L’Université de Rennes 2 de nouveau bloquée ? C’est ce que laissent à penser les faits qui se sont déroulés ce mardi 2 octobre.

Lors d’une « AG » (Assemblée générale) animée principalement par des syndicats et groupuscules d’extrême gauche — et réunissant une minorité d’étudiants — un blocage de l’Université de Rennes 2 a en effet été voté pour le 9 octobre.

L’UNI, syndicat des étudiants de droite, par la voix de son responsable, Brieuc Quil, monte au créneau pour dénoncer ce vote :

« L’année universitaire dernière, ces blocages de plusieurs semaines ont été l’occasion de dégradations et de vols de matériel. Des cours ont été supprimés, des examens et l’emploi du temps des étudiants gravement perturbés. Le préjudice, notamment financier, a été considérable pour les étudiants comme pour l’établissement.

Il n’est pas tolérable que ces groupuscules fassent de l’université le champ de bataille de revendications qui leur appartiennent. L’université doit rester le lieu de la transmission, du savoir et du débat. Les étudiants n’ont pas à être pris en otage par ces apprentis révolutionnaires qui veulent faire la loi.

L’UNI Bretagne appelle le président de Rennes 2 à réagir immédiatement et fermement pour enrayer cette situation qui ne doit pas s’envenimer. Contre les blocages et pour la liberté d’étudier, nous appelons les étudiants à nous rejoindre et à se mobiliser. »

Le président de Rennes 2 a confirmé vendredi 7 septembre, lors de la conférence de rentrée de l’université de Rennes, que les dégâts occasionnés par quatre mois de blocage à l’université de Rennes 2, au printemps 2018, seront payés par l’État, c’est à dire par le contribuable via les différents impôts perçus par ce dernier. Rien que pour l’an passé, la facture s’élevait à 500 000 €. Bis Repetita dans quelques semaines, avec en prime, des étudiants ne pouvant pas étudier ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine