10 % des actes de christianophobie en France ont eu lieu en Bretagne en 2018

A LA UNE

10 % des actes de christianophobie en France ont eu lieu en Bretagne en 2018. C’est ce que nous a confié Daniel Hamiche, président de l’Observatoire de la christianophobie, avec qui nous avons fait le point sur les actes visant les chrétiens, dans le monde mais aussi en France, en 2018.

Des actes qui suscitent, comme à leur habitude, nettement moins de mobilisations et de condamnations de la classe politique, que lorsque cela touche d’autres communautés religieuses, et cela alors même que les chrétiens catholiques forment encore aujourd’hui en France la communauté religieuse majoritaire.

Breizh-info.com : Quel bilan dressez vous de la christianophobie dans le monde en 2018 ?

Daniel Hamiche (christianophobie.fr) : C’est un bilan catastrophique ! Les meilleures sources indiquent qu’en 2018 un chrétien sur neuf a subi une forte persécution dans le monde, soit plus de 245 millions… Plus de 4 000 chrétiens ont été tués en haine de la foi : 1 000 de plus qu’en 2017. Et près de 1 900 lieux de culte détruits ou endommagés. Année après année la persécution s’aggrave.

Breizh-info.com : En France et en Bretagne, quelle est la situation ?

Daniel Hamiche (christianophobie.fr) : L’Observatoire de la christianophobie suit avec une particulière préoccupation la montée des actes de christianophobie en France. Nous avons, avec nos moyens qui ne sont pas ceux du ministère de l’Intérieur…, signalé et documenté quelque 316 actes graves au cours de l’année 2018 contre 256 l’année précédente (+ 24 %).

Pour les quatre départements de la région Bretagne, nous en avons compté 20. En rajoutant la Loire-Atlantique, nous arrivons à 28 cas graves : plus de 10 % de tous les cas recensés.

Breizh-info.com : Y a-t-il eu des évènements particulièrement marquants, inquiétants ?

Daniel Hamiche (christianophobie.fr) : Tout est inquiétant mais ce qui l’est davantage encore c’est une certaine indifférence envers ce phénomène de la part des pouvoirs publics et des grands moyens d’information. Au mieux, c’est comme si tout cela n’avait guère d’importance. Au pis, c’est bien fait pour les chrétiens !

Ce qui me préoccupe le plus, hormis les méfaits contre les lieux de culte, ce sont les agressions contre les personnes : prêtres, religieux, fidèles… Nous en avons compté 22 en 2018 contre 12 l’année précédente. Leur nombre a quasiment doublé en un an.

Breizh-info.com : Quel travail menez vous au sein de l’Observatoire ?

Daniel Hamiche (christianophobie.fr) : Depuis mai 2010, nous tâchons de rendre compte des actes de christianophobie dans le monde – mais nous ne pouvons évidemment pas les traiter tous, donc nous sélectionnons les plus significatifs. Pour la France, nous tentons de rendre compte de la christianophobie de la manière la plus complète possible sans ignorer que les cas que nous découvrons ou qu’on nous signale ne représentent que la partie visible de l’iceberg !

De très nombreux cas resteront à tout jamais inconnus parce que ceux qui les ont constatés ont préféré les taire et ne pas les signaler. Nous nous efforçons d’informer et de sensibiliser les personnes qui veulent bien lire nos publications. Nous publions tous les jours, nous réalisons chaque mois une synthèse chronologique, thématique et géographique des cas, et nous produisons un rapport annuel. Pour ce qui est des mesures à prendre pour endiguer et faire refluer cette marée montant qu’est la christianophobie, c’est aux églises et aux pouvoirs publics d’agir.

Breizh-info.com : Que peut-on souhaiter aux chrétiens dans le monde pour 2019 ?

Daniel Hamiche (christianophobie.fr) : Qu’on leur fiche la paix et qu’on leur permette de vivre paisiblement leur foi sans risquer la discrimination, la persécution, l’exil ou la mort. Est-ce vraiment trop demander ?

Propos recueillis par Yann Vallerie

Les actes christianophobes en Bretagne  en 2018 

Dimanche 18-mercredi 21 février (entre ces deux dates) : tentative de profanation dans l’église de Saint-Vincent-sur-Ouste (Morbihan), profanation dans l’église Saint-Pierre de Marzan (Morbihan) ; profanation et vol dans l’église Saint-Martin d’Arzal (Morbihan).

Dimanche 18-mardi 20 février (entre ces deux dates) : vandalisme et vol dans l’église Saint-Saturnin de Sarzeau (Morbihan) ; vols dans l’église Saint-Armel de Plouharnel (Morbihan).

Mercredi 21 février : profanation et vandalisme dans l’église Saint-Pierre-Saint-Paul d’Erdeven (Morbihan).

Mercredi 21-jeudi 22 février (entre ces deux dates) : Profanation et vol dans l’église  Saint-Solesme de Quilly (Loire-Atlantique) ; vols dans l’église Notre-Dame-des-Aulnes de La Chapelle-Launay (Loire-Atlantique) ; profanation et vol dans l’église Saint-Martin-Saint-Victor de Campbon (Loire-Atlantique) ; profanation et vol dans l’église Saint-Martin de Savenay (Loire-Atlantique) ; intrusion dans l’église de Saint-Gildas-des-Bois (Loire-Atlantique) ; intrusion dans l’église de la paroisse Saint-Benoît d’Herbignac (Loire-Atlantique).

Dimanche 4 mars : dix départs de feu dans l’église Saint-Gildas d’Auray (Morbihan). Samedi 17 mars : vol dans le presbytère paroissial de Pontivy (Morbihan). Samedi 17-samedi 24 mars (entre ces deux dates) : vols dans deux presbytères dans les pays d’Auray et de Pontivy (Morbihan).

Samedi 24 mars : vol dans le presbytère de Pluméliau (Morbihan). Samedi 31 mars : tombe d’un prêtre profané à la chapelle Notre-Dame-de-Koat-Keo de Scrignac (Finistère). Dimanche 20 mai : messe de la Pentecôte perturbée dans la cathédrale de Nantes (Loire-Atlantique).

Mardi 22 mai : tags sur l’église Toussaints de Rennes (Ille-et-Vilaine). Lundi 28 mai : tags sur l’église Notre-Dame-du-Relecq du Relecq-Kerhuon (Finistère). Mercredi 11-jeudi 12 juillet (nuit du) : lieu de dévotion catholique incendié à Rannée (Ille-et-Vilaine).

Vendredi 20 juillet : statue de la Vierge à l’Enfant vandalisée à Sulniac (Morbihan). Vendredi 24 août : chrétiens menacés dans la maison diocésaine de Nantes (Loire-Atlantique).

Samedi 1er-dimanche 2 septembre (nuit du) : église Notre-Dame-du-Guildo vandalisée à Saint-Cast-le-Guildo (Côtes-d’Armor).

Dimanche 9-lundi 10 septembre (nuit du) : tags sur la cathédrale Saint-Tugdual de Tréguier (Côtes-d’Armor). Dimanche 9-lundi 10 septembre (nuit du) : les chapelles des Sœurs du Christ vandalisées à Tréguier (Côtes-d’Armor).

Mercredi 13 septembre : vol sur le chantier de l’église Saint-Paul de Brest (Finistère).

Samedi 15 septembre : la cathédrale Saint-Pierre occupée par des migrants à Rennes (Ille-et-Vilaine).

Novembre (fin du mois sans précision de date) : une croix en granit (XVe siècle) fracassée au Grand-Fougeray (Ille-et-Vilaine).

Samedi 1er-dimanche 2 décembre (nuit du) : une statue de sainte Anne décapitée à Saint-Pierre-de-Plesguen (Ille-et-Vilaine).

Jeudi 12 décembre : incendie criminel du local du Secours Catholique à Dol-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine).

Samedi 15 décembre : librairie catholique vandalisée à Nantes (Loire-Atlantique).

Lundi 24 décembre : vandalisme et agression dans la chapelle Sainte-Anne de Brest (Finistère).

Mardi 25 décembre (peu de jours avant sans précision de date) : vol dans la collégiale Notre-Dame-du-Roncier de Rostrenen (Côtes-d’Armor).

Crédit photo : wikipedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rugby. Le RC Vannes s’effondre de nouveau face à Oyonnax

5 journées de Pro D2, 5 défaites, et une dernière place qui commence à faire un peu peur, pour...

Saint-Nazaire. Il menace de couper la tête d’une enseignante

Peur sur l'école maternelle Gambetta, à Nantes. Lundi, un parent d'élève a littéralement pété les plombs, menaçant une enseignante...

Articles liés