Rennes Métropole concentrerait près d’un tiers des offres d’emploi de la région Bretagne. C’est ce qu’il résulte d’une étude sur le phénomène de métropolisation de l’emploi dans l’Hexagone basée sur l’analyse de 770 000 offres d’emploi diffusées sur l’ensemble des plateformes d’Hellowork (RegionsJob, ParisJob, Cadreo, BDM/job) en 2018.

À noter que du côté de Nantes, c’est la même chose : 39 % des offres d’emploi sur la région Pays de la Loire y sont concentrées.

Un constat qui confirme la fracture territoriale, y compris au sein de la Bretagne, et le danger que constituent les métropoles, véritables vampires qui absorbent petit à petit ce qui se trouve autour d’eux, pour créer de nouveaux ensembles et de nouveaux espaces de concentration des pouvoirs locaux, dans une dérive particulièrement dangereuse.

Principaux résultats de l’enquête :

  • Une métropolisation de l’emploi plus forte que la métropolisation du lieu de vie : 42 % des postes sont à pourvoir dans l’une des 13 plus grandes métropoles françaises quand seulement 27 % des Français y vivent.
  • À elle seule, la métropole rennaise concentre 32 % des emplois de Bretagne.
  • La métropole du Grand Paris concentre à elle seule 67 % des offres d’Île-de-France quand la métropole Aix-Marseille-Provence concentre 52 % des offres en PACA.
  • En Occitanie, Toulouse Métropole concentre 42 % des offres d’emploi alors que Montpellier Méditerranée Métropole en capte 14 % (en faisant partie des 13 plus grandes métropoles françaises).
  • Les Bac+5 sont plus demandés dans les métropoles (30 % Métropole du Grand Paris / 16 % hors métropoles) et les profils Bac en dehors (22 % hors métropoles / 15 % en métropoles).
  • Les fonctions commerciales sont les plus recherchées sur l’ensemble du territoire ; les métiers techniques recrutent hors métropoles.

Les métropoles françaises concentrent une part importante de l’emploi. Si 31 % de la population active vit dans l’une des 22 métropoles françaises, c’est dans ces dernières qu’est proposée près d’une offre d’emploi sur deux. En outre, en prenant seulement en compte les 13 premières métropoles de France, on observe que celles-ci concentrent 42 % des offres d’emploi publiées dans l’Hexagone (quand 27 % y vit). En tête, la métropole du Grand Paris capte 67 % des offres d’emploi d’Île-de-France. En PACA, c’est 52 % des offres d’emploi qui sont concentrées à Aix-Marseille-Provence quand Nice-Côte d’Azur voient 12 % des offres de la région situées sur sa métropole.

Ce même phénomène, d’une seule grande métropole qui concentre une part très importante de l’emploi de la région, est constaté sur l’ensemble des territoires. En Auvergne-Rhône-Alpes, la métropole de Lyon concentre 40 % des offres quand les 3 autres métropoles de la région en ont entre 4 et 7 %. Plus flagrant encore en Occitanie : Toulouse Métropole et Montpellier Méditerranée Métropole proposent respectivement 42 et 14 % des emplois des 13 départements de la région ! C’est en Normandie que ce phénomène semble le moins important : 19 % des offres d’emplois diffusées sont proposés dans la métropole de Rouen (inclus parmi les 13 plus grandes métropoles françaises).

Analyse basée sur 768 758 offres d’emploi diffusées du 01/01/2018 au 31/12/2018 versus 640 632 offres d’emploi diffusées du 01/01/2017 au 31/12/2017. *Parmi les 13 plus grandes métropoles françaises au 1er janvier 2018 (Collectivités-locales.gouv) : Métropole du Grand Paris, Métropole d’Aix-Marseille-Provence, Métropole de Lyon, Métropole Européenne de Lille, Bordeaux Métropole, Toulouse Métropole, Nantes Métropole, Métropole Nice-Côte d’Azur, Métropole Rouen Normandie, Eurométropole de Strasbourg, Montpellier Méditerranée Métropole, Grenoble-Alpes Métropole, Rennes Métropole.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V