20/12/2017 – 06h00 Saint-Lunaire (Breizh-info.com) –Comme tout le monde le sait, Nicolas Hulot, le millionnaire ministre de la Transition écologique aux six voitures – en plus d’un bateau, d’une moto et d’un scooter électrique -, possède une superbe villa à Saint-Lunaire, sur la côte d’Émeraude.

Et selon sa déclaration de modification substantielle de situation patrimoniale déposée le 4 décembre 2017 et publiée quelques jours après, celle-ci lui aurait coûté 1 610 000 euros lors de son acquisition en 2004 (il en possède 25% en quote-part), sans compter 800 000 € de travaux réalisés par la suite.

Pourtant, la valeur vénale déclarée, c’est-à-dire le prix auquel un bien peut être vendu d’après l’état du marché, serait de 1 500 000 euros. Soit une perte de plus de 100 000 euros, nonobstant les travaux de rénovation effectués dans sa propriété. Cette déclaration interpelle forcément tous ceux qui connaissent un peu l’immobilier sur la Côte d’Émeraude, les prix n’étant pas réputés pour partir à la baisse. Du côté des notaires et des agents immobiliers locaux que nous avons pu contacter, cela laisse songeur.

Le  prix de l’immobilier a au contraire augmenté régulièrement depuis 2005. Une villa néo-bretonne située pointe du Décollé comme celle de Nicolas Hulot, mais un tiers moins grande, avec cependant une vue à couper le souffle, est actuellement en vente au prix affiché de 2 164 372 euros.

Nous avons contacté la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, qui n’a pas souhaité nous donner plus d’information. Contacté, le service de presse de Nicolas Hulot nous a déclaré que la Haute autorité avait validé la déclaration, et qu’il n’y avait rien d’autre à ajouter.

Avec plus de 7,2 millions d’euros de patrimoine, Nicolas Hulot, 62 ans, est l’un des ministres les plus riches du gouvernement avec Muriel Pénicaud et Françoise Nyssen. Le ministre de la Transition écologique possède quatre autres biens immobiliers, en Corse et en Savoie. À cela s’ajoute sa société Eole, qui encaisse ses droits d’auteur et les royalties des produits dérivés Ushuaïa et dont la valeur est estimée à 3,1 millions d’euros, tandis que le total de ses contrats d’assurance vie, instruments financiers, comptes courants et produits d’épargne atteint environ 1,17 million d’euros.

Crédit photo : Wikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 Commentaires

  1. La Haute autorité a pareillement validé la valorisation de la société Eole Conseil, détenue à 99 % par Nicolas Hulot. En 2013, dernière année pour laquelle elle a déposé ses comptes « en clair » au greffe du tribunal de commerce (elle vit à présent dans l’opacité comptable), elle détenait 2,5 millions d’euros de trésorerie plus près de 200.000 euros de créances nettes, elle avait réalisé un bénéfice net de plus de 100.000 euros et son chiffre d’affaires sous forme de royalties était en grande partie récurrent. A fin décembre 2013, la société valait certainement beaucoup plus que les 3,1 millions d’euros déclarés à la HATVP. Il faut croire que sa situation s’est fortement dégradée depuis lors.

    • Le problème n’est pas (ne serait pas…) dans les revenus et le patrimoine de Nicolas Hulot. Il a bien réussi dans son domaine d’animateur de télévision, il en a tiré les fruits, c’est normal. Et comme il est domicilié en France, il paie sûrement beaucoup d’impôts de différentes sortes, de l’IR à l’ISF en passant par les taxes foncière et d’habitation, donc toute la collectivité en profite. Le problème éventuel serait dans une sous-déclaration à la HATVP.
      En ce qui concerne Eole Conseil, le soupçon n’aurait pas lieu d’être si Nicolas Hulot n’avait pas choisi de déposer ses comptes au greffe du TC avec déclaration de confidentialité. Tout le monde pourrait alors constater (ou pas) une évolution défavorable justifiant la baisse de valeur de la société.

    • Le problème c’est qu’il y a des règles débiles certainement comme l’ISF mais que quand on fait partie de ceux qui décident de ces règles la moindre des choses c’est de jouer le jeu sinon il n’a rien à faire au gouvernement Et que la haute autorité machin truc c’est du pipeau

  2. pour un ministre de l »écologie, tirer des revenus issus de shampoings vendus dans des bouteilles fabriquées à partir de pétrole, étonnant non?

Comments are closed.