S’il vous arrive de rouler dans le Sud de la France, aux abords de villes comme Marseille, Alès, Montpellier, alors vous vous dites forcément que la Bretagne est exemplaire en matière de dépôts sauvages, tant ces villes sont parfois envahies d’immondices. Cela n’empêche pas qu’individuellement,certains se comportent chez nous comme des sauvages, et c’est ce que le maire de Saint-Pôtan (Côtes-d’Armor) à côté de Dinan, a tenu à rappeler.

Ce dernier, excédé par les dépôts sauvages autour du point de tri sélectif du bourg dans sa commune, a réussi à localiser une des fautives. Il est allé jusqu’à fouiller les déchets, retrouvant une facture de pharmarcie de la personne. Puis a tout simplement ramené ces ordures devant chez elle, avec un mot bien entendu, lui indiquant les horaires d’ouverture de la déchèterie de Dinan.

« En cette période de fêtes, je suppose que ces cartons, ce papier cadeau et ces restes de repas sont tombés du traîneau du Père Noël lorsqu’il repartait de chez vous. Aussi, afin de réparer son erreur, j’ai pensé utile de vous rapporter votre bien à domicile (sans frais de port) »

Les auteurs de dépôts sauvages risquent une amende de 68 €, mais d’autres communes de l’agglomération de Dinan avaient déjà fait de même : Ainsi le maire de Trélivan, Claude Leborgne, expliquait récemment : « On ouvre les sacs, le plus souvent on y trouve des enveloppes avec des adresses. Et on renvoie les sacs d’ordures à leur ‘propriétaire’. Mais ça ne peut pas durer comme ça. Il faut trouver des solutions. ». 

Ces incivilités ont tendance à se multiplier, du fait du comportement des gens qui parfois, se croient tout permis, y compris de pouvoir polluer leurs communes, et de monopoliser des services municipaux qui ont autre chose à faire de leur journée.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019 dépêche libre de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine