le_pari_tabac

Suite à la journée mondiale sans tabac organisée le 31 mai dernier, l’organisation mondiale de la santé (OMS) en association avec la fédération mondiale du coeur met en avant la corrélation entre la consommation de tabac et les maladies cardiovasculaires. Celles-ci seraient responsable de 17,9 millions de décès par an. Plus étonnant encore, la répartition géographique des populations de fumeurs est très inégale. Près de 80% des fumeurs vivent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires.

Plus de publicité et moins de prévention

Anna Gilmore, Directrice du groupe de recherche de la lutte anti-tabac de l’Université de Bath au Royaume-Uni nous dit que «  l’industrie du tabac utilise des techniques de marketing incitant les jeunes à fumer ». En effet la vente de cigarettes à l’unité permet aux personnes n’ayant pas les moyens d’acheter un paquet entier de s’en procurer. Chiffres à l’appui 64,2 % des points de vente examinés vendaient des cigarettes à l’unité dans les pays à revenus faibles contre seulement 2,8% dans les pays à revenus élevés. De plus une législation bien plus souple dans certains pays permet aux industriels de faire la promotion de leurs produits.

Au Pakistan, en Inde ou au Zimbabwe, nous retrouvons 81 fois plus de publicité pour le tabac que dans des pays comme la Suède ou le Canada. Mais si les médias mettent en avant les marques de cigarette, la prévention et les risques liés à la consommation de tabac sont eux délaissés. Quand on sait que le tabagisme accroît le risque de cancer et de maladies cardiovasculaires, il est inquiétant de constater qu’en Chine plus de 60% des fumeurs ignorent qu’ils décuplent leurs probabilités de faire un infarctus. En Inde et en Indonésie, près de la moitié des fumeurs ne savent pas qu’ils s’exposent à un risque d’accident vasculaire cérébral. De plus les points de vente de cigarettes fleurissent un peu partout, si bien que leur nombre est deux fois et demi plus important en Chine ou en Colombie que dans des pays à revenus élevés et à nombre d’habitants équivalent.

De nouveaux moyens efficaces à demi-mesure

Les récentes mesures misent en place par certains gouvernements pour réduire le développement des pathologies liées au tabac comme l’interdiction de fumer dans les lieux publics et l’adoption du paquet neutre n’effraie pas vraiment l’industrie du tabac. Certes un net recul des ventes est observé dans les pays développés, mais rendre les jeunes dépendants au tabac dans les pays à faibles revenus permet d’assurer la rentabilité future du secteur.

Une mobilisation de nombreux pays est en marche. Une convention mise en place par l’OMS en 2005 ayant pour but de réduire d’un tiers le nombre de décès prématurés d’ici 2030 dénombre actuellement 181 nations représentant près de 90 % de la population mondiale. S’il est vrai que la population mondiale de fumeurs a été ramené de 27% en 2000 à 20% en 2016, la réduction est actuellement en ralenti et les objectifs de l’OMS devront être révisés.

Maxime DUBOIS

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine