L’an dernier, près de 1 035 médecins ont été agressés en France, dont une majorité de femmes. Ces violences ne sont pas limitées aux grandes villes ou aux hôpitaux qui accueillent des patients difficiles.

Ainsi, le 29 janvier 2018, un patient alcoolisé s’en était pris à un médecin et une infirmière, et avait infligé 45 jours d’ITT au médecin. Nous avons recueilli le témoignage d’un médecin de cet hôpital, qui souhaite garder l’anonymat.

« Ancenis c’est un hôpital où la situation est nettement plus calme que ce qui peut se passer dans les grandes villes, comme Angers ou Nantes. Cependant pour ma part je me suis faite agresser à coups de béquille par un patient mécontent. Récemment, un patient s’est énervé et a levé la main sur moi, mais ne m’a pas frappée car nous avons refusé d’hospitaliser sa belle-mère qui s’adonnait à la boisson depuis près de 30 ans, était ivre et leur empoisonnait le quotidien selon lui ».

« Un urgentiste s’est fait fracasser la main par un patient et a dû arrêter d’exercer. »

Un de ses collègues a eu moins de chance : « Un urgentiste s’est fait fracasser la main par un patient et a dû arrêter d’exercer. Cependant on a moins de population immigrée qu’à Nantes et donc moins de problèmes avec des patients dont les proches ne veulent pas qu’un homme les touche etc. De toute façon, quand c’est vital, on ne les entend pas. Sinon, on leur dit qu’ils sont libres d’aller ailleurs c’est plus difficile de le dire dans le cadre de l’hôpital public, mais j’ai fait de la clinique et dans ce cadre, on ne se gêne pas pour le le dire ».

Les patients qui posent problème sont « souvent alcoolisés ou ce sont des cas psychiatriques – les institutions sont dépassées, tout comme la société, et l’hôpital aussi. Dans les grands hôpitaux, il y a des vigiles. A Ancenis nous n’en avons plus car c’est hors de prix ».

Reste la gendarmerie locale ; « depuis un an on est en première ligne. Mais on a déjà eu des cas où les gendarmes ont refusé de se déplacer. Ils doivent sans doute être dépassés eux aussi – on préfère le penser car sinon on a du mal à le comprendre ».

LM

Crédit photo : wikipedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine