Le blogueur Boris le Lay cumule pas loin de 10 ans de prison

A LA UNE

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

10 ans de prison ferme. Une peine réservée habituellement à des violeurs, pour certains homicides, pour des escroqueries en bandes organisées, pour du trafic à grande échelle : mais dévolue aujourd’hui au blogueur nationaliste breton Boris le Lay, exilé au Japon, et qui voit les condamnations le concernant se multiplier .

En exil, sous peine d’être mis en prison dès son retour en France, ce dernier n’est en effet jamais défendu par un avocat ni présent lors des audiences, ce qui contribue à aggraver son cas puisqu’il se retrouve presque condamné avant même d’avoir été réellement jugé. Au total aujourd’hui, le blogueur cumule pas loin de 10 années de prison ferme à effectuer, si il revenait en France. Le tout en raison non pas de ses actes, mais de ses écrits sur Internet, et cela alors même que son média est aujourd’hui déréférencé par Google.

Le  tribunal correctionnel de Rennes l’a condamné la semaine dernière en son  absence à 18 mois de prison, 8000 euros d’amende et un mandat d’arrêt a  été ordonné. Le motif ? Provocation à la haine raciale et au crime en raison d’un fichage supposé de militants de gauche et d’extrême gauche sur son site Internet (à ce jour, aucun militant d’extrême gauche n’a été condamné pour le fichage et la diffusion d’adresses et de photos de policiers et de gardiens de prison à Rennes, en 2015).

En février 2018, Boris Le Lay écopait d’une nouvelle peine de deux ans de prison avec mandat d’arrêt. La plainte venait du recteur d’académie, qui lui reprochait l’utilisation de trois photos de classe d’une école de Pontivy, publiées et récupérées dans le journal local.

En juillet 2017, il écopait de 2 ans et demi de prison ferme, condamné par le tribunal correctionnel de Quimper pour « provocation à la discrimination, à la haine raciale et à la violence », « injures publiques et raciales » ou « menaces de mort ».

Boris Le Lay a par ailleurs été condamné jeudi 21 avril 2016 à deux années de prison ferme, avec mandat d’arrêt, pour provocation à la haine raciale commise – sur son site Internet –  à l’encontre de Fatou Mano, vice-procureur au tribunal de Quimper.

Le blogueur avait déjà été condamné à six mois de prison ferme en 2015, pour avoir déclaré sur son site Internet qu’il n’existait pas de « celtes noirs », propos qu’aucun historien n’a à ce jour remis en question.

Au total, 8 années et demi de prison auxquelles il faut rajouter de nombreux mois de prison avec sursis pour d’autres condamnations (au total plus de 10 condamnations) . « J’arrive à pas loin de 10 ans de prison si je cumule tout » nous écrit-il.

Sans compter les procès qui ne sont pas encore fixés, et les nouvelles peines qui pourraient venir s’ajouter au « palmarès » judiciaire de Boris le Lay.

Il s’agit sans doute du blogueur désormais le plus poursuivi et le plus condamné en France en raison de ses écrits.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Hag anavezet e vo Flamank-ar-C’hornôg gant an Deskadurezh-Stad ?

E-touez ar yezhoù rannvro, darn n'int ket anavezet gant an Deskadurezh-Stad, kontet ma'z int da rannyezhoù pe trefoedachoù ur...

Twitter evit an « arabeg benel »

Biskoazh kement-all ! Bez ez eus eus ur skritur « arabeg benel » ! En arabeg, e vez implijet...

Articles liés

Nantes. Il agresse un surveillant pour obtenir son transfert vers une prison plus « accueillante » en stupéfiants et téléphones

Le 20 mai dernier vers 11h30, un détenu s’en est pris à l’agent pénitentiaire qui l’accompagnait au retour de promenade ; il lui a donné...

Reportage. « Prison sous haute tension »

Immersion dans l'une des prisons les plus sécuritaires de France, la maison centrale de Saint-Maur et ses 195 détenus condamnés à de longues peines...

Bénéficiant d’une libération anticipée en raison du Covid-19, l’homme viole une adolescente

En mars 2020, la ministre de la Justice Nicole Belloubet décidait de faire libérer des milliers de détenus en raison de la potentielle propagation...

Le ministère de la Justice recrute 1 000 surveillants pénitentiaires

Le ministère de la Justice recrute 1 000 surveillants pénitentiaires et ouvre pour la seconde fois un concours local en Ile-de-France. « Afin de répondre...