L’apprentissage a visiblement le vent en poupe dans le département du Morbihan. C’est en tout cas ce que laissent penser les derniers chiffres concernant ce mode de formation longtemps délaissé.

3 039 jeunes

Dans le Morbihan, la filière de l’apprentissage est gérée par trois entités distinctes : la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre d’Agriculture et les Chambres de Métiers et de l’Artisanat. Une synergie qui commence à porter ses fruits puisque ce sont 3 039 jeunes qui ont signé un contrat d’apprentissage en 2017. À la clé, un emploi dans les secteurs commerciaux, agricoles, industriels ou encore artisanal.

Les trois chambres cherchent ainsi à redorer l’image d’une filière souvent critiquée et veulent communiquer sur son caractère d’excellence et sur les débouchés réels qui existent à l’issue de ces parcours. Un bémol toutefois : la faible rémunération des apprentis au cours de leur formation malgré un travail fourni souvent équivalent à celui d’un employé classique.

Apprentissage 2018

C’est dans cette optique que les présidents et vice-présidents des CCI, CMA, et Chambre d’Agriculture du Morbihan se sont récemment réunis à Vannes afin de lancer une campagne promotionnelle intitulée Apprentissage 2018.

Les trois entités tablent sur une communication forte pour séduire davantage de jeunes mais aussi d’entreprises. Car il faut également persuader ces dernières d’ouvrir leurs portes aux apprentis. Pour ce faire, des campagnes d’e-mailing mais aussi une présence sur les salons et à certains forums sont prévues. Par ailleurs, la Région Bretagne (B4) avait lancé une campagne similaire il y a déjà quelques semaines.

Le site Bretagne-alternance, plateforme facilitant la rencontre entre entreprises et futurs apprentis, est déjà actif et a permis près de 2 000 interactions en 2017. À savoir que plus de 900 entreprises morbihannaises recherchent actuellement des apprentis.

Morbihan

Profil type

Dans un communiqué conjoint, les trois chambres du département dressent également le profil type de l’apprenti morbihannais en 2017. Selon leurs conclusions, il s’agit d’un homme âgé de 15 à 17 ans suivant une formation de niveau CAP dans l’industrie.

Enfin, bien que la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage, présentée le 27 avril prochain en Conseil des ministres, suscite des inquiétudes, les apprentis peuvent garder le moral. Ainsi, 70% d’entre eux décrochent un poste au plus tard sept mois après la fin de leur formation. Ils sont 80 % à avoir trouver un emploi moins d’un an après l’obtention de leur diplôme. Voilà donc une filière qui, en dépit de certaines critiques parfois justifiées, a le mérite de faire preuve de pragmatisme.

Photo : Pixabay.com (CC0/mlinderer)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine