Assurance scolaire. Ce qu’il faut savoir pour une rentrée en toute sécurité

A LA UNE

Comment choisir une assurance scolaire pour votre enfant à l’approche de la rentrée ? Voici quelques points à prendre en compte pour aborder septembre sereinement.

Assurance scolaire : l’essentiel

Avec une rentrée des classes qui se rapproche de plus en plus, l’heure est désormais aux préparatifs pour les parents des quelques 13 millions d’élèves qui vont rejoindre les bancs de l’école dans quelques jours. Et, au-delà de l’achat du cartable et des diverses fournitures, il y a un point à ne surtout pas négliger : l’assurance scolaire !

Tout d’abord, précisons-le : l’assurance scolaire n’est pas obligatoire. Mais sa souscription est très vivement recommandée ! Le choix de l’assureur est totalement libre pour les parents qui pourront ainsi comparer les différents contrats proposés par les assureurs généralistes mais également par ceux spécialisés pour les risques liés à l’école et par les mutualistes.

Activités facultatives et assurance scolaire

Si les parents n’ont effectivement aucune obligation concernant l’assurance scolaire, apportons toutefois quelques nuances. L’enfant qui assiste aux cours et à toutes les activités prévues dans le programme (non facultatives), y compris le sport, n’a donc pas besoin d’être assuré.

Par contre, s’il veut participer à des activités facultatives (activités périscolaires, sorties culturelles, classes de neige, etc.), la souscription d’une assurance scolaire devient obligatoire. Une obligation qui concerne aussi les enfants qui déjeunent à la cantine et/ou vont à la garderie.

Bon à savoir !

Dans la pratique, avec une assurance scolaire, la prise en charge des aléas de l’école (blessures, lunettes cassées etc.) est donc un avantage financier non négligeable. Bien que la souscription puisse avoir lieu à tout moment au cours de l’année scolaire, mieux vaut ne pas attendre trop longtemps.

Notez par ailleurs que les établissements privés ont, eux, la possibilité de rendre l’assurance scolaire obligatoire.

Quant au coût, les différentes formules proposent des tarifs compris entre 10 et 40 euros par an selon les garanties offertes.

Attention aux garanties

Autre point à prendre en compte avec attention, les différentes couvertures possibles de l’assurance. Si la formule « scolaire + trajets » couvre déjà un certain nombre de risques, les parents avisés opteront davantage pour une formule « scolaire + trajets + extrascolaire ». En effet, elle protége leur(s) enfant(s) pour toutes les activités en dehors de l’école (séjour linguistique, loisirs familiaux, sport en club, colonies, etc.). Et même à l’étranger.

Enfin, l’étendue des garanties supplémentaires est également un important critère de sélection. Normalement, la « responsabilité civile » pour les dommages matériels et corporels causés à un tiers et la « protection personnelle » qui protège l’enfant en cas d’accident seul ou par la faute d’un autre sont incluses dans toutes les formules.

En pratique : que faire ?

Rassurez vous : la souscription immédiate existe en ligne pour plusieurs types d’assurances .On entend toutefois énormément de choses à ce sujet. Il y a du vrai et du faux. Sachez que dans le cadre strictement scolaire, les enfants ne sont pas obligés d’être couverts par un contrat d’assurance, puisque ce sont les établissements qui sont de toute façon responsables. Mais concernant la cantine, et toutes les activités facultatives y compris dans l’enceinte de l’établissement ou en dehors (visites, piscine, musées, sortie scolaire, classe de neige…) c’est obligatoire. Les écoles privées, de leur côté, fixent les règles qu’elles entendent en matière d’assurance scolaire, il faut donc étudier les règlements au cas par cas.

Les assurances scolaires garantissent deux protections, que constitue la garantie responsabilité civile (si votre enfant cause des dommages à autrui ou détruit quelque chose), même si cette garantie est souvent incluse dans les assurances habitations. Mais les assurances vous protègent également si votre enfant se blesse ou se fait agresser et est blessé, par exemple. Il y aura un remboursement de soins, une prise en charge, un capital éventuel, mais aussi possiblement une assistance à domicile…

Crédit photos : Pixabay (CC0/Free-Photos)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Lorient. Un migrant tunisien s’échappe alors qu’il devait être expulsé…il ne sera pas expulsé !

Une nouvelle histoire qui témoigne de la capitulation de la République française sur la question de l'immigration - et...

Présidentielle 2022. Emmanuel Macron donné en tête devant Marine Le Pen et Valérie Pécresse

Dans un peu moins de 3 mois, si le gouvernement actuel ne fausse pas les règles du jeu, la...

Articles liés