Bernard Rio est un immense marcheur. De ses pérégrinations, il tire des essais, des romans et des guides de voyage qui parlent surtout de l’espace celtique au sens large.

Ici, il propose 45 voies de pèlerinage qui parcourent la France et au-delà.

La Bretagne a la part belle. Les deux troménies de Locronan, les chemins de Saint-Yves, le sentier des trois abbayes en Brocéliande, Sainte-Anne d’Auray, Tro Breiz, le tour de la Bretagne pour retrouver les sept saints…

Le Massif central a ses ostensions du Limousin, autour de Limoges, sa Vierge noire à Orcival, l’abbaye de Rocamadour. En Provence, on va, si on est gitan, aux Saintes-Maries-de-la-mer, à la Sainte- Baume, à Sainte-Victoire… Au-dessus de Montpellier à Saint-Guilhem-le-Désert. L’Alsace a le mont Sainte-Odile et la Lorraine Notre-Dame de Sion.

Tous ces lieux saints ont plus de deux millénaires avec des tréfonds païens. Le cas le plus fameux est Chartres. Pour s’y rendre, on peut partir de Palaiseau, ville natale de Charles P2guy qui s’y rendit à pied en 1912 et1913. La persécution apporte l’occasion de « pèleriner », comme à l’île Madame dans l’estuaire de la Charente, pour honorer les centaines de prêtres déportés à la Révolution.

Les grands randonneurs partiront de Vézelay pour se rendre à Assise par le pas de Suze, en faisant étape à Cluny, Ars, San Miniato… 73 étapes en 73 jours, 1 500 kms…Il y a encore la Via Francigena, de Canterbury à Rome, labellisée depuis 2004 « grand itinéraire culturel du Conseil de l’Europe ».

Ces voies-là sont ouvertes à tous, croyants et non croyants car elles tissent l’identité de la France et de l’Europe. Elles sont le contraire des circuits grégaires, moutonniers, voués à occuper le temps libre de gens qui s’ennuient chez eux. Les voies de pèlerinage procèdent d’un saint nomadisme culturel.

Jean HEURTIN

* Bernard RIO, Sur les chemins de pèlerinages en France, Ouest-France, 32 euros.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine