Vainqueur de ses 5 derniers matchs de l’année 2018, le Stade rennais aura vécu une année historique.

stade_rennais

Un festival offensif pour finir l’année

Vainqueur de Nîmes sur le score de 4 buts à 0, les rennais auront ravi leur public avec une gestion maîtrisé de leurs temps forts et de leurs temps faibles.

Avec une entame de match tonitruante qui verra les rennais scorer 2 fois en un quart d’heure avec des buts de ces deux Benjamin, d’abord André puis Bourigeaud, en dominant dans tous les secteurs.

Les nîmois réagiront ensuite en prenant le jeu à leur compte mais leurs occasions ne seront pas trop franches et le SRFC restera menaçant en contre-attaque.

La seconde période verra Jordan Siebatcheu inscrire son premier doublé en Ligue 1.

Faux espoir pour le FC Nantes

En marquant un magnifique but dès le début de la deuxième période, Majeed Waris pensait offrir la qualification au FC Nantes lors de ce huitième de finale de coupe de la Ligue.

Mais un Hatem Ben Arfa de gala et les gestes déterminants d’Edson Mexer puis de Damien Da Silva ont permis aux bretilliens de finalement s’imposer 2 buts à 1 et de poursuivre leur invincibilité contre leur voisin ligérien.

26 points à la trêve

Avec un match en moins que d’habitude (match reporté au Roudourou), le club dirigé par Olivier Létang compte 26 points à mi-saison. C’est un point de plus que la saison passée mais la dynamique est différente puisque Rennes avait perdu contre Paris puis Monaco avant la trêve la saison passée. Cette année 2018 s’est terminé avec 3 victoires consécutives en championnat.

Bilan mitigé pour Lamouchi

Avec 1 point par match en Europa League (5 points en 5 matchs) et à peine mieux en Ligue 1 Conforama (17 points en 15 matchs), l’éviction de Sabri Lamouchi, apparaît au final logique même si elle fût logiquement difficile à digérer pour de nombreux supporters de notre club en raison de la cinquième place obtenue en mai dernier.

Débuts rêvés pour Julien Stéphan

Avec 5 victoires en 5 matchs, toutes compétitions confondues, l’entraîneur rennais a réussi les meilleurs débuts de l’histoire pour un entraîneur du club.

En ayant apporté plus de maîtrise au collectif rennais, il a permis aux joueurs de s’exprimer plus librement en effectuant des déplacements plus cohérents.

La gestion des temps faibles s’est clairement améliorée et le nombre d’occasions adverses a diminué.

Moins sollicités, les 2 gardiens rennais ne commettent plus d’erreurs fatales.

A contrario, le nombre de situation offensive s’est accru et la moyenne de buts a clairement augmenté.

Avec 12 buts marqués pour seulement 1 concédé, on peut qualifier de tonitruante, le début de l’ère Stéphan.

Quel mercato hivernal pour le SRFC ?

Malgré les performances insuffisantes de ses 2 gardiens, il est difficile de savoir si le club va vouloir modifier une hiérarchie rendue floue par les défaillances physiques d’Abdoulaye Diallo, pourtant désigné numéro 1 depuis la nomination de Julien Stéphan.

Si le club décide de recruter un portier durant le mercato, c’est Koubek qui devrait quitter le club cet hiver.

La priorité du club rennais qui ne devrait laisser partir aucun joueur majeur cet hiver, est de recruter un latéral gauche pour doubler le poste de Rami Bensebaini. Plusieurs pistes sont suivies et il est possible que l’une d’elle aboutisse rapidement.

Le seul doute offensif viendrait du cas M’Baye Niang dont le prêt n’est pour le moment pas convaincant et celui-ci pourrait-être résilier si le joueur n’améliore pas son rendement lors des prochains matchs. Son éventuel départ serait compensé.

Afin de pallier la grave blessure de Rafik Guitane, sur lequel la direction mise beaucoup pour la saison prochaine et à plus long terme, le Stade rennais, apparaît en bonne position pour accueillir le parisien Yacine Adli en prêt jusqu’à la fin de saison.

Quelles ambitions pour la deuxième partie de saison ?

Toujours en course dans les 4 compétitions qu’ils disputent, les rennais peuvent clairement faire preuve d’ambition et espérer atteindre au moins le même classement que la saison passée en Ligue 1 et de gagner un titre si le sort lui épargne de tirer le PSG comme lors de la saison passée dans les 2 coupes nationales.

Des derbys en pagaille pour débuter 2019

Sur les 4 premiers matchs de 2019, 3 seront des derbys.

Il y aura d’abord la réception du Stade brestois 29 pour le compte des 32èmes de finale de coupe de France. Ce tour sera un véritable piège pour notre club puisque Brest est solidement attachée à la deuxième place de Ligue 2 et s’ils présentent leur équipe type, l’affaire ne sera pas simple, surtout à 3 jours d’un quart de finale de coupe de la Ligue.

En effet, le mercredi suivant, le Stade rennais aura clairement la pression et le statut de favori, une fois n’est pas coutume, pour un match à Louis II. Dans une situation sportive désastreuse avec une 19ème place indigne de son statut, l’équipe de Thierry Henry, n’alignera vraisemblablement pas son équipe type à 4 jours de son match capital à Marseille pour la reprise de la L1. Pour le SRFC, l’occasion d’atteindre la demi-finale est importante et ce match sera à ne pas négliger.

Avec un effectif suffisamment important pour ne négliger aucun match, les bretilliens pourront alors s’atteler à ne pas perdre le derby à la Beaujoire face au rival nantais.

Ensuite, pour clore cette intense reprise, il faudra se rendre au Roudourou, chez la lanterne rouge du championnat afin de rattraper le match en retard.

Programmation TV

  • Coupe de France, 32èmes de finale : dimanche 6 janvier 2019 à 14h15 sur Eurosport 360 et France 3 Bretagne :

SRFC – Brest

  • Coupe de la Ligue, quart de finale : mercredi 9 janvier 2019 à 18h45 sur Canal + Sport :

AS Monaco – SRFC

  • Championnat de France, J20 : dimanche 13 janvier 2019 à 15h sur Bein Sports 1 :

FC Nantes – SRFC

  • Championnat de France, J18 : mercredi 16 janvier 2019 à 19h sur Bein Sports 3 :

EA Guingamp – SRFC

  • Championnat de France, J21 : dimanche 20 janvier 2019 à 15h sur Bein Sports 1 :

SRFC – Montpellier.

Stanislas DECAN

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019 dépêche libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine