Angers et Nantes se retrouvaient samedi au stade Raymond Kopa pour la 37ème et avant-dernière journée de championnat de France de Ligue 1. Les deux équipes n’avaient plus rien à jouer. A ce petit jeu, les Canaris l’ont emporté 2-0, mais c’est sans doute dans les tribunes qu’avait lieu le plus beau spectacle.

Depuis quelques années, les deux clubs sont bien établis dans l’élite du football français. Remonté en 2013, le FCN retrouve peu à peu son rang et nourrissait même de belles ambitions en début de saison sous l’impulsion de son entraîneur de renom, Claudio Ranieri.
3ème après dix journées, toujours à la 5ème place mi-février, les jaunes et verts se sont écroulés depuis avec un seul succès en treize rencontres, à l’image de leur attaquant Emiliano Sala, auteur de 12 buts mais muet depuis début mars, et moqué par tous les fans de foot sur les réseaux sociaux depuis sont pénalty complètement raté face à Montpellier le 6 mai dernier.
Dixième du classement avant le déplacement en Anjou, la qualification en Europa League n’était ainsi plus envisageable.

Angers, justement, a connu une dynamique opposée. 19ème et relégable à la trêve, quelques victoires face à des concurrents directs comme Troyes, Amiens, Lille ou Caen ont permis au club de gagner quelques places et de connaître une fin de saison calme, assurant son maintien en L1 après sa victoire à Metz lors de la 36ème journée. Le SCO sera donc bien présent au meilleur niveau pour une quatrième saison consécutive, une première depuis les années 70 ! Une performance en  partie due à l’entraîneur Stéphane Moulin, justement prolongé l’hiver dernier, et surtout au buteur Karl Toko Ekambi, qui a réalisé sa meilleure saison professionnelle avec 17 buts inscrits.

Si les deux équipes ne nourrissent pas de rivalité profonde, même si les ultras angevins avaient encouragés leurs joueurs à remporter le « derby » la veille du match, les autorités françaises ont à nouveau voulu mettre leur grain de sel et provoquer des tensions autour d’un stade. Une semaine après avoir arrêté les ultras de Montpellier en déplacement au Stade de la Beaujoire, ils avaient cette fois sommé les fans nantais de se déplacer en bus, sous peine de ne pouvoir rentrer en secteur visiteur du stade Raymond Kopa. Proximité géographique oblige, nombre d’entre eux avaient d’ores et déjà prévu de venir par leurs propres moyens, se retrouvant ainsi stoppés aux abords du stade par les CRS, contrôlés et escortés.

Ne créant évidemment aucun incident avec la police, la Brigade Loire et les autres fans présents ont finalement pu accéder à la tribune, hélas à moitié vide. Encore un joli coup de la LFP et des autorités ! Décidés à ne pas laisser passer la chose, le parcage a ainsi brandi une banderole on ne peut plus claire : « plus vous nous interdirez, plus nous nous rebellerons » et allumé quelques fumigènes.

Une action « pyrotechnie » suivie par le Kop de la Butte (KDLB), groupe historiquement lié aux supporteurs du FC Nantes. Pour l’entrée des deux équipes sur la pelouse, les ultras angevins avaient par ailleurs déployé un somptueux tifo en l’honneur de leur ville et faisant allusion à la série « Peaky Blinders ».

Le match, lui, ne fut pas le plus emballant de la saison, notamment en première mi-temps, uniquement animée par quelques occasions sans réel danger, faute de réalisme et de réussite technique de part et d’autre. Décidément maudit en cette fin de saison, Sala a trouvé le poteau avant d’envoyer une frappe à bout portant dans les tribunes, justifiant les propos de son coach qui expliquera par la suite dans la presse que « ce n’est pas possible pour un seul attaquant de bien jouer tous les matchs ». Notons que le SCO portait pour l’occasion son nouveau maillot « domicile », respectant le modèle historique noir et blanc à bandes verticales.

La seconde mi-temps est nantaise, le brésilien des canaris Lucas Lima s’offre d’abord un petit bijou avec un coup franc direct aux 25 mètres, son deuxième but de la saison, avant que Kalifa Koulibaly ne double la mise dès la 62ème minute d’une frappe puissante décochée face au but, du pointu, à la limite de la surface de réparation. Plus rien ne sera marqué, Angers reste toujours impuissant face à Nantes et s’incline donc 2 buts à 0, gâche un peu la fête pour son dernier match de la saison à domicile malgré une belle ambiance et devant un stade à guichets fermés.

Pour la 38ème et dernière journée, les Angevins -qui termineront quoi qu’il arrive à la 14ème place du classement – se déplaceront à Dijon tandis que Nantes – qui peut encore espérer prendre la 9ème place- recevra le Racing Club de Strasbourg pour une affiche historique du championnat de France.

Alexandre Rivet

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine