Comment réagir en cas d’attaque physique ou même de présomption d’attaque ou d’agression ? Quelques conseils rédigés en collaboration avec Pascal, de la boutique kamouflages.com.

Dans quasiment toutes les situations où cela est susceptible de se produire, c’est l’autre personne, votre assaillant qui décide de vous agresserPeu importe votre tranquillité , votre sérénité ou même vos précautions, vous rencontrerez certainement un jour ce genre de personnes.

Même si vous ne montrez pas ostensiblement ou même négligemment des signes de richesse ou bien même si vous n’adoptez pas une attitude « agressive », un simple refus d’une cigarette par exemple et vous vous retrouvez victime éventuelle d’une agressionNous ne recommandons d’ailleurs en aucun cas de vous impliquer dans des bagarres de rue sans une formation longue et experte dispensée par des instructeurs professionnels.

Cependant nous pouvons donner des conseils sur quelques mouvements de légitime défense pouvant être utilisés contre un attaquant. Attention certains de ces mouvements peuvent causer des blessures sérieuses et même létales; ils doivent être sérieusement appréhendés avant leur mise en oeuvre – voir ici l’aspect légal des choses.

Le meilleur plan d’action consiste d’abord à éviter toute attaque possible donc dans un premier temps de ne pas chercher à vous mettre dans une situation dangereuse

Une bonne attention de tous les instants, une lucidité constante empêchent 90% des affrontements comportementaux de devenir réellement physiques.

agression

Contrairement à vous, l’assaillant a toujours un plan d’action prémédité

Marchez et agissez toujours avec confiance, si possible avec des vêtements assez amples pour vous offrir la possibilité de fuir mais également des vêtements qui peuvent vous protéger avec des textiles particuliers (Spectra, Aramide , Kevlar notamment..), vous pouvez aussi vous munir de chaussures spéciales dites de sécurité mais sportives qui disposent d’un embout métallique qui peut vous permettre de porter des coups.

Marchez sans fixer délibérément de contact visuel avec des inconnus plus longtemps que vous ne le feriez normalement, certaines personnes aux codes culturels particuliers en tiennent ombrage et peuvent réagir avec agressivité car ils n’attendent que ce qu’ils appelleront des provocations pour commencer une rixe.

Contrairement à vous, l’assaillant a toujours un plan d’action prémédité même quelques secondes ou minutes avant l’attaque qu’il va vous porter dans le lieu qu’il va décider.

Par exemple, un voleur de rue agira de manière à vous choquer donc si vous pouvez modifier ou contrarier ce plan, vous échapperez à son contrôle.

Les femmes, ainsi que les hommes, ont toujours une arme utile et cela à tout moment , cette arme c’est leur voix.

Utilisez la dans une situation menaçante. Criez n’importe quoi ! “A l’aide!” “ Au Viol!” “Attaquant!”.

Nous n’évoquerons pas ici les armes illégales qui peuvent s’avérer être dangereuses si votre adversaire s’en empare. Vous devez absolument posséder une alarme personnelle ou une torche éblouissante ou stroboscopique et l’activer dès lors que vous vous sentez menacé. Cette alarme sonore ou visuelle vous permettra en priorité de le désorienter et d’avoir assez de temps pour lui échapper. Surtout n’attendez pas de voir les effets de votre réaction, fuyez dès que vous l’avez mise en action.

Si vous devez vous défendre sachez que les femmes sont généralement plus « timorées » que les hommes dans cette situation. Ce manque de confiance peut mener à une confrontation physique. Cela rend très difficile le recours à la défense et donc nécessaire celui à la dissuasion par des alarmes ou des torches et à la protection par des vêtements de défense. Il en existe même certains qui sont très élégants ( voir plus haut).

Si vous pensez qu’une attaque est imminente et que vous n’avez pas d’autre choix que de vous défendre, vous devez maintenant être prêt à utiliser la force physique. Raisonner avec votre adversaire peut être le meilleur plan d’action pour commencer. Si cela ne fonctionne pas, vous serez obligé de résoudre les problèmes autrement.

La préparation gestuelle à affronter ou à combattre votre attaquant envoie un signal très clair. Vous n’êtes pas une cible facile.

Toutefois, selon les circonstances, la meilleure solution pour échapper à un agresseur ou un voleur de rue est dabandonner votre bien en échange de votre sécurité , tout en sachant que la simple conformité à leur exigences peut ne pas garantir votre sécurité.  Ils peuvent toujours décider de vous infliger une blessure même après que vous leur ayez abandonné le butin.

Cependant, s’il devient clair que vous ne serez pas aidé par d’autres personnes auprès de vous ou si vous ne pouvez pas raisonner avec votre adversaire ou encore vous échapper en courant, vous devez être prêt à vous battre.

agression

COMBATTRE EST VOTRE DERNIER CHOIX ET JAMAIS VOTRE PREMIER !

Avant ce choix il faudra donc essayer dans l’ordre :

  • Ignorer votre agresseur
  • Raisonner avec votre assaillant
  • Utiliser votre voix pour attirer l’attention
  • Activer une alarme personnelle + fuite
  • Remise de vos biens + fuite

Il est très peu probable qu’un viol se produise au milieu de la rue. Des personnes ont été traînées sur des centaines de mètres dans des terrains vagues ou des bâtiments où l’assaut a généralement lieu. Vous n’aurez plus aucune chance que d’autres personnes viennent à votre aide. Votre dernière chance de vous échapper est donc avant que cela se produise.

De plus , vous ne pouvez pas vous permettre de vous faire assommer par votre agresseur. Il est maintenant temps de se battre – ne faites pas seulement mine de résister. Vous pensez peut-être que votre obéissance peut empêcher le viol ou l’attaque. Ce n’est probablement pas le cas.

Les « mendiants agressifs » peuvent normalement être contrôlés avec un refus sous forme de NON ! affirmatif. Encore faut il que dans nos sociétés où la compassion prime sur tout on ait encore envie de s’imposer…

Toutes ces actions sont donc toujours préférables à une confrontation physique.

Dans l’éventualité d’un viol ou d’une situation d’agression réelle, vous devez tenir compte de la nécessité de recourir à la force physique avant que votre attaque ne dégénère. Ne laissez jamais votre attaquant voir une arme que vous pourriez avoir surtout si vous n’avez pas l’intention ou si vous hésitez à vous en servir car alors elle pourrait être utilisée contre vous !

Nous ne faisons pas référence à des objets illégaux tels que couteaux, bombes lacrymogènes ou matraques dont le port est interdit , mais une lampe torche éblouissante ou même un parapluie peut être utile dans ces situations.

Par contre si vous avez un parapluie ou tout autre objet menaçant mais légal en main, ne le brandissez pas de manière menaçante car cela donne à votre adversaire le temps de voir et d’évaluer la menace que vous représentez.

Si vous avez des armes de ce type ne les utilisez pas en « dissuasion » mais bien en défense /attaque et ne perdez jamais de vue que si vous n’avez pu »frapper » avec votre parapluie , l’éventuelle riposte de votre adversaire se fera probablement avec une arme de « calibre » supérieur au vôtre (couteau ?).

Si vous avez passé toutes les étapes et que vous soyez convaincu qu’il vous faut frapper il faudra :

  • Agir vite
  • Frapper fort

Et cela sans avoir peur de cibler les parties sensibles du corps. Vous avez légalement le droit d’utiliser la force appropriée si vous craignez pour votre sécurité.

Si vous agissez à l’inverse de ce quil exige et croit pouvoir obtenir par votre soumission, vous plongez votre attaquant dans la confusion car il essaiera toujours de vous affaiblir mentalement et physiquement.

Si vous entrevoyez un couteau gardez vos distances et préparez-vous à courir.

«frapper et courir» est votre seule stratégie.Ne traînez pas pour voir l’impact de votre coup.

Méfiez-vous particulièrement des adversaires ivres ou drogués. La boisson et la drogue atténuent la réaction de peur. Il nest généralement pas possible de leur faire peur en utilisant lagressivité de votre voix et de votre comportement.

Si vous devez vous battre, préparez-vous à donner des coups de pied, des coups de poing, des morsures, des coups de coude, des coups de griffe avec vos ongles, mais aussi à utiliser votre colère ! Tout cela semble très brutal, mais vous devez être convaincu que vous vous battez pour votre survie. Ne ciblez pas les parties du corps trop vêtues. Votre frappe sur sa poitrine par exemple aura peu d’effet à moins que votre coup ne soit extrêmement puissant.

Considérons maintenant les objectifs.

ATTENTION LES DESCRIPTIONS SUIVANTES PEUVENT VOUS PARAÎTRE AGRESSIVES..

Tête et visage

L’endroit le plus évident pour frapper est la tête ou le visage soit par un coup de poing puissant pour un homme, soit un coup de « griffe » pour une femme. Toutefois bien que la tête et le visage fournissent des cibles évidentes, leur majeure partie est essentiellement une « plaque de blindage » et peut donc constituer une cible médiocre en terme d’efficacité.

Les zones autour du visage, telles que les tempes, sont par contre des points de pression et peuvent être utilisées pour reprendre le contrôle sur la situation.

Il est possible d’assommer un attaquant avec une frappe très ciblée au bas de la mâchoire, ce qui peut même provoquer une perte de conscience. Par contre cela risque fort d’échouer dans un combat de rue frénétique et devra être évité comme attaque pertinente.

Les yeux

Frapper les yeux de vos assaillants peut causer de graves dommages et mettre fin rapidement à la confrontation. S’il ne peut pas voir, il ne peut pas vous attaquer. Le problème avec cette forme de manœuvre défensive est que les yeux représentent une cible petite et difficile.

Bien que les femmes aient tendance à être beaucoup moins fortes que les hommes, elles ont tendance à avoir du mal à cibler les yeux en raison des conséquences qu’elles estiment immorales. La plupart des femmes, même lorsqu’elles sont agressées, ont d’ailleurs du mal à infliger des dommages à quelqu’un de cette manière, c’est une réalité, il faut donc la prendre en compte.

Si vous essayez de vous conditionner pour accepter de devoir cibler les yeux d’un attaquant, vous trouverez peut-être un peu plus facile de mener ce type de défense si la situation se présentait un jour.

Les coups à l’oeil peuvent être administrés à longueur de vos bras, les doigts tendus vous donnent quelques centimètres supplémentaires. Utilisez une action à la volée à distance et une action « d’arrachement » si vous êtes proche (photo ci dessus)

Les frappes à l’oeil à longue portée sont très efficaces pour distraire votre attaquant et la réaction physique qui en résulte le désorientera voir le désactivera probablement.

La bouche

Vous pouvez utiliser vos doigts pour tirer sur les côtés de la bouche en évitant les dents et en tirant sur le côté. Cela provoque une douleur et un inconfort extrêmes pour votre attaquant.

Il vous faut être particulièrement concentré en particulier dans la situation stressante où vous êtes attaqué, et votre regard doit anticiper la situation et les attaques pour être efficace. Si votre attaquant bouge légèrement la tête, votre frappe peut alors le manquer.

Il est toujours préférable de frapper le visage ou la mâchoire de votre assaillant avec la paume de votre main pour permettre à votre pouce ou à vos doigts de cibler les yeux lorsque votre coup est porté.

Si ce coup frappe également le nez, les yeux de votre assaillant se mouilleront et produiront une douleur qui va déformer davantage leur vision mais cependant ne causera pas assez de gêne pour les arrêter complètement.

Cou

Certains experts d’autodéfense conseillent une frappe sur le côté du cou et il existe de bonnes raisons pour donner à cette zone cible une priorité.

Frapper la partie antérieure du cou, de chaque côté du larynx, peut provoquer une perte de conscience. Il est possible de déclencher une frappe de ce genre en utilisant le bord de la main ou la partie inférieure de l’avant-bras.

Vous pouvez utiliser une arme comme un parapluie ou même votre tibia.

Le plexus brachial (ci-joint) est de forme triangulaire et descend du côté du cou jusqu’à l’épaule. Il est très sensible aux frappes et aux prises. Une frappe dans cette zone, de lavant ou de larrière, est très efficace, car un bon coup permet de désactiver lensemble du cou et du bras. Très utile si vous avez besoin que votre adversaire libère quelqu’un d’autre.

La clavicule à l’avant du cou peut aussi être brisée par une frappe sur l’avant. Soyez conscient qu’il y a eu des cas où une clavicule cassée a pu provoquer une blessure a l’artère sous-clavière voire la mort. Par contre une blessure moins grave à la clavicule désactivera tout le bras.

Le cou et la gorge sont également des cibles pour les étranglements.Correctement appliquée, une technique d’étranglement peut amener lagresseur le plus violent à une perte de conscience.

Il convient de noter qu’un danger de mort est possible lors de l’utilisation de ce type de défense. Des décès sont survenus lors d’étranglement quand le larynx a pu être écrasé.

Une forte frappe sur le cou peut également provoquer un gonflement de la gorge et des problèmes de respiration.

En raison de la gravité des blessures pouvant être infligées en visant le cou, considérez cette zone comme un dernier recours, dans les cas où votre vie est vraiment en danger.

Soyez conscient des dommages que vous pouvez causer et des implications juridiques auxquelles vous pourriez faire face.

L’ aine et les organes sexuels

L’aine est décrit comme une cible de choix dans de nombreux livres d’autodéfense.

Toutefois à l’expérience certaines personnes ont été frappées assez fort dans la région de l’aine, apparemment sans aucun effet néfaste et ont pu continuer à attaquer. Un assaut peut ne pas montrer d’effet immédiat suite à la frappe et prendre un certain temps pour montrer des signes de douleur ou de blessure. Cela signifie que votre attaque ne doit pas cesser immédiatement.

Une frappe à l’aine peut être déclenchée par les pieds ou les mains. Faites particulièrement attention si vous tentez un coup franc dans cette zone. Votre attaquant peut vous attraper la jambe lorsque vous donnez un coup de pied en avant ou que vous vous détournez.

Un coup aux organes sexuels est également une option tout à fait efficace a condition qu’il soit porté avec un maximum de puissance , à cet égard vous pouvez vous munir de chaussures type de sécurité comportant un bout métallique , on en fait maintenant de très élégantes

Voix

Avant de recourir à l’une de ces mesures d’autodéfense, rappelez-vous qu’elles sont le dernier recours et non le premier. Vous ne devriez les employer que si vous pensez être sérieusement en danger.

Avant toute confrontation physique, envisagez lutilisation de votre voix comme arme principale de vos défenses.

Votre voix, si elle est utilisée correctement, est bien meilleure que la violence physique contre votre agresseur.

Parlez d’une voix ferme mais basse. Ne « plaidez » jamais sauf si vous tentez éventuellement de le faire sombrer dans un sentiment de sécurité mensonger.

Maintenez toujours un contact visuel et appuyez votre message par votre regard qui doit être dans la ligne de votre défense.

Rappelez-vous que vous pouvez également utiliser votre voix le plus fort possible pour attirer l’attention des autres si l’approche discrète échoue !

Avant de recourir à ces gestes de défense , rappelez vous qu’ils doivent être seulement utilisés en dernier ressort jamais en premier.  Vous devez l’employer uniquement si vous croyez que vous êtes sérieusement en danger !

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine