A quelques jours de la rencontre (le 10 décembre) à Rennes des Amoureux de la France (liste d’union pour les élections européennes) avec notamment Nicolas Dupont-Aignan, nous avons interrogé Emmanuelle Gave, qui a rejoint la liste et qui sera présente et intervenante lors de la réunion.

Avocate de formation, elle a effectué un parcours en France et aux États-Unis. En 2012, elle a contribué à la création de l’Institut des Libertés, un think tank en méta politique, dont elle est actuellement directrice exécutive. Passionnée de rugby, « autre sport ou comme en politique, il faut mieux donner que recevoir » nous dit-elle, elle est également au conseil du Biarritz Olympique (BOPB). Enfin, Emmanuelle Gave est mère de deux grandes filles actuellement en 1er et terminale.

Breizh-info.com : Pourquoi avoir rejoint la plateforme « les amoureux de la France »

Emmanuelle Gave : Lors des dernières élections présidentielles, comme beaucoup de français, j’ai eu le sentiment diffus mais constant que notre appareil démocratique avait été, disons, « défaillant ». Parallèlement, Nicolas Dupont- Aignan a eu le courage de tendre la main à Marine Le Pen non pas pour se placer comme j’ai pu entendre ça et là (il aurait alors pu le faire plus tôt) mais pour enfin commencer à réconcilier toutes les droites. Forte de ces deux constatations, j’ai donc fait le choix de me lancer dans cette aventure politique des élections Européennes sur la liste nationale (désormais) des Amoureux de la France.

Breizh-info.com : Quelles sont les propositions qui vous tiennent particulièrement à cœur ?

Emmanuelle Gave : Parmi les raisons de mon engagement, et comme je le dirais à Rennes, ma principale motivation est l’amour de la France. Comme le disait Bernanos « Il y a une bourgeoisie de Gauche, il y a une bourgeoisie de Droite mais il n’y a pas de peuple de droite ou de peuple de gauche, il n’existe que le peuple français ». Or, cet amour du peuple dont chacun de nous fait partie pour notre Nation remonte sans doute à Bouvines en 1214, c’est dire s’il date. Et à chaque fois dans l’histoire que le peuple a été appelé en secours de la Nation, de Jeanne d’arc à Valmy, des poilus aux cadets de Saumur, la France a été sauvée.

Pardon pour cette envolée de lyrisme mais je considère aujourd’hui que notre pays est en danger car une tranche de fonctionnaires non élus que le Général de Gaulle appelait « le parti de l’étranger » sont en train de vendre nos souverainetés aux plus offrants pour un plat de lentilles en faisant fi de toute notre civilisation européenne. Pour moi aujourd’hui, il est urgent de récupérer auprès de Bruxelles nos souverainetés avant que le dernier boulon du fédéralisme et le basculement civilisationnel voulu par certains ne soit entériné par la France/ Allemagne que représente le couple Macron /Merkel.

Breizh-info.com : Vous avez participé à des manifestations de Gilets jaunes, comment percevez vous la fin de crise  ? Il semble que définitivement, les partis politiques et les gouvernants ne contrôlent plus rien dans le pays ..

Emmanuelle Gave : J’ai participé jusqu’à maintenant à toutes les manifestations de Gilets jaunes car je considère ces politiques de bobos proprement exaspérantes d’autant que la France est un des rares pays à respecter le protocole de Kyoto et que nous Français, polluons 60% de moins que nos confrères allemands. Alors, au bout d’un moment comme disait Pompidou, est ce « qu’on pourrait arrêter d’emm…… les Français » ? Surtout que sans partir dans la démagogie, j’ai un peu l’impression que le mistigri revient toujours aux mêmes : les classes moyennes qui sont proprement asphyxiées depuis trente ans.

Breizh-info.com : Parlez nous de la réunion publique de Rennes, du 10 décembre …

Emmanuelle Gave : Lors de la réunion à venir à Rennes du Lundi 10 décembre prochain, où Jean-Frédéric Poisson (PCD) Bruno North (CNIP), Nicolas Dupont-Aignan (DLF) et moi-même seront présents, nous parlerons des espoirs qui sont les nôtres. De l’urgence aussi d’agir sur certaines questions fondatrices de notre pacte républicain, qui couvre entre autres les questions de religion mais aussi d’égalité homme femme.

Nous sommes aussi là pour échanger avec la salle qui, depuis que nous avons commencé notre petit tour de France, ne manque pas de revenir vers nous avec des questions aussi diverses que le maintien dans l’Euro, le bien-être animal ou encore la PAC.

Je n’ai aucun doute que les Bretons seront présents lors de cette soirée car si j’en juge par les présences de drapeau noir et blanc dans chaque manifestation, ils ne sont pas peuple à refuser une bonne bagarre quand elle se présente dans mon analyse. Je me réjouis donc de cette rencontre à venir ou j’espère avoir l’occasion de dialoguer avec un maximum de lecteur.

Propos recueillis par Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine