L’association Vigilance Halal mène depuis des années des campagnes de prévention, d’alerte et d’opposition à la pratique de l’abattage rituel halal, dénonçant notamment les dangers sanitaires, mais aussi la souffrance animale, ou encore interrogeant le financement de cette économie qui explose. Cela lui vaut d’être citée aujourd’hui… par une commission d’enquête parlementaire… sur les violences d’extrême droite, commission d’enquête souhaitée, puis montée, notamment par les députés de la France Insoumise (extrême gauche).

Une commission (à laquelle participent des députés payés par le contribuable) qui s’agite via des auditions, des interventions, des réunions, sans que l’on comprenne réellement de quoi il est question et quels sont les objectifs de cette commission.

À l’intérieur de cette commission montée à l’initiative de la France Insoumise et pilotée par le député de Montpellier, Muriel Ressiguier, ils sont d’ailleurs plusieurs à pointer du doigt le fait que cette commission ne concerne uniquement que « les groupuscules d’extrême droite » mais ne touche pas à l’extrême gauche. Lors de la deuxième journée d’auditions, le député centriste Meyer Habib a émis de sérieuses critiques à l’égard de l’intitulé de la commission :

« Je ne peux m’empêcher de penser que ce focus [sur l’extrême droite], qui a d’ailleurs fait l’objet de certaines critiques au sein de notre commission, traduit une indignation sélective voire d’une certaine hémiplégie intellectuelle. Il procède d’un biais idéologique persistant selon laquelle certains groupes extrémistes de type Black Block ou antifa pourraient mériter plus de compassion ou de compréhension (…). La menace numéro un de l’ordre républicain provient de l’islam militant et radical qui prospère dans les quartiers avec la complicité de la gauche radicale quand elle ne fraie pas carrément avec. » Des propos auxquels a acquiescé le député LREM Elise Fajgeles qui a estimé qu’il y avait des « visées idéologiques communes » entre l’extrême droite et l’extrême gauche.

La proximité de Muriel Ressiguier avec les groupuscules violents d’extrême gauche à Montpellier vient par ailleurs donner du grain à moudre à cette crainte d’une commission plus que partisane.

Ci-dessous, la réaction et les interrogations du député Morenas qui co-préside cette commission (LREM) :

Si les convocations ne sont pas encore parties, la commission entend conduire ses auditions jusqu’au 16 mai prochain. Elle rendra ensuite son rapport public le 11 juin prochain.

Concernant la citation de Vigilance Halal par cette commission, nous avons recueilli la réaction du président, Alain de Peretti.

Breizh-info.com : Vous avez été nommé pour être convoqué et auditionné par la commission d’enquête sur l’extrême droite. Avez vous été surpris de cette décision ?

Alain de Peretti (Vigilance Halal) : Totalement surpris par cette info, qui nous a été communiquée par un lecteur du Figaro. C’est invraisemblable!

Breizh-info.com : L’association Vigilance Halal est-elle une association d’extrême droite ? Votre association a-t-elle déjà été condamnée ?

Vigilance Halal est citée comme « site internet ». Or, si nous avons un site internet comme tout organisme de nos jours, nous réunissons plus de 13 000 membres auxquels nous ne demandons pas leur appartenance politique. Nous sommes apolitiques dans la mesure où notre combat est pour le bien commun, la défense des animaux de boucherie et des consommateurs et au service de tous les partis. Nous avons, par exemple, adressé récemment un courrier à tous les parlementaires au sujet d’une éventuelle « taxe halal » et avons eu de très nombreuses réponses. Mme Ressiguier n’a pas répondu : c’est vrai qu’on ne peut pas être sur tous les fronts, la souffrance animale, la violation des principes sanitaires sont sans doute pour elle des sujets sans intérêt. Il serait bon d’ailleurs de définir ce qu’est « l’extrême droite », terme galvaudé et vague qui permet surtout de disqualifier ceux avec lesquels on ne veut pas argumenter. Non seulement nous n’avons jamais été condamnés, mais surtout nous utilisons « l’état de droit » pour attaquer les pouvoirs publics et démontrer le laxisme en matière de halal, et d’acclimatation de la charia par de nombreuses actions judiciaires.

Nous avons d’ailleurs obtenu récemment une grande victoire après 6 ans de procédure contre les abattoirs halal de Seine-et-Marne. Des journalistes du Monde, Davey et Lhomme, ont récemment eu les honneurs de la presse alors qu’ils décrivent « l’halalisation » de la Seine-Saint-Denis, notre association ne fait pas autre chose !

Breizh-info.com : Cette commission d’enquête semble pour le moins partisane, avec à sa tête, une députée, Muriel Ressiguier, proche de l’ultra gauche… et déjà sous le feu des critiques.

Alain de Peretti (Vigilance Halal) : Le côté partisan, voire même « stalinien » de cette commission n’a échappé à personne, c’est, malheureusement, l’ADN de l’ultra-gauche dont Mme Ressiguier est un specimen particulièrement bien conservé semble-t-il. C’est d’ailleurs tellement évident qu’il y a de nombreuses critiques de tous bords vis-à-vis de cette commission. Je lui ai écrit un courrier pour lequel je n’ai pas encore eu de réponse, et fait un communiqué de presse envoyé à tous les médias.

Breizh-info.com : Vous rendrez-vous à une convocation, si cela vous est présenté officiellement ?

Alain de Peretti (Vigilance Halal) : Bien sûr ! Et je m’y rendrais avec notre avocat, Me Yon : je souhaite en effet, par respect pour les institutions républicaines, contribuer à démontrer la perversité qu’il y a à instrumentaliser ces utiles outils démocratiques à des fins politiciennes. Mais, pour l’instant, je n’ai pas reçu de convocation officielle. Il est même possible, vu le contexte, que celle-ci n’arrive jamais, cette commission pourrait tourner au « vaudeville » comme l’a dit le rapporteur LaREM Adrien Morenas, ou plutôt en « jus de boudin ».

Breizh-info.com : Quelles actions mènent Vigilance Halal en ce début d’année 2019 ? En Belgique, il semblerait que l’interdiction du halal et du casher ait énormément de conséquences économiques…

Alain de Peretti (Vigilance Halal) : Nous allons profiter de la jurisprudence créée par notre victoire en Seine-et-Marne pour attaquer dans une trentaine de départements sur les mêmes bases, à savoir l’absence de contrôle réel des flux d’abattage halal. En effet, par laxisme, peur de réactions violentes ou peut-être complicité, lorsque l’abattage halal s’introduit dans un abattoir, il se généralise, alors qu’il est seulement toléré par dérogation, il ne faut pas l’oublier.

L’interdiction du halal et du casher en Belgique est une bonne nouvelle, dont la France devrait s’inspirer. Les conséquences économiques seront temporaires, car il y a une grande « tartufferie » dans ces pratiques. En effet, la Nouvelle-Zélande, qui a interdit le halal et le casher, reste le premier exportateur de viande de mouton y compris vers les pays du Golfe hyper religieux, car leur viande est bonne et à prix concurrentiel. Le halal est bien la conjonction du mercantilisme et de l’obscurantisme, et il serait temps, au XXIe siècle, que certains intègrent le fait qu’un animal soit anesthésié et saigné proprement le rend plus sain, et donc plus pur (halal) !

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V