Comme chaque jour depuis l’arrestation scandaleuse du journaliste dissident Tommy Robinson, des manifestants se sont rendus à Downing Street, à Londres pour exiger la libération de Tommy Robinson.

La condamnation à 13 mois de prison du dissident et journaliste indépendant, Tommy Robinson, arrêté alors qu’il filmait en direct sur Internet devant le tribunal de Leeds, où se tenait le procès de présumés prédateurs sexuels indo-pakistanais, suscite une avalanche de critiques.

Les manifestants avaient défilé depuis Trafalgar Square, brandissant des drapeaux et scandant « honte à vous », visant notamment policiers et magistrats.

Aux Pays-Bas, en Australie, des manifestations ont également eu lieu ces derniers jours. En France, enfin, quelques responsables politiques dénoncent cet emprisonnement, presqu’une condamnation à mort pour un homme que les islamistes et les gangs n’attendent que de pouvoir tuer.

Piero San Giorgio y est également allé de son commentaire sur cette affaire :

De notre côté, nous publierons chaque jour, jusqu’à sa libération, des informations concernant Tommy Robinson, car le monde doit savoir que le Royaume-Uni bascule dans la dictature la plus sordide, à l’encontre de son propre peuple.

Il faut sauver Tommy Robinson, journaliste en danger de mort en Angleterre

En France, la presse mainstream est toujours silencieuse sur cette affaire. Les journaux anglais ont quant à eux tout simplement retirés de leurs sites leurs articles pour se soumettre à la décision orwellienne du juge, d’interdire d’évoquer cette affaire. Sur les réseaux sociaux, ses soutiens ont diffusé le hashtag #FreeTommy sur Twitter.

Une pétition en ligne, rassemble déjà 450 000 signatures pour exiger la libération de Tommy Robinson : « Tommy Robinson a été arrêté et emprisonné pour avoir parlé des gangs pédophiles musulmans. Un travail qu’il choisit de faire au détriment de sa propre sécurité pour informer le public des horreurs commises au nom d’Allah. Envers et contre tout, il fait le travail d’information que les médias de masse refusent de faire. Tommy parle de problèmes affectant toutes les communautés, mais qui sont pourtant passés sous silence et cachés du grand public. Il est temps que nous soyons forts et solidaires, et que nous le soutenions.» expliquent les instigateurs, dans une pétition traduite dans de nombreuses langues.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine