Adepte du « localisme » et d’une « écologie des civilisations », Hervé Juvin a l’intention d’en faire la clé de voûte du programme du Rassemblement national pour les élections européennes. Quand un parti jacobin (re)découvre la notion d’enracinement…

Le concept de « localisme »

On aura tout vu. Le nouveau conseiller de Marine Le Pen, Hervé Juvin, a l’intention de développer le concept de « localisme » pendant la campagne pour les élections européennes. En effet, Juvin considère qu’un écosystème ne peut se maintenir en bonne santé que grâce à des frontières fermées. Un exemple : « Pourquoi marcher deux heures pour aller chercher de l’eau potable dans le grand sud de Madagascar ? Si les frontières sont ouvertes, tout le monde va venir dans les zones tempérées. Et c’est clair qu’il ne peut y avoir 300 millions de personnes en France avec des écosystèmes de bonne qualité. » (Journal du dimanche, 10 février 2019).

Localisme vs nomadisme

Pour Juvin, la « préférence locale » est le pendant naturel de la « préférence nationale » : « Le plus simple, ça doit être de faire ses courses chez les commerçants de chez soi, de son village. Le plus simple, ce doit être de pouvoir habiter où l’on a ses racines, sa famille, ses engagements de vie. C’est la clé de la revitalisation de nos territoires ruraux », lance-t-il en opposition au « nomadisme forcé » qu’il déduit des règles européennes de libre circulation et de libre-échange (Le Figaro, lundi 11 février 2019).

Autre idée intéressante : Juvin plaide pour que « l’épargne soit majoritairement investie là où elle est collectée ». Rapidement, il quitte le champ économique pour s’aventurer sur le terrain identitaire : « Je suis un individu de France, même de Bretagne, et je ne veux pas mourir parqué dans une réserve. Je n’accepte pas les calculs économiques selon lesquels il est rentable de faire venir un million de migrants, parce qu’ils vont remplacer les enfants que nous ne savons plus avoir. Et parce qu’ils coûtent moins cher qu’un travailleur français ou un travailleur allemand. » (Le Figaro, lundi 11 février 2019).

Du jacobinisme au régionalisme ?

Pareil discours dans un parti qui a pu apparaître – notamment sous l’influence de Florian Philippot –  indifférent à la notion d’enracinement, étonne. Encore un effort et le Breton Juvin serait capable d’aller jusqu’au bout de sa logique et de convertir les jacobins du Rassemblement national au régionalisme !

En effet du localisme au régionalisme, il n’y a qu’un pas. Voilà de quoi faire réfléchir les élus du RN qui siègent au conseil régional de Bretagne. Une assemblée très particulière où la question bretonne demeure présente, d’une façon ou d’une autre, à chaque session.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V