Le festival Etonnants voyageurs se révèle à chaque édition un peu plus militant. Après Lilian Thuram en 2016, voici que Cédric Herrou, passeur de migrants adulé par la gauche caviar et le show business (qui était encore récemment au festival de Cannes), est à son tour invité au festival qui se déroulera à Saint-Malo, du 19 au 21 mai.

« Aujourd’hui, Cédric Herrou est devenu un symbole de la crise migratoire et de l’incapacité de la France et de l’Europe à apporter une réponse proportionnée à une crise devenue avant tout humanitaire.» expliquent les organisateurs d’un festival largement subventionné par les collectivités locales et qui n’ont pas, pour contrebalancer cette invitation, par exemple invité des membres de Génération identitaire, association elle aussi symbole de la crise migratoire actuellement.

Avant Saint-Malo, Cédric Herrou montera ce jeudi les marches du Festival de Cannes en compagnie de deux réfugiés soudanais et malien.

En invitant ce dernier, le festival Etonnants voyageurs assume un parti pris qui fait réagir Gilles Pennelle, président du groupe FN à la Région Bretagne :  «  Le festival du livre et du film « Etonnants Voyageurs » de Saint-Malo s’est déjà fait remarquer ces dernières années par une politisation croissante de sa programmation. Il va encore plus loin cette année. En plus de Daniel Cohn-Bendit, « l’ancien combattant » de Mai 68 aujourd’hui copain des banquiers, le festival invite également le militant d’extrême-gauche Cédric Herrou. Condamné pour aide à l’immigration clandestine et complice des mafias de passeurs, esclavagistes des temps modernes, il est par ailleurs toujours poursuivi pour injures publiques envers le Préfet des Alpes-Maritimes.»

M. Pennelle évoque aussi les subventions attribuées au festival (700 000€ cette année dont 110 000€ versées par la Région Bretagne :

« L’argent public ne doit en aucun cas servir à financer des évènements militants et politisés qui choquent beaucoup de Français. Cédric Herrou n’a rien à faire à Saint-Malo au festival « Etonnants Voyageurs ». Le groupe des élus Front National au Conseil régional de Bretagne demande que ce festival retrouve l’esprit de ses premières éditions et cesse la promotion de la propagande immigrationniste.»

Du Festival du film britannique de Dinard en 2017 où là encore un temps a été consacré par les organisateurs aux migrants, en passant par le festival de Douarnenez, engagé lui aussi, la « diversité » peine à se faire sentir en Bretagne, puisque hormis les partisans de l’immigration et de l’accueil inconditionnel des migrants, aucune voix dissonante n’a le droit de cité dans les principaux événements subventionnés.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine