Mardi 27 novembre 2018, à Rennes, des militants d’extrême gauche ont attaqué un syndicat de droite le jour des élections au CROUS, menaçant physiquement des militants et dégradant la permanence de l’UNI.

C’était en effet ce mardi 27 novembre qu’a eu lieu l’élection des représentants étudiants au conseil d’administration du CROUS à Rennes. Il s’agit par ce scrutin d’élire les représentants étudiants au Conseil d’administration du CROUS Bretagne, organe de délibération en matière de logement, de bourses et de restauration étudiants. Le scrutin porte sur 2 collèges : le collège 22-35 d’une part, et 29-56 d’autre part.

Brieuc Quil, responsable UNI Bretagne, explique : « Au sein de la faculté de Droit, alors que les étudiants allaient paisiblement en cours, une trentaine d’activistes d’extrême-gauche ont fait irruption et ont attaqué le local de l’UNI Bretagne, association représentative étudiante. De la farine et des œufs ont été lancés contre les vitres de ce dernier, la porte a été dégradée. L’agent de sécurité est arrivé à temps pour empêcher les individus de fracturer la porte qu’ils ont commencé à forcer. L’ampleur générale des dégâts reste encore à évaluer. Nous remercions le doyen de la faculté Droit Frédéric Lambert, le personnel et les étudiants pour leur sang-froid et leur réactivité.»

Dans un communiqué, l’UNI revient également sur les agressions visant ses membres, agressions qui sont depuis des années un classique à Rennes tant l’extrême gauche semble parfois posséder une certaine forme d’impunité dans la capitale bretonne : « Par ailleurs, cette même journée, des menaces et atteintes physiques ont été portées contre des membres de l’UNI Bretagne et du REP au sein même des locaux de l’Université de Rennes 2, empêchant le déroulement démocratique de la campagne. Nous exprimons notre solidarité envers les étudiants pris à partie.

« Mettre fin à cette chienlit »

La veille, lundi 26, un débat de chaque association devait être organisé dans les locaux de l’Université de Rennes 2. A l’annonce d’un rassemblement organisé par l’extrême-gauche visant à empêcher notre participation à ce débat, ce dernier a dû être annulé. En effet, le CROUS Rennes et la présidence de Rennes 2 voyaient un danger pour la sécurité des personnes. Nous regrettons que la présidence de Rennes 2 et du CROUS, plutôt que de sécuriser notre venue, se soient pliés aux menaces, préférant la soumission à la justice et à la Liberté d’expression. »

Et l’UNI de conclure dans son communiqué : « L’extrême-gauche, par ses méthodes violentes, démontre encore une fois son sectarisme et sa fermeture d’esprit. La France est une démocratie, la dictature de la pensée unique doit cesser définitivement à Rennes. Nous appelons les étudiants à se mobiliser et à nous rejoindre pour mettre fin à cette chienlit.»

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.