Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes : La présidence de l’Université à nouveau visée

Pour la deuxième fois en deux mois, la présidence de l’Université de Nantes située dans le centre-ville près du CHU a été vandalisée. La dernière fois c’était à l’extincteur de peinture orange, le lendemain de l’expulsion de l’ultra-gauche et des migrants qui occupaient le château du Tertre, laissé saccagé. Cette fois, une banderole ornée de diverses têtes détestées par l’extrême-gauche, de Macron au doyen de droit Pétel (Montpellier) en passant par le président de l’université Laboux à Nantes, qui a été collée sur les vitres du bâtiment, puis de la peinture projetée.

Par cette lapidation symbolique, les 17 militants qui ont participé au vandalisme, courageusement cachés derrière leur banderole ou le visage masqué, entendaient réclamer leur année gratuite et des examens seulement formels : « 20/20 & chocolat » et « dernière sommation », indiquaient les deux banderoles. Après avoir saccagé le campus Tertre (nos photos exclusives), ils ont aussi perturbé ce lundi 23 un contrôle continu d’étudiants en psychologie déplacé dans le bâtiment STAPS et tenté de le bloquer. L’administration de l’Université a préféré reporter l’examen…

Le communiqué de l’extrême-gauche mentionne, lui, le vieux poncif de la « répression » policière. « Partout en France le mouvement étudiant subit une répression extrêmement brutale […] A Nantes, nous devons en partie cette répression au président de l’Université de Nantes Olivier Laboux […] Les Olivier Laboux ; Haddad [président de Paris-I qui a réclamé et obtenu l’évacuation de la fac occupée de Tolbiac, elle aussi saccagée] et consorts ne sont ainsi que des relais locaux de la politique autoritaire de Macron. […] Partout, on nous expulse, on nous gaze, on nous matraque : préfet.te.s et président.e.s vont main dans la main pour dérouiller du gaucho ».

Derrière ce communiqué larmoyant et victimisant, force est de constater que ladite « répression » se fait attendre. Elle reste très modérée eu égard à la casse, tant sur le campus du Tertre (1 million d’euros de dégâts) qu’en ville comme le 14 avril dernier encore. Le simple retour à l’état de droit est menacé, tout comme les partiels, et ce par quelques dizaines de cagoulés souvent extérieurs à l’université qui empêchent 9000 étudiants d’avoir cours. « Le noyau dur des bloqueurs à la fac, ce sont quatre étudiants qui tiennent les AG et une dizaine de militants durs, presque tous en lettres », relève un étudiant exaspéré. Une quinzaine de bloqueurs qui tiennent tête à une présidence d’Université et à un « Etat policier » honni guère pressé de les réprimer, pourtant.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

NANTES

Nantes (44) : cinq hommes de nationalités turque et géorgienne mis en examen pour une fraude aux cotisations sociales dans le BTP.

Découvrir l'article

NANTES

Deux migrants multirécidivistes narguent la justice…et écopent d’une peine avec sursis à Nantes

Découvrir l'article

Local, NANTES, Religion, Société

Nantes : un chemin de croix organisé par la FSSPX dans le centre-ville !

Découvrir l'article

NANTES

Un homme de 28 ans poignardé à Nantes : les circonstances de l’agression

Découvrir l'article

Tourisme

La Slovénie au départ de Nantes en mai, juin et septembre et de Brest en juin 2024

Découvrir l'article

NANTES

Le préfet de Loire-Atlantique admet la présence de migrants dealers en situation irrégulière

Découvrir l'article

Economie

L’association Léo Lagrange Ouest, qui gère l’accueil périscolaire de la ville de Nantes, épinglée par la Chambre régionale des Comptes

Découvrir l'article

NANTES

Janvier 2024. Quand la délinquance étrangère frappe massivement à Nantes

Découvrir l'article

NANTES

Déjà deux fusillades depuis le début de l’année 2024 à Nantes

Découvrir l'article

NANTES, Sélection de la rédaction

Violences et vols : en 2024 Nantes reste le paradis des délinquants

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍