Le secteur du transport maritime compte massivement recruter pour la saison 2019. Du ferry aux paquebots de croisières, il y en a pour tous les profils.

Ferries : la saison, déjà !

En recherche d’emploi et insensible au mal de mer ? Cet article va vous intéresser. Tandis que l’année est à peine entamée et que nous ne sommes qu’au début (et oui !) de l’hiver, personne n’a encore la tête aux beaux jours. Personne, ou presque. Dans le petit monde du transport maritime, les armateurs sont déjà en train de s’activer pour composer les équipages de la nouvelle saison 2019. Et, pour ce nouveau cru, les compagnies souhaitent recruter du personnel en grand nombre.

Les candidats à l’embarquement peu enclins aux absences trop longues ni aux voyages trop exotiques peuvent d’ores et déjà se tourner vers les compagnies de ferries qui opèrent en Manche, en Atlantique et en Méditerranée. De Brittany Ferries à P&O en passant par Corsica Ferries, ce sont plusieurs dizaines de postes de stewards, d’agents d’escale ou encore d’hôtesses qui sont à pourvoir. Il s’agit en général de contrats d’une durée de six à huit mois, s’étendant du mois de mars à la fin octobre pour les plus longs.

La question du logement

Quelques contraintes logistiques sont toutefois à prendre en compte en amont : si les postes embarqués permettent un hébergement intégral à bord les jours travaillés, les emplois à terre (agents d’escale en l’occurrence) demandent une grande flexibilité horaire. Mieux vaut, dans ce cas, disposer d’un logement à proximité du terminal. Un point pouvant paraître anecdotique mais qui prend tout son sens lorsque le poste en question est basé à Saint-Malo et que le futur employé doit trouver un logement abordable dans la Cité corsaire en pleine saison…

Puisque nous évoquons Saint-Malo, précisons également que la compagnie Condor Ferries recrute elle aussi. Cette dernière concentre son activité sur les liaisons quotidiennes avec les îles britanniques et la Grande-Bretagne. Seulement au départ de Saint-Malo. Ses navires, de taille beaucoup plus modeste que ceux de la Brittany Ferries, ne permettent pas l’hébergement du personnel à bord. Aux potentiels hôtesses et stewards d’anticiper cette question.

maritime
Navire Condor Ferries arrivant au port de Saint-Malo. Source : Les Echos

La croisière embauche aussi

Quant à P&O, les besoins en personnel concernent les lignes au départ de Rotterdam, Zeebrugge et Calais. Et ce, à destination de la Grande-Bretagne. Si les embarquements s’effectuent généralement sur un rythme de sept jours de travail/sept jours de congés, le temps de trajet pour gagner le port d’embarquement puis en revenir est aussi à prendre en compte pour le candidat au poste.

maritime
P&O Ferries. Source : Tourmag

Pour les demandeurs d’emplois recherchant davantage les embarquements longs, les compagnies de croisières sont également entrées dans une phase de recrutement active. Comme en témoigne le cas de Costa Croisières, qui recrute pour cette nouvelle saison plusieurs dizaines de Français pour travailler sur ses navires. En proposant tout un panel de postes : hôtesses, stewards, intermittents du spectacle, serveurs, femmes de chambre, techniciens de surface, cuisiniers, guides, interprètes, etc. Par ailleurs, la maîtrise de l’anglais (et, idéalement, d’autres langues) est un atout majeur pour les candidats.

Même euphorie à l’embauche chez le croisiériste MSC Cruises. Avec sept nouveaux navires dont certains toujours en construction, la compagnie compte recruter plus de 20 000 employés d’ici quatre ans. Au total, selon l’Observatoire des Transports, « D’ici au mois de mars, si on regarde les offres d’emplois de ces différentes compagnies, on atteint facilement plusieurs centaines de postes à pourvoir en CDD de six ou 9 mois, voire en CDI ». Beau temps belle mer en somme. À condition d’avoir le pied marin…

Crédit photo : Pixabay (CC0/stux)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine