Un récent sondage indique que Donald Trump connaît une popularité record aux États-Unis. Les raisons sont multiples et l’embellie temporaire ?

Donald Trump, un sondage historique

Le président des États-Unis Donald Trump a atteint le plus haut niveau d’approbation auprès des Américains depuis le début de son mandat le 20 janvier 2017. C’est ce que révèle un récent sondage réalisé par l’institut Gallup et dont les résultats ont été publiés il y a quelques jours. Avec 46 % d’opinions favorables à sa politique, Donald Trump fait mieux que Barack Obama (44 %) et Ronald Reagan aux mêmes périodes. S’il n’est soutenu « que » par 12 % des démocrates, il cumule en revanche l’adhésion de 91 % des républicains.

Un impressionnant score parmi sa propre famille politique qui devrait conforter Donald Trump dans sa volonté de briguer un second mandat tandis que les prochaines élections présidentielles auront lieu au mois de novembre 2020.

Pourquoi Donald Trump est-il si populaire ?

Ces 46 % symbolisent une nette amélioration de l’image de Donald Trump ces dernières semaines. Pour mémoire, rappelons que lors d’une précédente enquêté d’opinion menée début mars, il capitalisait 39 % d’opinions favorables chez les électeurs des États-Unis.

Pour expliquer ce succès d’estime, il faut tout d’abord prendre en compte les résultats économiques exceptionnels des USA. La publication des chiffres mensuels du chômage aux États-Unis le 3 mai dernier a révélé un taux historiquement bas de 3,6 %. Soit le plus bas niveau depuis 1969. Dans le même temps, la croissance économique a fait un bond de +3,2 % en rythme annuel au premier trimestre de cette année 2019. Par ailleurs, le Nasdaq et l’indice S&P 500 ont flirté avec des plus hauts historiques la semaine dernière. Avant une cassure lundi suite aux tweets de Donald Trump concernant la Chine…

Donald Trump et la Russie

Autre facteur expliquant cette progression dans l’opinion, l’enquête sur les soupçons de collusion avec la Russie au cours de la campagne présidentielle de Donald Trump a finalement indiqué qu’aucune preuve soutenant cette idée n’existait. De quoi permettre au président des États-Unis de calmer les ardeurs de son opposition qui l’accusait depuis plusieurs mois. Et de surfer au mieux via sa communication sur ces fausses accusations.

Entre-temps, le procureur spécial Robert Mueller en charge du dossier s’est plaint auprès du ministre de la Justice Bill Barr de la façon dont son enquête a été résumée par ce dernier. Ainsi, les démocrates américains, majoritaires à la Chambre des représentants, font désormais pression sur Bill Barr afin d’obtenir une version complète des conclusions de l’enquête sur les prétendues ingérences russes dans la présidentielle de 2016. L’accalmie pourrait donc être de courte durée pour Donald Trump.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V