Le Pape François était en Irlande du 22 au 26 août à l’occasion des neuvièmes Rencontres Mondiales des Familles. S’il a participé aux événements prévus, le souverain pontife a pris le temps de réagir aux scandales actuels.

Le Pape François face aux scandales

C’est dans un contexte extrêmement difficile que le Pape François s’est rendu en Irlande dans le cadre des Rencontres Mondiales des Familles, un rassemblement organisé tous les trois ans. Les révélations sur des scandales pédophiles impliquant des prêtres aux Etats-Unis défrayent en effet la chronique et s’ajoutent aux affaires antérieures.

Ainsi, lors de la messe célébrée au Phoenix Park de Dublin, le Pape ne s’est pas dérobé et a demandé pardon pour les abus commis par des représentants de l’Eglise. Avec plus de véhémence, sans concession, il a précisé vouloir éliminer le fléau de la pédophilie « quel que soit le prix à payer » dans un discours rassurant pour les victimes présentes comme pour leurs familles.

Le Pape est lui-même accusé d’avoir caché les agissements du cardinal Theodore McCarrick. Celui-ci est suspecté de pédophilie. Il a simplement été « invité » en juillet dernier par le Vatican à vivre reclus jusqu’à ce que justice soit faite. Le Pape François a indiqué qu’il parlerait peut-être de ce sujet à l’avenir mais qu’il laissait d’abord les journalistes faire leur travail. Une réaction jugée sage par certains observateurs et irresponsable par d’autres.

Son accusateur, Monseigneur Vigano, a immédiatement été décrit par le média catholique de gauche La Croix comme « proche des milieux intégristes ».

Retour en Irlande

Ce voyage en Irlande fut par ailleurs l’occasion pour le Pape François de se rendre au Sanctuaire Marial de Knock. Il a également visité des pauvres et des sans-abris. Il a aussi assisté à une cérémonie organisée dans le célèbre stade de Croke Park. En plus de différents spectacles de danse, des familles venues du monde entier ont défilé face à lui, notamment des chrétiens d’Irak insistant sur leur volonté de rester vivre dans leur pays malgré les conflits.

Près de 150 000 fidèles ont assisté à la messe de clôture dans le Phoenix Park. C’est beaucoup moins qu’en 1979, lors de la venue de Jean-Paul II. Ce dernier fut à l’époque accueilli par 1 million d’Irlandais. Depuis, la pratique religieuse a baissé et l’avortement a été autorisé, le Pape François avait donc fort à faire.

Le Pape François en BD

Dans un registre plus léger, le Pape François sera prochainement le « héros » d’une bande dessinée en français. Sobrement intitulée « François », elle est l’œuvre du scénariste Arnaud Delalande, du dessinateur Laurent Bidot et de l’auteur Yvon Bertorello. Tous trois sont  habitués aux histoires religieuses ou historiques. Ils s’attaquent cette fois à la vie du premier Pape argentin, en allant des favelas de Buenos Aires jusqu’à Rome, sans oublier sa passion pour le football ou les tensions face aux communistes dans les années 70. Nul doute que cette bande dessinée fera parler, à l’image des prises de positions souvent discutées du Pape François. Fin connaisseur du continent sud-américain, il est souvent en décalage total avec les attentes des peuples européens, notamment sur la question de l’immigration.

La BD « François », 96 page, en vente dès le 12 septembre au prix de 20 euros

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine