Notre article « Echecs et maths » sur le long déclin du niveau scolaire en France, a fait réagir. Notamment cette internaute, de l’école Sainte-Bernadette à Tarbes (Hautes-Pyrénées), qui nous a adressé une vidéo de ses élèves, et le résultat est juste stupéfiant.

Et de nous livrer la recette pour un calcul mental réussi :

  1. Pour commencer, faites infuser une bonne dose de méthode de Singapour en C.P. puis faites de même en C.E.1 puis en C.E.2. afin d’obtenir des bases solides à l’entrée en C.M.
  2. Rajoutez :
    • une demi-dose de mathématiques védiques pour les multiplications dites « arc-en-ciel » (ce n’est que de la distributivité, en fait: 23.45 = 2.4.100 + ((2.5 + 3.4).10) + 3.5), les divisions par 2, 3, 4, 5, 8 ou 9, les carrés se terminant par 5 ou 1, les multiplications de nombres entre 11 et 19, la preuve par 9…
    • avec une demi-dose de méthode Trachtenberg pour les multiplications par 5, 9, 11, 25, 125…  Cette méthode permet une décomposition des opérations complexes en une série de petits algorithmes simples très intéressants pour le calcul mental…
    • Ajoutez à cela un soupçon de la méthode de Scott Flansburg pour les additions de la gauche vers la droite et pour la façon d’écrire les chiffres (on peut adapter aux élèves cette graphie avec la simple idée suivante : 1 geste = 1 chiffre. Ceci permet une écriture très rapide et « automatisée »: l’œil ne surveille plus la main qui écrit, on anticipe ainsi le calcul suivant pendant que la main s’occupe « seule » d’écrire la réponse précédente; on obtient ainsi, chez les meilleurs élèves, 40 réponses justes aux tables de multiplications entre 2 et 15 en une cinquantaine de secondes)…
  3. Avant de servir, le calcul mental étant très gourmand en « mémoire vive », pensez à saupoudrer le tout avec la gestuelle « finger abacus », préalablement adaptée aux élèves (cette gestuelle leur permet de « décharger » leur mémoire sur leurs mains : pouvant compter jusqu’à 9 sur une main et donc jusqu’à 99 avec 2 mains, ils peuvent alors stocker des résultats intermédiaires sans surcharger trop leur mémoire de travail). Cette étape n’est pas obligatoire pour la réussite de la recette mais la « charge mentale », augmentant très vite à cause des calculs intermédiaires à effectuer, risque de limiter rapidement les capacités de calcul des enfants…
  4. Comme pour la réussite d’une bonne chantilly, répétez souvent les explications des techniques sans vous lasser et sans lasser les élèves… jusqu’à voir les premiers résultats apparaître…
  5. Enfin, pensez à ajouter beaucoup de bonne humeur (nous pensons que la répétition dans la contrainte ne permet pas une bonne réussite des recettes en général) et quelques bons fous-rires 
  6. Et voilà ! Vous devriez obtenir un beau calcul mental rapide que vous pouvez personnaliser à votre goût…

Ces conseils vous ont plu ? Cela tombe bien, l’école Sainte-Bernadette à Tarbes (Hautes-Pyrénées) doit s’agrandir. Elle a besoin de votre soutien. Aidez là ! http://www.ecole-saintebernadette.fr/nous-soutenir/

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine