« Premier policier » de France, Christophe Castaner en est-il aussi le premier noctambule ? Une vidéo mettant en scène le ministre de l’Intérieur dans une boîte de nuit parisienne le weekend dernier a créé la polémique.

Christophe Castaner : gilets jaunes pour nuits blanches ?

La journée du samedi 9 mars a été marquée par l’acte XVII de la mobilisation des Gilets jaunes à travers l’Hexagone. Une situation devenue quasi-habituelle au fil des semaines et qui voit, chaque weekend, les forces de l’ordre sur le pied de guerre pour encadrer ces rassemblements. Des forces de l’ordre dont les représentants syndicaux rappellent fréquemment l’épuisement et le manque de moyens.

Un épuisement qui, en revanche, ne semble pas concerné l’homme au sommet de la pyramide sécuritaire française, à savoir le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Dans la soirée de ce même samedi 9 mars, ce dernier a ainsi été photographié peu avant minuit dans un club branché de la nuit parisienne : le Noto, situé non loin du ministère de l’Intérieur (Paris VIIIe).

Des clichés complétés par une vidéo montrant un Christophe Castaner plutôt fringant et entreprenant, reposant un verre sur le bar avant d’embrasser une inconnue. Rien de condamnable en soit… si ce n’est que le ministre de l’Intérieur est officiellement marié depuis 25 ans.

Christophe Castaner : des ébats qui font débat

Moment d’égarement dans la gestion de son image ou volonté d’assumer délibérément ses actes ? Toujours est-il que la polémique a rapidement rattrapé Christophe Castaner. Au point de contraindre le ministre de l’Intérieur à se justifier dans les colonnes du Parisien : « Il s’agit de ma vie privée et de ma famille, qui peut être respectée. J’ai rejoint une soirée, dans un cadre totalement privé, entre 23 h 30 et deux heures du matin ».

Selon le magazine Closer, c’est sur une invitation du judoka français Teddy Riner que le ministre de l’Intérieur s’est rendu à un dîner dans ce lieu qui fait aussi office de restaurant. Du côté de Matignon, le Premier ministre Édouard Philippe a couvert son ministre vendredi 15 mars : « Je n’ai aucun commentaire à faire sur la vie privée de Christophe Castaner, et le ministre de l’Intérieur a toute ma confiance ». Pas certain par contre que celui-ci conserve celle des policiers tandis que certains responsables de la corporation évoquent une « faute professionnelle » d’un ministre dont le passé de joueur de poker dans les milieux sulfureux du sud-est de la France ne plaide déjà pas en sa faveur.

Par ailleurs, des questions ont aussi été posées quant à la sécurité personnelle de Christophe Castaner au cours de cette soirée du 9 mars. Des informations contradictoires circulent au sujet la présence (ou non) de ses officiers de sécurité. En définitive, une virée nocturne pour le chef des forces de l’ordre… qui fait désordre.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine