Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

80 km/h, flashs et essence : vacances infernales sur les routes de France !

Le passage à 80km heure et les chassés-croisés des automobilistes sur la route des vacances ont d’ores et déjà entraîné de nombreuses contraventions… et des dégradations.

Des photos de vacances dont les Français se seraient bien passés

Le mois de juillet 2018 restera comme celui du passage à 80 km/h sur les routes nationales. Il fut aussi marqué par une hausse importante de l’activité des radars sur l’ensemble du territoire français, les flashs ont même été multipliés par cinq dans certains départements. L’Etat peut se frotter les mains puisqu’il récupérera près de 400 millions d’euros uniquement sur les amendes délivrées en juillet sur 243 000 flashs.

Les dizaines de milliers de policiers postés sur les routes devraient, eux aussi , participer au grand racket de l’été lors des prochains week-ends du mois d’août.

De nombreux radars dégradés

La police aura d’autres genres d’interventions à mener puisque de nombreux radars ont été dégradés. La radio Europe 1 affirme en effet que 400 cabines ont été vandalisées lors de ce premier mois d’été, soit quatre fois plus qu’en 2017 ! Si les graffitis sur ces radars peuvent être sanctionnés de 3 750 euros d’amende, et que les destructions peuvent coûter bien plus, jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros voire des peines de prison, les bâcher ne constitue pas nécessairement un délit auprès de la justice. Le Figaro nous apprend ainsi que le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan avait relaxé un homme ayant couvert un radar en mars dernier, jugeant qu’il n’avait pas eu l’intention de le dégrader.

Attention tout de même aux contrariés de l’été qui voudraient se venger mais pourraient bien faire office d’exemples. De plus, les contestations populaires n’ont jusqu’à présent pas eu d’effet.

L’humour, dernier moyen de contestation

Cerise sur le gâteau, l’essence et les péages ont également coûté plus cher cet été ! Pour comprendre la hausse du carburant, il faut entre autres s’attarder sur la situation géopolitique internationale. En effet, le regain de tension entre les États-Unis et l’Iran (l’un des principaux exportateurs de pétrole) mais aussi les événements au Venezuela et en Libye ont tiré les prix vers le haut.
Autre raison, franco-française cette fois, les taxes sur le diesel imposées par l’Élysée.
Les péages, eux, augmentent inévitablement chaque année…

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Economie

78 % des Français avouent être énormément préoccupés par la « taxation sur les rentes », le nouveau racket imaginé par l’Etat

Découvrir l'article

LORIENT, Sociétal

Crack à Lorient : une inquiétude grandissante. Deux suggestions radicales face à la gangrène des stupéfiants

Découvrir l'article

RENNES

Venus des quartiers de Nantes (et d’Afrique), ils sont condamnés pour deux fusillades à Rennes sur fond de trafic de drogue

Découvrir l'article

Local

Trafic de drogue et troubles à l’ordre public : trois habitants du Pellerin condamnés

Découvrir l'article

RENNES

Viols en série. Un Mahorais interpellé à Rennes

Découvrir l'article

ST-BRIEUC

A Saint-Brieuc, un jeune homme de 17 ans agressé au couteau

Découvrir l'article

RENNES

Agression au couteau à Rennes : un jeune homme de 18 ans grièvement blessé

Découvrir l'article

E brezhoneg, Ensauvagement, FOUGERES, Local, Société

Bro Felger : tan er radarioù !

Découvrir l'article

RENNES

Rennes. Fusillade sur un point de deal à Maurepas, un homme tire sur ses agresseurs

Découvrir l'article

BREST

Incendies de voitures à Brest : une vague inquiétante touche la ville

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky