Nantes : la manif en soutien aux zadistes a fait flop, un engin explosif retrouvé sur la ZAD

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Après la reprise ce 17 mai des expulsions dans la ZAD, les zadistes « irréductibles » ont appelé à une manifestation de soutien à Nantes à partir de 18 h devant la Préfecture. Celle-ci n’a pas été un franc succès avec 250 participants à peine, qui ont cependant fait le tour du centre-ville, survolés par l’hélicoptère de la gendarmerie. Un flop qui est le pendant de la baisse de moral des zadistes.

zad_manif

Minés par la division interne entre « modérés » ou « citoyennistes », qui ont négocié avec l’État et déposé des projets agricoles, appuyés par la Confédération paysanne et Copain 44 – et les « irréductibles » qui refusent toute négociation mais perdent peu à peu du terrain et des squats, les zadistes sont divisés et n’ont plus le moral. D’ailleurs le soutien populaire se fait rare et les riverains sont de plus en plus exaspérés par leur présence.

D’ailleurs ils sont moins nombreux – « moins d’une centaine » pour les gendarmes, de 200 à 300 selon les zadistes eux-mêmes, contre 600 à 700 du 11 au 14 avril. Et même si la mairie de Douarnenez a été occupée ce soir par 19 personnes en soutien à la ZAD, la manifestation de Nantes a rassemblé moins de 250 participants derrière une banderole « expulsons les expulseurs ». A Paris-Belleville, moins d’une centaine de soutiens se sont rassemblés.

Les gendarmes ont fait sur la ZAD une découverte accablante pour les zadistes. Un engin artisanal explosif, bourré d’acide, a été retrouvé sur la ZAD dans un squat en lisière du Maquis, près de Saint-Antoine, au sud du périmètre où ont lieu actuellement les expulsions.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...