La profanation de la tombe de l’abbé Perrot à Scrignac avait suscité émoi et colère au printemps 2018. Malgré la plainte déposée à la gendarmerie à l’époque, l’affaire vient d’être classée sans suite.

Abbé Perrot : dégradations et peinture rouge

Lors de la traditionnelle commémoration annuelle en hommage à l’Abbé Yann-Vari Perrot qui avait lieu le 2 avril 2018 à Scrignac, au nord-est des Monts d’Arrée, les personnes ayant fait le déplacement furent frappées de stupeur : la sépulture de l’ancien recteur de la commune, devenu la figure par excellence du martyr breton depuis, avait été profanée.

L’abbé Perrot, infatigable défenseur de la langue bretonne et de la foi catholique fut assassiné le 12 décembre 1943 par un membre du Parti communiste français, au lieu-dit La Croix Rouge. Depuis, sa mémoire est honorée chaque lundi de Pâques en la chapelle de Koad Keo, en Scrignac. Une chapelle construite à l’initiative de Yann-Vari Perrot et dessinée par l’un des fondateurs des Seiz Breur [NDLR : mouvement artistique breton], James Bouillé.

La profanation s’est ainsi matérialisée par des tags injurieux à la peinture rouge sur cette même chapelle et sur un bâtiment situé non loin. Mais également par la dégradation de la pierre tombale de l’abbé Perrot dont la croix celtique fut brisée et où des inscriptions « FTP » et  « Fascistes dehors » furent relevées.

L’affaire classée sans suite

Profanation de la tombe de l’Abbé Perrot. Youenn Caouissin réagit ! [Vidéo]

Ne souhaitant pas laisser cette profanation impunie, les propriétaires de la tombe, le diocèse de Quimper & Léon et les propriétaires d’un bâtiment attenant avaient porté plainte. Or nous apprenons par le biais du blog Ar Gedour que, l’enquête menée par la gendarmerie n’ayant toujours pas abouti, cette affaire curieusement vient d’être immédiatement classée sans suite. De quoi laisser un goût amer aux nationalistes bretons restés fidèles à la figure de l’abbé Perrot, dont l’ensemble de la vie fut dédiée à la Bretagne.

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine