Lancé sous l’impulsion de l’association Nantes jazz Action (Pannonica) et soutenu par 150 bénévoles et habitants du quartiers, une quinzaine de commerçants et la ville de Nantes à hauteur de 10.000 € le festival d’A côté a connu sa première édition dans le quartier Viarme – Talensac – Hauts Pavés. Une édition encourageante, car les animations ont attiré du monde ces 27, 28 et 29 septembre, mais aussi parce que l’objectif a été atteint en partie : faire travailler ensemble les acteurs du quartier, et notamment les commerçants.

Le premier jour, le jeudi 28 dans la soirée, ce sont des artistes en solo et en duo qui ont joué dans divers commerces de la rue des Hauts Pavés et du quartier – cette programmation était pilotée plus particulièrement par Nantes jazz action (Pannonica). Ainsi, entre autres le caviste la Part des Anges, le restaurant la Salle à manger, le libraire les Nuits Blanches, mais aussi le Bistro le Parisien place Talensac ou le café l’Aubette place Viarme – pour un atelier d’écriture de poèmes – ont ouvert leurs portes.

Le lendemain, le centre de gravité s’est déplacé place Talensac avec un événement entre chorégraphie et impro salle Paul Fort et une scène installée sur la place du marché dans la soirée – plusieurs centaines de personnes s’y sont pressées. Le samedi enfin, le festival d’A côté se déplaçait place Viarme où l’on a dansé de 16h30 à presque minuit, l’équipe de l’Arbre à danser de Bellevue clôturant les festivités devant plusieurs centaines de personnes.

Si le festival a réussi à attirer du monde et à faire travailler ensemble les commerçants, certains parmi les bénévoles constataient que « Viarme et Hauts Pavés, c’est un autre monde vu de Talensac ». Les commerçants de la place Viarme restés ouverts le soir du samedi n’ont pas constaté plus d’affluence, puisque le festival était de l’autre côté de la place, notamment à cause de la nécessité de laisser la brocante se faire le samedi matin et de la lourdeur du dispositif (scène, barrières, barnum de la buvette etc.)

Enfin les brocanteurs ont eux aussi un message à faire passer : « ce samedi, l’emplacement du parking Viarme devant le Domino’s Pizza était occupé par le festival, et il n’y avait pas de voitures. En revanche il n’y avait pas de barrières sur la place Viarme et plein de voitures, on a dû appeler la fourrière pour s’installer. Cela arrive régulièrement et ce sont des gens extérieurs à Nantes, qui ne sont pas au courant, qui voient leur voiture partir à la fourrière. Ce serait pourtant mieux si la mairie se donnait vraiment les moyens d’empêcher les voitures de stationner sur le périmètre de la brocante de façon à ce qu’on puisse s’installer sans être gênés ».

Louis Moulin

Crédit photos : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine