Afin de cartographier les compétences de l’écosystème des matériaux composites en Bretagne, Bretagne Développement Innovation, en collaboration avec le réseau Composite Bretagne, a réalisé une étude économique sur cette filière. Cette publication produite à partir d’une enquête menée fin 2018 auprès de 147 structures (dont 113 entreprises) œuvrant dans ce domaine, se concentre sur les 86 structures qui y ont répondu. Pour l’année 2017, les 86 répondants ont déclaré 2 047 emplois directs dont 737 associés exclusivement à l’activité composite et un chiffre d’affaires de 367 M€ dont 180 M€ associés à l’activité composite. Outre l’analyse des données chiffrées, l’étude aborde aussi les leviers de développement. Cette publication sera diffusée au JEC World, qui se déroule du 12 au 14 mars à Paris. À cette occasion, un pavillon de 13 exposants bretons représentera une filière tournée vers l’avenir.

Pour cartographier les compétences de la filière des composites en Bretagne, en définir le poids économique et appréhender les tendances et les futurs marchés, Bretagne Développement Innovation a exploité et analysé les données de 86 questionnaires.

L’étude révèle que l’activité économique se répartit sur l’ensemble du territoire avec une concentration dans les agglomérations de Lorient, Vannes, Brest, Rennes, Saint-Brieuc et Saint-Malo. Il en ressort également que la filière bretonne s’étend sur une chaine de valeur complète avec une concentration sur des activités de moulage et de fabrication (61 %) et met en œuvre des matériaux « haute performante » pour plus de 50 % des entreprises.

En Bretagne, maritime et composite naviguent ensemble

La filière régionale est empreinte de l’environnement et de l’histoire maritime de la Bretagne.

L’étude confirme notamment que, sur les 86 structures répondantes, 46 travaillent pour les marchés du nautisme et de la voile de compétition, 10 pour le naval.

Si la voile de compétition et le nautisme sont deux marchés historiques dans l’utilisation de ces matériaux innovants, leur application s’étend aujourd’hui à bien d’autres secteurs : industrie, aéronautique, automobile, défense, bâtiment, énergies marines renouvelables…

R&D, et autres leviers de développement

Les cahiers des charges sont de plus en plus complexes et les matériaux composites doivent répondre à des exigences de légèreté, de résistance et de coûts maîtrisés, nécessitant des travaux de recherche. L’étude révèle par exemple que 58 % des répondants ont un budget R&D (recherche et développement) pour leur activité composite. Et, 6 entreprises sur 10 ont collaboré avec des laboratoires de recherche sur des projets.

Dans le top 3 des défis pour l’avenir, les entreprises citent les éco-matériaux et la recyclabilité (41 % des réponses), l’amélioration des process de fabrication (24 % des réponses) et la réglementation et la formation (9,5 % des répondants).

Enfin, parmi les leviers de croissance de la filière, on peut citer l’internationalisation : 60 % des entreprises sont ainsi positionnées à l’export et 47 % qualifient le développement de l’activité à l’international « important à prioritaire ».

L’étude en téléchargement ici sera diffusée pendant le JEC World 2019 du 12 au 14 mars au parc expo de Paris-Nord-Villepinte. Lors de cet événement, 13 acteurs régionaux seront présents sur le pavillon Bretagne (Hall 6 – Stand R67) :

9 entreprises :

Avel Robotics
CDK Technologies
Demeta
Europ3D
Halcyon
Heol Composites
Magma Composites
MCI Technologies
Sense In

3 membres du réseau Composite Bretagne (plateformes de recherche) :

ComposiTIC-UBS
Masmeca
ID Composite

Un pôle de compétitivité :

Pôle EMC2

Crédit photo : ID Composite
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V