Allemagne. Des femmes dénoncent les viols commis par les migrants et la politique de Merkel (Vidéo)

A LA UNE

03/02/2018 – 06h20 Berlin (Breizh-info.com)  – La multiplication des meurtres et agressions sexuelles commis par des migrants, venus en masse depuis la politique d’ouverture des frontières engagée par Angela Merkel, inquiète de plus en plus l’opinion allemande, notamment les femmes, qui en sont les premières victimes.

Suite à plusieurs faits divers récents impliquant des réfugiés dans des meurtres de jeunes femmes, les initiatives féminines pour dénoncer l’insécurité qu’elles subissent se multiplient depuis quelques semaines.

Le 28 janvier dernier à Kandel, petite ville à la frontière franco-allemande, un rassemblement de mères de famille locales a organisé une manifestation pour rendre hommage à Mia, une adolescente de 15 ans assassinée un mois plus tôt par un migrant afghan, ainsi que pour défendre la sécurité à laquelle ont droit leurs enfants. La mobilisation a été un succès et a attiré entre 1 000 et 2 000 personnes.

Le 30 janvier, un groupe de jeunes femmes allemandes a lancé l’initiative « 120 Dezibel », pour appeler à dénoncer à voix haute la violence et les agressions sexuelles « importées » que subissent les femmes européennes.

Le mouvement s’est fait connaître par une vidéo virale diffusée sur plusieurs plates formes internet ainsi que par un site web ( http://www.120db.info/ ) et un hashtag #120dB .

Nos confrères d’Alsace Actu ont réalisé une traduction de la vidéo en français, que voici ci-dessous :

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Un collectif mobilisé pour la réhabilitation d’une ancienne voie ferrée dans le pays de Retz

Entre Paimboeuf et Saint Hilaire de Chaléons, 28 kilomètres de voie désaffectées depuis 1998. Des riverains et d'anciens cheminots...

Ospital Dinan : 6 goprad digarget dre ziouer a bas yec’hed

D'al lun 20 a viz gwengolo e ospital Dinan e voe galvet 11 goprad (war 1446) rak n'o doa...

3 Commentaires

  1. Dans une société normale le réflexe naturel de ces femmes serait d’abord de se placer sous la protection de leur ami ou de leur mari. L’Allemagne, plus encore que la France n’est pas une société « natuelle ». Les hommes sont « éteints » en tant que tels et accordent plus d’intérêt à leur carrière qu’à leur famille. Certes ils ne harcèlent pas, ils ne draguent ni ne séduisent même pas. Ce pays est désespérant. Les femmes y sont déséspérantes. Je comprends qu’elles demandent la protection de cette entité abstraite et impersonnelle qu’est un gouvernement. Elles n’ont pas grand chose à attendre sur un plan privé.

    • Tout le monde connait la dictature communiste de l’Allemagne de l’Est.
      Mais en Allemagne de l’Ouest les américains ont utilisés des outils plus subtiles de lavage de cerveau, de culpabilisation, pour transformer la population en esclave incapable de se défendre avec des dirigeants aux ordres de Washington.

    • Tout à fait d’accord. D’ailleurs, on ne voit pas d’hommes à la manifestation. Ces femmes sont pourtant leurs mères, leurs sœurs, leurs épouses. Ils s’en fichent que les envahisseurs les traitent comme de la chair à violer ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés