Éolien vent dans le dos mais dépenses réduisant la voilure : un effet Macron ?

A LA UNE

Le président de la République Emmanuel Macron était en déplacement en Bretagne mercredi 20 juin. L’occasion pour lui de faire le point sur les projets éoliens. Avec des dépenses revues à la baisse.

Six parcs en chantier

Lors de son déplacement au Cap Fréhel (marquant l’extrémité est de la Baie de Saint-Brieuc), Emmanuel Macron savait que le sujet était épineux sur ces terres. Et pour cause, le projet de parc éolien de la baie en question divise profondément l’opinion publique locale. Un projet que nous avons évoqué à plusieurs reprises sur Breizh-info.com (lire ICI et ).

Face aux diverses interrogations, le président de la République a donc confirmé la réalisation des six parcs éoliens prévus au large des côtes de l’Hexagone. Dans tous ces dossiers, l’État et les opérateurs ont trouvé un terrain d’entente. Mais les coûts ont évolué. Comment ?

40 % de subventions en moins

Fortement à la baisse si l’on en croît les déclarations d’Emmanuel Macron : « La négociation a permis de diminuer de 40% la subvention publique et d’avoir un ajustement des tarifs de 30% ». Sans toutefois que cela n’est d’impact sur l’envergure des installations.

Le patron de l’Élysée précisa ensuite que cette réduction des dépenses « veut dire qu’on va économiser, sur la période, 15 milliards d’euros d’argent public pour les mêmes projets, la même ambition, les mêmes tailles de projets ».

De 40 à 25 milliards

Ainsi, le financement public initialement prévu à hauteur de 40 milliards d’euros sur vingt années est désormais de 25 milliards d’euros. Dans le même temps, les prix d’achat de l’électricité ont eux aussi diminué auprès des opérateurs, passant de 200 euros à 150 euros par MWh. Une information révélée par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Une deuxième série de projets éoliens devrait rapidement avoir lieu.

En service dès 2021 ?

Dans le détail, les six projets en question seront implantés, du Nord au Sud, sur les sites suivant : le Tréport (Seine-Maritime), Fécamp (Seine-Maritime), Courseulles-sur-Mer (Calvados), Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Yeu/Noirmoutier (Vendée). D’une puissance de 500 MW chacun, les appels d’offres concernant leur construction avaient été émis entre 2012 et 2014.

Quant aux dates de mise en service, c’est le secrétaire d’Etat Sébastien Lecornu qui a livré les informations à l’assemblée nationale mercredi 20 juin dans l’après-midi. Honneur à la Bretagne puisque c’est le parc de Saint-Nazaire qui devrait être opérationnel le premier, soit en 2021. Quant à Saint-Brieuc, il est question de 2023. En théorie…

Crédit photos : Wikimedia Commons (CC)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Brest. Un nouveau commandant pour le chasseur de mines Tripartite Andromède

Le vendredi 14 janvier 2022 le vice-amiral Arnaud Provost-Fleury, adjoint organique à Brest de l’amiral commandant la Force d’action...

Eric Zemmour : « Je suis l’objet d’une justice politique qui veut m’interdire de lier l’immigration à l’insécurité »

Eric Zemmour condamné à 10.000€ d’amende : “Je suis l’objet d’une justice politique qui veut m’interdire de lier l’immigration...

Articles liés