Damien Rieu est un activiste identitaire qui a lancé la bataille contre la venue du rappeur islamiste Médine au Bataclan, à la fin de l’année. Très actif et très suivi sur les réseaux sociaux, il a contribué depuis plusieurs années déjà à « lever des lièvres » médiatiques et à mener une bataille pour la défense de la civilisation Européenne. Nous l’avons interrogé au sujet de son action quotidienne, et de la « polémique Médine ». 

damien_rieu

Breizh-info.com : Tout d’abord, pouvez vous vous présenter à nos lecteurs ?

Damien Rieu : J’ai 28 ans, je suis engagé en politique depuis une dizaine d’années après avoir pris conscience de l’impossibilité du vivre-ensemble telle que la confrontation avec le réel l’annonçait, notamment lors ma scolarité en région lyonnaise. J’essaye de mettre mon énergie et mes compétences au service des initiatives que je trouve pertinentes pour la cause que je défends : par exemple je fais parti de l’équipe du site fdesouche.com depuis des années, j’ai été porte-parole de Génération Identitaire de 2012 à 2015 mais je donne aussi des coups de mains lors des campagnes électorales pour le FN.

J’ai notamment travaillé à la communication numérique de Marion Maréchal ou du groupe FN en PACA. Je suis actuellement directeur de la communication de la ville de Beaucaire dans le Gard, dont Julien Sanchez est le Maire.

À titre personnel, j’ai aussi lancé quelques initiatives comme un magazine numérique gratuit qui s’appelait France, ou un site internet qui comptabilise les victimes de l’immigration frenchlivesmatter.fr. J’essaye de me rendre sur le terrain, notamment pour appréhender la question de l’immigration à Calais, Lampedusa ou de l’islamisme en Syrie et en Irak. En dehors de ces engagements je réagis sur l’actualité en vidéo ou sur les réseaux sociaux.

Breizh-info.com : Vous êtes actuellement l’un des twittos les plus influents concernant la polémique Médine au Bataclan. Pouvez-vous revenir avec nous sur les ressorts de cette affaire et de cette mobilisation ?

Damien Rieu : Au départ j’ai cru à une blague. Je connaissais déjà un peu Médine et ses penchants ambigus. Rapidement de nombreux twittos scandalisés par ce projet de concert au Bataclan se sont mobilisés dans un premier temps pour faire connaître ses paroles, ensuite pour enquêter sur ses liens avec les islamistes, avant de découvrir qu’il en était lui-même un. Sur mon compte twitter, j’ai relayé de nombreux éléments compromettants et j’ai fais une petite vidéo au début de la polémique pour alerter et mobiliser les gens. Beaucoup de twittos m’ont ensuite envoyé leurs trouvailles que je partage sur mon compte.

Je connais bien cette mouvance de l’UOIF, les islamistes Frères Musulmans, pour les avoir directement affronté au tribunal à la suite de l’occupation pacifique du toit du chantier de l’une de leur mosquée, à Poitiers, en 2012. Je sais qu’ils ne font même pas semblant de cacher leur radicalité. Toutes preuves sont à portée de clics. Mais très peu de journalistes font ce travail d’investigation. Visiblement la question de l’islamisme n’intéresse pas les rédactions. Il n’a peut être pas encore assez tué pour intéresser les médias. Ils ont beaucoup évoqué les paroles polémiques mais n’ont rien dit sur l’essentiel : son engagement militant en tant qu’ambassadeur de l’association islamiste « Le Havre de Savoir ».

Or autant il peut toujours se cacher derrière la liberté d’expression ou la démarche artistique pour ses paroles, autant ce statut est absolument irréfutable et éclaire le vrai sens de ce concert, celui d’un acte de provocation et la conquête d’un sanctuaire.

MEdine-au-bataclan

Breizh-info.com : Cela vous a valu un grand nombre de menaces par ailleurs. Auriez-vous touché à un point sensible ?

Damien Rieu : Tous ceux qui s’affichent publiquement contre l’islamisme connaissent les risques. Certains l’ont payé de leur vie, en France comme à l’étranger. Mais nous ne devons plus reculer. Nous ne devons plus rien leur laisser passer. Médine est venu professer l’islamisme et la haine de la France sur les tombes de nos morts, sa carrière « d’artiste urbain engagé et ambigu » est terminée. Il sera désormais le rappeur islamiste. Quand à l’UOIF, c’est une question de temps. Les gouvernements ne pourront pas fermer les yeux très longtemps.

Les Français réclament des actes politiques forts, et ces prédicateurs islamistes sont sur la sellette. C’est donc plutôt à eux de s’inquiéter. Une colère populaire froide est en train de monter contre ceux qui tuent nos enfants et nos policiers.

Breizh-info.com : Qu’est-ce qui fait selon vous le « secret » pour être un twittos influent (vous êtes suivi par plus de 35 000 followers actuellement) ?

Damien Rieu : J’essaye de trouver les mots justes, la bonne formule et je garde un oeil en permanence sur l’actualité. J’ai aussi des amis qui m’aident et un bon réseau d’informateurs pour ne rien manquer. Il faut essayer d’être régulier, alors quand je n’ai plus le temps, il m’arrive de donner la main à des gens de confiance.

Breizh-info.com : On voit partout en Europe une levée en masse face à l’immigration, y compris en Allemagne. Qu’est-ce qui explique selon vous que la France soit à la remorque de cette contestation, notamment au sein des partis politiques censés incarner la résistance ?

Damien Rieu :  Le système électoral Français est très particulier. Ce scrutin majoritaire est bloquant. L’eau monte mais la digue tient pour l’instant. Toutefois le peuple français est tout aussi conscientisé que les autres. Dans tous les sondages 70 à 80% se déclarent hostiles ou inquiets de l’immigration et de l’islamisme.
On a même eu dernièrement une étude qui explique que 54% des Français réclament le « départ d’un grand nombre d’immigrés » (Sondage Kantar Sofres / L’Obs). Si on enlève les immigrés interrogés, on est sûrement à beaucoup plus.

Reste à transformer ce refus en une puissance politique. Patience, c’est inéluctable.

Breizh-info.com : Quel regard portez-vous sur la campagne gouvernementale contre les « fake news » ? Et sur la censure qui se développe visant et frappant de nombreux sites, comptes twitter ou facebook, de dissidents (qu’ils soient journalistes, militants, ou les deux) ?

Damien Rieu : C’est assez inquiétant de voir le pouvoir qu’ont désormais les Gafa. Ils peuvent réduire au silence une contestation ou une organisation en quelques heures comme ils l’ont fait avec Génération identitaire / Defend Europe, Britain First ou TV Libertés. Mais il faut le prendre comme un défi, c’est positif, c’est à nous de nous adapter et de trouver de nouveaux outils performants et indépendants sans tomber dans des corners.

Nous avons été un peu feignants et trop confiants ces dernières années dans le développement et la structuration de nos canaux de communication, surtout en France, nous voilà punis. Il faut innover et redoubler d’effort tout en relativisant : malgré ces censures, plus grand chose ne nous échappe et désormais aucune information n’est totalement occultée.

Concernant la loi sur les Fake News, elle se retournera contre leurs auteurs très rapidement. Imaginez l’affaire Théo avec la loi Fake News. On va rire.

Breizh-info.com : Le mot de la fin…

Damien Rieu : Rendez-vous le 19 octobre devant le Bataclan.

Propos recueillis par Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine