins bénéficiant d’avocats chevronnés épaulés par les réseaux associatifs immigrationnistes.

L’exemple rennais est intéressant : même lorsqu’ils sont arrêtés et présentés à un juge en vue d’une expulsion, les 2/3 d’entre eux ne sont pas expulsés, et sont même indemnisés, en raison de vices de procédure. Ils peuvent ainsi rejoindre la cohorte de vrais faux mineurs isolés étrangers qui sévissent en toute impunité à Rennes depuis plusieurs mois faute de pouvoir, eux aussi, être expulsés en raison de la législation.

Crédit photo : wikipedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 Commentaires

  1. Certains corps de l’état, comme d’ailleurs certaines professions de la société civile qui cristallisent leurs opinions autour du politiquement correct mènent une action délétère de toute évidence orientée contre les intérêts de la France et des Français. C’est vrai des magistrats, c’est vrai des journalistes et c’est vrai de la plupart de la classe politique. Ces gens ne respectent pas leur contrat et font un usage contre nature des pouvoir que le peuple leur à remis.
    Il me semble qu’on a atteint un niveau où le vote ne suffit plus pour faire entendre sa colère et où des opérations plus percutantes deviennent nécessaires pour moraliser ces professions.

  2. Pour limiter des « désordres » ultérieurs et les charges sociétales …, lorsque des « immigrés clandestins » sont relâchés, quel qu’en soit le motif, sans reconduite immédiate à la frontière, il semble qu’ils pourraient être confiés à des citoyens français locaux volontaires. Car apparemment, d’après le panneau « welcome migrants » de la photo, beaucoup de personnes sont candidates pour accueillir des migrants chez elles, à leur frais, et probablement « à vie », et pour lesquelles le statut de « tuteur » doit leur être attribué (responsabilité des actes du
    migrant accueilli …).

  3. Quand on pense à tout l’argent gaspillé pour des parasites alors que nos petits retraités n’ont quelquefois pas assez pour se nourrir ou se soigner . Tout cela me révolte.

  4. Oui la colère monte, un récidiviste arrêté plus de 30 fois, relâché par les tribunaux car il est mineur !! 1m80 il fait plutôt 25 ans, mais n’a pas de papier justificatifs !! qu ‘un bon fils de famille ose faire un larcin, vous verrez la sentence….mais les tribunaux sont pris en otages de nos politiquement corrects vis à vis de nos pauvres immigrés qui sont indemnisés à des hauteurs !!! par contre on va couper les vivres à un retraité qui ne peut payer son électricité ! scandaleux!!!!

  5. Excellent article ! Des faits bruts, relatés sans détours ! Oui la Magistrature est l’un des pouvoirs les plus corrompus en Europe : il s’agit d’une corruption des principes du Droit. L’Europe est passé des Droits-libertés ( Bill of rights anglais de 1689 ou Déclaration des droits française de 1789) à une Convention européenne des Droits de l’Homme (1950) qui inclus nombre de droits sociaux ou droits-créances (que vous payez par l’impôt). Cette même convention (CEDH) décrète le droit d’asile en Europe au profit de l’Humanité du monde entier. Toute la « construction européenne » ultérieure aggravera ces créances sociales ou droits d’asile, conférant aux clandestins et immigrés un statut de privilégié colonial. Le socialisme français subventionnera les associations promotions des clandestins : mouvement des « sans papiers » et aggravera le statut colonial des migrants : indifférenciation obligatoire du recrutement (de fait quota ethniques) . L’Etat en est arrivé à la discrimination « positive » (pour une certaine immigration bien connue) dans les domaines urbanistique, éducatif, fiscal (on ne paie pas l’impôt dans les « territoires perdus de la République » et même judiciaire ! (comme en témoigne cet article). Si les français – ou les bretons – veulent s’en sortir, ils devraient méditer le modèle suisse. Dans ce pays libre, le responsable de l’action publique (administratif, fiscal, judicaire, policier) est cantonal, et à porté de voix du citoyen, et choisi par lui. Rien à voir avec nos Préfets macroniens, Magistrats du Syndicat de la Magistrature, tous zélés immigrationistes, car n’ayant aucun compte à rendre au Peuple local. C’est ce qu’il faut changer en France. Nous avons besoin d’une subsidiarité de l’tat aux niveaux départemental !

Comments are closed.