Alors que la question de l’immigration a contribué à fragiliser la position de la chancelière Angela Merkel, les problèmes liés au sujet dans le pays n’en finissent plus d’occuper l’actualité allemande. Dernièrement, c’est un bar qui a annoncé ne plus vouloir de migrants parmi ces clients !

« On en a marre de tout ça ! »

L’affaire se passe à Augsburg, ville bavaroise de 286 000 habitants. Et elle ne manque pas de faire parler dans la région. La brasserie Kreuzweise a annoncé récemment ne plus laisser entrer de réfugiés. Une décision motivée par les incidents et les agressions à répétition.

« On en a marre de tout ça ! […] Je suis sans voix. Les jeunes sont très agressifs et ne sont plus supportables pour nous », s’est exclamée la patronne de l’établissement, Tatjana Dogan, dans un statut publié sur Facebook. Un statut supprimé depuis, selon le journal allemand Junge Freiheit.

Un groupe de Gambiens

Les migrants posant problème seraient d’origine gambienne. C’est ce que révèle quant à lui le journal local d’Augsburg, Augsburger Allgemeine. Ils sont un groupe de 25 demandeurs d’asiles africains à errer dans la ville. Mais le 18 novembre dernier, les choses ont pris une nouvelle ampleur. Alors qu’ils avaient déjà commis des vols et des violences dans le bar mais aussi du harcèlement auprès des serveuses, la situation a, cette fois-ci, gravement dégénéré.

Une bagarre très violente a ainsi éclaté au moment où le bar a arrêté de servir de l’alcool. Les réfugiés s’en sont d’abord pris aux gérants de l’établissement avant de se battre entre eux dehors, notamment à coups de bouteilles en verre. Seule l’intervention de la police, qui a dû menacer les belligérants avec des armes à feu, a permis un retour au calme.

De plus en plus nombreux

Ce phénomène de bandes de migrants divaguant en ville n’est pas pour rassurer commerçants et habitants d’Augsburg. D’autant plus que les groupes de réfugiés tendent à devenir de plus en plus importants. Majoritairement d’origine africaine, ces hommes, souvent très jeunes, cherchent à rentrer dans les restaurants, bars et clubs de la ville. Tandis que d’autres restaurants ont déjà refusé ces demandeurs d’asile à leur porte, la police signale que ces derniers errent dans les rues en étant agressifs et ivres. Une tendance qui s’accentue selon les forces de l’ordre.

À l’échelle nationale comme à l’échelle locale, la scène politique allemande risque de connaître des turbulences dans les mois à venir. De plus en plus d’Allemands constatent à leurs dépens les effets de la politique migratoire d’Angela Merkel.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

5 Commentaires

  1. Accueil des migrants/ Néo féminisme et théorie du genre même combat.
    A priori aucun rapport et pourtant Ségolène Royal le reconnaissait elle même le 3 mai 2007 dans son débat avec Sarkozy alors qu’on assistait à des viols de femmes flics, elle disait: il faut mettre un policier derrière chaque policière pour la raccompagnez chez elle (là l’écriture « inclusive » ça ne passe pas…). Horesco referens! des hommes pour protéger les femmes flics. Et où les trouver dans ce pays où l’école nous fabrique des demi-fiottes depuis des décennies?
    Alors, des bandes d’Européens contre les bandes de Gambiens si les flics ne font rien ? Où étaient les jeunes « machos » protecteur de la femme et de l’enfant à Cologne pendant qu’on violait leurs compagnes? Il n’y en a pas eu un dans la foule capable de violer la loi et l’opinion publique et de brandir une arme? Non, la doxa a châtrès les Allemands comme les Français et comme la plupart des européens de l’ouest avec ces priorités contradictoires: protection des migrants et égalité – identité des sexes. Deux idéologies mortifères;

  2. Ils viennent jusque dans vos bras.
    Égorger vos fils, vos compagnes!

    Aux armes citoyens
    Formez vos bataillons
    Marchons, marchons
    Qu’un sang impur
    Abreuve nos sillons

Comments are closed.