Anne de Bretagne, duchesse de Bretagne et deux fois reine de France, fait l’objet d’un manga. Celui-ci n’est pas seulement destiné aux enfants puisque, défendant la cause bretonne, il permet de découvrir comment la France est parvenue à annexer la Bretagne.

Lors d’une sortie scolaire à Nantes, au Château des ducs de Bretagne, le professeur exige des élèves un compte-rendu écrit. Mais le jeune Gaël préfère s’amuser et ne comprend pas l’intérêt de connaître l’histoire de la Bretagne médiévale. C’est alors qu’un korrigan déguisé en troubadour entend Gaël se plaindre et décide de le transporter en 1477, le jour de la naissance d’Anne de Bretagne. Gaël devient alors page. Il suit de près la princesse Anne et apprécie sa gentillesse. Mais il se rend compte que derrière l’antagonisme entre le trésorier Landais et le chancelier Chauvin se cache un complot du royaume de France destiné à annexer la Bretagne…

Le pari particulièrement risqué d’adapter la vie d’Anne de Bretagne à l’univers du manga est réussi. Sans doute parce que le scénariste et dessinateur Cédric Tchao, né en 1978, professeur parisien à l’école franco-japonaise Eurasiam, est passionné d’histoire. À la fois scénariste et dessinateur, il parvient à honorer cette commande du château des Ducs, qui espérait ainsi susciter l’intérêt du jeune public.

Le scénario se focalise sur l’histoire de la Bretagne. Il évoque bien sûr le traité de Guérande (1365), qui met fin à la guerre de Succession de Bretagne qui opposait Jeanne de Penthièvre à Jean de Montfort. Il insiste sur la rivalité entre Pierre Landais (1430-1485), principal conseiller du duc François II de Bretagne, et Guillaume Chauvin (1422-1484), chancelier de Bretagne. Le scénariste dénigre Landais, enfant de riches drapiers de Vitré, qui entre au service du duc comme valet de garde-robe puis devient receveur général de Bretagne, avant d’être jugé et pendu. En revanche, il encense Chauvin, noble chancelier de Bretagne, emprisonné à Vannes pour son opposition à Pierre Landais, mort en prison suite à trois ans de mauvais traitements.

Cédric Tchao parvient à nous faire comprendre l’identité de la Bretagne alors indépendante, gouvernée depuis son château par le duc François II, père de la duchesse Anne. Mais après la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier, en 1488, l’armée bretonne ne peut plus lutter contre les troupes françaises. Anne est contrainte d’épouser, en 1491, le roi de France. Ainsi prend fin le rêve d’une Bretagne indépendante…

Le dessin expressif en noir et blanc de Cédric Tchao convient bien à ce manga conçu pour les enfants, mais qui peut également être lu par les adultes. Bertrand Guillet, directeur du Château, a vérifié le réalisme des détails architecturaux et des costumes. La reconstitution du château des ducs est réussie. Sur le donjon du XIVsiècle, François II a en effet construit, à partir de 1466, un chef-d’œuvre de l’architecture militaire et civile. On le découvre en temps de paix comme lors de son siège par l’armée française. Le dessin dynamique participe à la fluidité du récit.

Un cahier en fin d’album présente François II, père de la duchesse, le traité de Guérande, l’édification du château, la lutte entre Landais et Chauvin, la vie d’Anne de Bretagne…

Une exposition temporaire au musée du Château des ducs, du 3 avril 2019 au 5 janvier 2020, présente plusieurs planches du manga.

Auparavant, deux bandes dessinées avaient déjà vu le jour sur la duchesse Anne. Mais elles ne peuvent plus être trouvées, avec un peu de chance, que d’occasion…

La plus ancienne, intitulée Anne de Bretagne en bande dessinée, avait été réalisée en 1977 par Ronan et Jorda Caouissin (scénario) et leur fils Hoël (dessin). L’écrivain Ronan Caouissin, alias Ronan Caerléon (1914-1986), écrivain nationaliste breton, était un proche de l’abbé Perrot, fondateur du Bleun-Brug, association catholique bretonne. En 1939, il épouse Jorda Renault, une jeune infirmière rencontrée au pardon de Koat Kéo. Avec son frère Herry Caouissin, il s’occupe du journal pour la jeunesse Ololé, puis tente de créer un cinéma breton : Brittia-films. C’est en 1977 qu’il réalise le scénario de cette bande dessinée consacrée à Anne de Bretagne. Il y décrit la richesse économique et culturelle de la Bretagne sous François II. Il détaille la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier et le siège de Nantes. Le dessin en noir et blanc d’Hoël Caouissin est soigné. Si les cartons sont en français, les bulles sont en breton et traduites en français.

L’autre bande dessinée, intitulée Anne de Bretagne, a été publiée en 2005 aux Éditions Coop Breizh. La scénariste Dominique Robet, conseillée par l’historien Étienne Gasche, privilégie la psychologie des personnages et rend Anne attachante. Le récit commence la nuit du 8 avril 1485, lorsque des soldats envahissent le château des Ducs à Nantes pour arrêter Landais. Mais le dessin de Jean-Marie Michaud déçoit. Sans doute est-il trop expressif. Surtout, les couleurs sont trop vives.

Kristol Séhec

Anne de Bretagne, intrigues au château. 216 pages. 12,95 euros. Éditions Casterman.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V