Facebook, « fake news » et Décodex : le rapport Reuters décrypté [Vidéo]

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Facebook sera-t-il bientôt remisé au placard des réseaux sociaux ? Quelle confiance accordée aux médias par les utilisateurs ? Décryptage d’un rapport évoquant par ailleurs la question des « fake news ».

Facebook en baisse

À l’origine de cette information, il y a une étude réalisée par l’institut Reuters auprès de quelques 74 000 individus issus de 37 pays différents. Le rapport nous apprend alors que l’utilisation de Facebook a nettement régressé entre 2017 et 2018. Une baisse de 9 % au niveau global mais qui atteint les 20 % chez les catégories les plus jeunes.

En affinant l’analyse, nous relevons des disparités selon les pays. Ainsi, dans le même temps, le recul n’est que de 2 % en France comme au Royaume-Uni. Une désertion du réseau social à géométrie variable visiblement.

WhatsApp, Instagram, Snapchat

Par ailleurs, cette tendance (relative certes) à l’abandon de Facebook ne se fait pas sans contrepartie. Dans le même temps, ce sont donc des supports tels qu’Instagram, WhatsApp mais aussi Snapchat qui deviennent de plus en plus populaires.

Mais, autre point important à souligner, les applications mentionnées précédemment sont aussi davantage utilisées à des fins informatives. « Le recours au réseau social pour s’informer a commencé à reculer sur un certain nombre de marchés clés après des années de hausse continue » selon Nic Newman, un chercheur associé à l’Institut Reuters pour l’étude du journalisme.

Moins conflictuels

Parmi les explications avancées par les sondés de l’étude Reuters, il y a notamment le caractère moins « conflictuel » des concurrents de Facebook. De plus, certaines modifications sur le réseau social ont effectivement eu pour conséquence de favoriser les contenus personnels au détriment des publications d’organes de presse.

Les utilisateurs n’hésitent désormais plus à utiliser ces plateformes de messagerie pour évoquer l’actualité. Des applications dont le caractère davantage « privé » par rapport à Facebook a séduit le jeune public. Ainsi, le nombre d’utilisateurs ayant accédé à l’actualité via WhatsApp a été multiplié par trois en quatre années aux États-Unis (15 % en 2018). Détail amusant (ou pas) : l’application WhatsApp appartient à Facebook.

« Fake news » et décodex

Autre enseignement à tirer de ce rapport, la défiance des personnes interrogées par rapport aux médias. Dans l’Hexagone, seulement 35 % des individus interrogés accordent du crédit à la presse. De plus, 42 % de ces mêmes sondés se disent préoccupés par la prolifération des « fake news ». Aux États-Unis, ils ne sont pas plus de 34 % à faire confiance aux médias. Enfin, à peine 23 % considèrent que les informations circulant sur les réseaux sociaux sont fiables.

D’autre part, 61 % des Français questionnés lors de ce rapport souhaiteraient une intervention du gouvernement afin de trier les informations réelles et vérifiées des « fake news ». Toutefois, l’étude de l’Institut Reuters ne précise pas ce que le public sondé définit comme « fake news ». Un détail qui a son importance lorsque l’on sait que, pour de précédents travaux publiés il y a quelques mois, le même institut avait eu recours à la base de données établie par le « Décodex » du journal Le Monde. Un outil dont nous avons démontré la vacuité sur Breizh-info.com.

Crédit photo : Creative Commons Images (CC BY-SA 3.0)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...