immigration_orvault

Un migrant nigérien va être expulsé d’Allemagne. Un fait anecdotique à l’exception d’un détail : l’homme a commis plus de 100 délits depuis son arrivée en 2017.

Turbulent demandeur d’asile…

L’Allemagne veut enfin expulser un demandeur d’asile nigérien âgé de 20 ans, arrivé sur son sol en mars 2017 et qui a été l’auteur de très nombreux délits dans la ville de Burg (Land de Saxe-Anhalt) et dans d’autres villes allemandes. Le migrant est détenu depuis le 15 février dernier.

Au total, ce sont plus de 100 délits qui sont à mettre à l’actif du clandestin africain. Hormis Burg, celui-ci a également sévi à Jerichow, Magdeburg et Potsdam. Lui sont imputés des vols, des violences légères, des insultes et des dommages matériels. À Burg, les commerçants peuvent désormais respirer depuis qu’ils savent le migrant délinquant derrière les barreaux. Il avait ainsi pris pour habitude de renverser les étagères des commerces sur son passage et de détruire les produits présentés.

Dans ses derniers jours de liberté, pas moins de trois ou quatre policiers surveillaient le Nigérien pour prévenir d’autres incidents. L’un des derniers délits de l’homme qui l’a fait connaître de la presse allemande consista à mordre au cou un oiseau (en l’occurrence une colombe) afin de l’égorger. Dans la foulée, il a aussi craché sur un cheminot avant de l’insulter. Malgré une hospitalisation du clandestin nigérien en psychiatrie à plusieurs reprises, les médecins ne lui ont détecté aucun problème de santé mentale.

Troisième expulsion vers l’Italie

Suite à ce palmarès (très) chargé, le migrant doit désormais être expulsé d’Allemagne. En application du règlement de Dublin, il doit être reconduit en Italie, le pays de sa première entrée dans l’UE, au début du mois d’avril prochain. Et précision qui souligne un autre problème lié à la gestion des immigrés extra-européens illégaux dans l’UE : il s’agit de la troisième tentative d’expulsion de ce demandeur d’asile débouté. Une demande d’asile rejetée par l’Office fédéral des migrations et des réfugiés et qui aurait dû conduire à une expulsion dès avril 2018.

Mais la première tentative a échoué parce que la police n’a pas trouvé le migrant à son adresse. Lors de la deuxième tentative, le pilote de l’avion a refusé de garder l’homme à bord en raison de son comportement turbulent. Des échecs qui vont conduire, cette fois, la police à accompagner le migrant nigérien jusqu’en Italie.

Beaucoup d’énergie dépensée

Ce départ vers l’Italie est-il l’assurance d’une tranquillité définitive pour la ville de Burg ? Thomas Barz (CDU), responsable politique local, reconnaît le court-termisme de la mesure : même si « nous sommes heureux que Burg puisse pousser un soupir de soulagement […]. Nous savons que nous ne faisons que déplacer le problème. »

Un point de vue que partage le chef de la police de Burg, Janine Herfen : « Cette affaire a coûté beaucoup d’énergie et a mobilisé du personnel. » Une affaire qui, additionnée aux nombreuses autres recensées en Allemagne depuis la crise migratoire de 2015, risque surtout de coûter cher à la CDU d’Angela Merkel aux prochaines élections européennes…

Crédit photo : DR (Photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V