Lors d’un déplacement à Giulianova, le ministre de l’Intérieur Italien Matteo Salvini a été pris à partie par un militant pro-migrants. La réponse du leader de la Lega, sur le ton de l’humour, fut cinglante !

Matteo Salvini traité de « meurtrier »

Totalement ignorée par la presse mainstream francophone, la scène s’est déroulée le 2 février dernier à Giulianova, une ville d’environ 22 000 habitants située dans les Abruzzes, dans le centre de l’Italie. Matteo Salvini s’y était rendu dans le cadre de la campagne avant les élections européennes à venir au mois de mai prochain.

Tandis qu’il se trouvait sur scène en ayant arboré un maillot du club de football local, Matteo Salvini voit sont discours interrompu par des insultes criées depuis l’assistance. Un militant pro-migrants (à en croire ses propos) le qualifie alors de « meurtrier de m**de ». Mais, loin de perdre son sang froid, le ministre de l’Intérieur italien répondit avec humour à son interlocuteur passablement énervé.

Matteo Salvini lui réplique alors : « Applaudissez ce monsieur qui vient de gagner 10 migrants à accueillir dans sa maison. Donnez votre prénom, votre nom de famille, votre RIB, et nous vous enverrons 20 migrants et vous vous occuperez d’eux au petit déjeuner, au déjeuner et au dîner ».

Et le leader de la Lega de poursuivre en expliquant que les communistes, généralement bien à l’abri financièrement, sont aussi ceux qui prêchent le plus la morale aux autres citoyens. Sans oublier de rappeler également l’hypocrisie d’une certaine gauche appartenant à la classe moyenne qui est toujours favorable aux migrants mais qui préfère, dans le même temps, éviter les conséquences de cette immigration extra-européenne.

Les meurtriers sont les complices des trafiquants

Quant au qualificatif de meurtrier en lui-même, Matteo Salvini n’a pas manqué de renverser l’accusation : « Les vrais assassins sont les personnes qui ont été complices des passeurs et ont accueilli les migrants et transformé la mer Méditerranée en un cimetière à ciel ouvert. »

Pour conclure, Matteo Salvini a déclaré qu’il n’acceptera jamais de sa vie d’être « un complice des dealers de drogue [NDLR : très majoritairement des migrants arrivés de fraîche date] qui sévissent à Giulianova » et qu’il renverra « chez eux tous ces gens, du premier jusqu’au dernier ». Le militant d’extrême-gauche a ainsi eu sa réponse…

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine