Après IKEA, Tinder « match » avec le politiquement correct

A LA UNE

La célèbre application de rencontre Tinder vient de faire un grand pas… vers le politiquement correct. Elle veut désormais proposer un émoji représentant les couples mixtes afin de rassurer les défenseurs de la diversité. Mais surtout pour éviter un couac marketing.

Couples mixtes et émojis

Mais qu’est-ce donc qu’un émoji ? Le terme désigne les émoticônes, ces petits dessins utilisés dans les messages électroniques. Des dessins standardisés qui sont disponibles sur différentes applications et autres services de messagerie.

Mais ces émojis ont parfois du mal à suivre le rythme des évolutions sociétales, effréné il est vrai. Ainsi, sur Tinder, des icônes représentants des couples homosexuels des deux sexes sont déjà disponibles. Seulement voilà, ces personnages ont tous la même couleur : un jaune standard cherchant à symboliser, assez maladroitement d’ailleurs, une sorte de neutralité raciale .

Une lacune que Tinder entend combler alors que les couples mixtes sont de plus en plus mis en avant à travers la publicité, comme en atteste une pub réalisée en 2017 par le géant mondial de l’ameublement, IKEA.

https://www.youtube.com/watch?v=HiFv1JCXUoU

« Un Swipe à droite sur la diversité »

Ainsi, une femme blanche discutant avec un homme de couleur noir sur l’application pourra bientôt utiliser un symbole plus représentatif de la réalité du futur couple dans sa conversation. Dans un communiqué expliquant sa démarche, Tinder estime que « l’amour est universel, et il est temps pour les couples mixtes d’être eux aussi représentés via ce moyen d’expression moderne ».

Pour mettre en pratique ces déclarations qui fleurent autant le virage marketing que l’anticipation des critiques, l’application encourage ses utilisateurs à signer une pétition destinée à Unicode Consortium, l’organisation qui règne en maître sur les émoticônes des différentes plateformes. La pétition a reçu plus de 6 700 signatures à l’heure actuelle.

Par ailleurs, Tinder se félicite que « seuls 37 % des utilisateurs de Tinder indiquent que l’origine ethnique est un critère essentiel lorsqu’ils décident de sortir avec quelqu’un ».

Mariages mixtes en hausse

Tinder n’en est pas à son coup d’essai en matière d’évolutions sociétales. L’année dernière, l’application avait lancé le projet « More gender » dont le but était de permettre à ses utilisateurs d’avoir le choix entre plus de 40 options pour caractériser leur genre. Sacré programme !

Mais l’impact de Tinder sur son environnement n’est pas à prendre à la légère si l’on en croit une étude commandée par l’entité elle-même. Ce rapport révèle que « Tinder, ainsi que la popularité croissante des applications de rencontre en ligne » seraient « à l’origine d’une augmentation des mariages mixtes dans le monde ».

Toujours selon l’étude, près de 81 % des utilisateurs de l’application dans l’Hexagone ont eu un rendez-vous avec une personne d’une origine différente de la leur. Là où ce type de rencontres ne concernerait « que » 63% des non-utilisateurs.

Pour rappel, Tinder affirme avoir plus de 50 millions d’utilisateurs dans le monde. De quoi mesurer l’impact de ces démarches marketing sur nos sociétés. Par ailleurs, le lancement d’un nouvel emoji peut prendre jusqu’à deux ans entre sa proposition et son lancement. D’ici là, nul ne sait sur quelle demande portera alors la prochaine pétition…

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/David Ball)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Démolition, le Journal d’Anne France, Alternative Ulster, Pôle emploi la machine à asservir, J-M Caradec : la sélection littéraire hebdomadaire

Démolition, le Journal d'Anne France, Alternative Ulster, Pôle emploi la machine à asservir, J-M Caradec : voici la sélection...

Nantes. Huit vide-greniers et autant de règles sanitaires ?

Maintenant que de nombreuses associations sont enfin au point quant aux règles sanitaires à appliquer aux vide-greniers, et qu’un...

Articles liés